Déplacement dans les rangs

Dans un article précédent, nous avons expliqué les avantages de l’estrade dans la classe.

Mais cela ne signifie pas que le professeur doive y rester perché, à distance de ses élèves.

Il est capital que le professeur en descende à certains moments pendant le cours pour marcher dans les allées.

On dit même que, si le professeur enduisait ses semelles de peinture, l’ensemble du sol de la classe devrait être repeint à la fin de son cours !

En se déplaçant dans les rangs pendant les devoirs sur table, le professeur peut évidemment mieux surveiller les élèves, et vérifier que personne ne copie. Cela semble évident, mais il n’est pas rare que des professeurs surveillent les devoirs depuis leur bureau, où ils corrigent eux-mêmes des copies (cela peut se justifier cependant dans le cas d’une classe très sérieuse et disciplinée).

Lorsque des élèves effectuent un exercice en classe, le professeur peut, en étant plus proche de ses élèves, leur apporter individuellement les réponses qu’ils se posent. Cela permet de compléter le cours, magistral, par des explications individualisées, ponctuelles.

Lorsque le professeur dicte son cours, marcher dans les allées peut lui permettre de vérifier, d’une part, que le cours est bien pris, et d’autre part qu’il est bien compris. En observant rapidement chacun de ses élèves, l’enseignant peut ainsi vérifier que ceux-ci ne sont pas en train de décrocher. Il peut ainsi plus facilement rectifier le tir pendant le cours. En outre, le déplacement peut aider le professeur à mieux retenir l’attention des élèves qui, ne gardant pas le regard fixe, risquent moins de rêver ou de s’endormir…

D’une manière générale, le déplacement du professeur permet d’éviter les bavardages, les élèves bavards ayant tendance à se mettre au fond. La présence du professeur au milieu d’eux fait échec à leur stratégie (souvent inconsciente, mais pas toujours).

Pour autant, comme toute bonne chose, il ne faudrait pas abuser du déplacement. S’il introduit un changement de rythme propice à l’attention des élèves, il risque aussi de lasser, s’il est permanent. De même, qu’il se déplace ou non, le professeur n’a pas intérêt à perdre de vue l’ensemble de la classe, par exemple en lui tournant le dos.

3 réflexions sur “Déplacement dans les rangs

  1. C’est stupéfiant… je n’ai pas d’autre mot. L’imposition du cours magistral est proprement étonnante : visiblement, vous êtes resté bloqué dans le temps, mais dans un temps jadis ré-imaginé, ré-inventé pour l’occasion. Un magnifique corpus d’analyse de discours ceci dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *