ABCD de l’égalité : un florilège

[[ DERNIÈRE MINUTE : selon le site de l’Express, l’Éducation nationale serait en passe d’abandonner l’expérimentation idéologique des ABCD de l’égalité. ]]

Les modules de “formation pédagogique” destinés à accompagner les enseignants dans la “déconstruction des stéréotypes” font froid dans le dos… SOS Éducation rappelle que la première mesure pour lutter contre les inégalités, c’est d’apprendre à tous les enfants à lire, écrire et compter !

Signer la pétition de SOS Education « Non aux ABCD, oui au B.A.-BA ! »

De nombreux parents, ou même professeurs, n’arrivent pas à croire que cette idéologie du genre soit véritablement promue au sein de l’Éducation nationale.

Et pourtant, au dernier concours de recrutement des professeurs d’histoire-géographie, le 16 juin dernier, voici deux questions posées à l’épreuve sur dossier :

– L’étude des discriminations, notamment de sexe et de genre, est-elle pertinente pour aborder les conflits en géographie ?
– En quoi les luttes contre les stéréotypes filles-garçons participent-elles à régler les situations conflictuelle ?

Outre l’absence de lien direct avec les compétences en géographie des futurs enseignants, les documents à l’appui étaient d’une rare objectivité : préface d’un ouvrage intitulé Genre et construction de la géographie, extrait du rapport remis en janvier 2014 à Najat Vallaud-Belkacem pour la lutte contre les stéréotypes du genre… Aucune place n’est laissée à la réflexion, dans la mesure où les questions et les documents sont trop orientés et partisans pour permettre un débat contradictoire.

C’est donc officiel. Le « changement de civilisation » promis par Mme Taubira et le « changement des mentalités » naguère annoncé par M. Peillon passent par l’école. École dans laquelle les professeurs seront cette année sélectionnés non en fonction de leurs compétences disciplinaires et pédagogiques, mais bien en fonction de leur adhésion à une idéologie d’État.

Mais heureusement, « la théorie du genre n’existe pas ». Nous voilà rassurés.

Source : blog de Fikmonskov

 

Une réflexion sur “ABCD de l’égalité : un florilège

  1. Bonjour,
    Et quand va t-on déconstruire le stéréotype de la personne qui est persuadée d’avoir bien exprimé une question ou règle, aux enfants?
    Lorsque j’étais en CM1, notre maître nous a inculqué qu’en début d’un nom propre il faut mettre une majuscule. Tout adulte fait cela sans erreur, mais un enfant à la maternelle ou plus, est au début de la construction et compréhension de la logique des règles. Tant est si bien que j’écrivais « Ddupont » et pour moi la règle était respectée : dans mon écriture il y a bien une majuscule en début du nom « dupont ».
    Demander aux enfants en maternelle, « d’habiller les filles et garçons à la mode d’aujourd’hui », comporte en soi une différentiation qui va influer sur le raisonnement de l’enfant qui peut comprendre que l’enseignant distingue les filles des garçons dans sa règle et veut donc que dans le dessin les filles et garçons soient distinguables. Il aurait mieux valu par exemple demander « habillez les enfants à la mode d’aujourd’hui »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *