Comment sauver l’école ? Vincent Peillon et Jean-Pierre Terrail

Télérama publiait le 15 septembre un dialogue entre le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon et le sociologue Jean-Pierre Terrail, auteur d’une méthode de lecture syllabique (Je lis, J’écris, éditions Les Lettres Bleues). Extrait

Jean-Pierre Terrail :  « on n’a jamais fait d’études en France sur l’efficacité des méthodes, à cause du principe de l’autonomie pédagogique. Aux États-Unis, de nombreuses enquêtes montrent la supériorité manifeste de la méthode syllabique, notamment avec des enfants des classes populaires. Pourquoi ne mène-t-on pas, avec des statisticiens hors de tout soupçon des enquêtes de comparaison ?

Vincent Peillon : « … Il y a, vous avez raison, des méthodes plus efficaces que d’autres. Mais les méthodes relèvent des libertés pédagogiques. Evitons que l’école soit un lieu d’affrontement d’expertises. Il nous faut construire une culture commune, ce qui suppose que chacun décentre un peu son point de vue. Les Écoles supérieures du professorat de l’éducation permettront d’enseigner les bonnes méthodes ».

Lire l’article de Télérama

Une réflexion sur “Comment sauver l’école ? Vincent Peillon et Jean-Pierre Terrail

  1. Je vous recommande le livre « la crise de la culture », d’Hannah Arendt, chez Folio essais, n° 113. Ce livre a connu de nombreuses éditions depuis 1954. J’ai pensé à vous au chapitre : « La crise de l’éducation » (pp. 223 à pp. 252). Mon mari, philosophe des sciences, l’a acheté pour le relire et je l’ai lu avec un très grand intérêt.
    Depuis des années je vois que l’on change, sans doute à chaque nouveau ministre, les horaires hebdomadaires de congé… S’occupe-t-on des méthodes de lecture ? L’essentiel n’est pas la liberté des enseignants (qui ne l’ont jamais eue complètement, du reste), mais la formation des instituteurs pour qu’ils enseignent enfin les bonnes méthodes… la méthode syllabique pour la lecture, s’entend. Car nul ne peut faire de la bonne cuisine sans la bonne recette ! On voit aujourd’hui, vu le résultat, que les recettes ne doivent pas être si bonnes… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *