Enfants précoces, que faire ?

enfant-precoce«Mon enfant lit à 3 ans, se passionne pour les chiffres et veut savoir ce qu’il y a après la mort. En même temps il est incapable de choisir entre une glace à la vanille et une glace au chocolat», c’est l’introduction d’une très bonne vidéo que vous trouverez sur le web et qui fait un point sur la question des enfants précoces avec l’éminent spécialiste le professeur Olivier Revol, docteur en psychiatrie de l’enfant à Lyon.

La question des enfants précoces, surdoués, à haut potentiel, n’est pas simple, ni pour les parents, ni pour l’institution scolaire. Ce sont des enfants différents, aux réactions et aux comportements différents et qui dit différence, dit question éminemment difficile à résoudre pour l’Éducation nationale.

Cependant des progrès ont été faits grâce à un certain nombre d’associations qui regroupent des parents d’enfants intellectuellement précoces (EIP). Ces associations ont obtenu des avancées dans la loi et ce n’est pas rien. Car s’il y a 15 ans, on commençait vaguement à parler des précoces, depuis la loi de 2005, l’éducation nationale les reconnaît.

L’article L. 321-4 du code de l’éducation est ainsi rédigé :“Art. L. 321-4 – Dans les écoles, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves qui éprouvent des difficultés, notamment les élèves atteints de troubles spécifiques du langage oral et/ou écrit, telle la dyslexie. Lorsque ces difficultés sont graves et permanentes, les élèves reçoivent un enseignement adapté. Des aménagements appropriés sont prévus au profit des élèves intellectuellement précoces ou manifestant des aptitudes particulières, afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités. La scolarité peut être accélérée en fonction du rythme d’apprentissage de l’élève. Des actions particulières sont prévues pour l’accueil et la scolarisation des élèves non francophones nouvellement arrivés en France. Pour l’application des dispositions du présent article, des établissements scolaires peuvent se regrouper pour proposer des structures d’accueil adaptées.”

Les associations ont obtenu une avancée supplémentaire en 2009, que tout parent d’enfant précoce peut habilement rappeler à l’institution scolaire, mais attention, allez-y avec des pincettes, il s’agit de ne froisser personne.

En effet, la circulaire de 2009 impose à l’Éducation nationale de mettre en place des formations destinées aux enseignants pour leur permettre de s’adapter à l’intégration des enfants précoces dans leur classe. Ces formations portent sur les caractéristiques cognitives des enfants à haut potentiel et l’on doit cet enseignement aux progrès qui ont été faits par les neurosciences. Ces formations portent aussi sur les petits arrangements que l’on peut mettre en place dans sa classe.

Car il est vrai, intégrer un EIP dans sa classe demande une forte capacité d’adaptation qu’il est difficile d’acquérir seul. Comme les parents d’EIP doivent s’entourer, un professeur lui aussi doit faire la même démarche à savoir être éclairé par des professionnels qui peuvent lui permettre de comprendre les différences de ces enfants et de répondre de manière adéquate à leur soif de connaissance.

Le texte de la circulaire de 2009 est explicite : http://www.education.gouv.fr/cid49838/mene0900994c.html

Maintenant, il faut amener le sujet délicatement, car aller dire à un enseignant qu’il a besoin de se former sur la question pourrait s’avérer particulièrement contreproductif, surtout quand la remarque vient d’un parent d’élève. Par contre, lui dire que l’Éducation nationale a fait des progrès et met à sa disposition des ressources où il pourra en plus rencontrer et être conseillé par d’éminentes personnalités comme le Docteur Olivier Revol peut s’avérer plus fructueux.

Il ne faut pas sous-estimer les difficultés que vous allez devoir affronter avec les professeurs de votre enfant car l’enfant précoce est souvent un enfant en échec scolaire et un tiers d’entre eux n’arrive pas au lycée.

Répartition des difficultés scolaires en fonction du niveau de l’enfant précoce* :

Niveau excellents-bons moyens-médiocres en difficulté
Maternelle 100 % 0 % 0 %
Primaire 75 – 85 % 13 % 2 %
Collège 5 ème 60 % 25 % 15 %
Collège 4 ème 40 % 32 % 28 %
Collège 3 ème 33 % 34 % 33 %
 
* Le taux d’enfants précoces en difficulté augmente tout au long de la progression de la scolarité.
 
Pour vous aider : Quelques adresses d’associations pour enfants précoces
– A.N.P.E.I.P. Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces http://www.anpeip.org/
– AFEP Association Française pour les Enfants Précoces http://www.afep.asso.fr/
– Precoces.org Le premier portail de la précocité intellectuelle http://www.precoces.org
– AAREIP Association d’Aide à la Reconnaissance des Enfants Intellectuellement Précoces www.aareip-01.org
– ALREP Associations de Loisirs, de Rencontre et d’Education pour les Enfants et adolescents Précoces www.alrep.org

4 réflexions sur “Enfants précoces, que faire ?

  1. J’ai appris qu’en Amérique il y aurait 3 niveaux de classe par matière enseignée; une pour les lents ou ayant des difficultés, une pour les moyens, et normaux, une pour les surdoués. Tous n’étant pas forcément doués ou en difficultés dans toutes les matières.
    Cela évite que les lents et les surdoués se retrouvent cancres, les uns parce qu’on ne les attend pas, les autres parce qu’ils s’ennuient.

  2. bonjour Je sais. j’étais une enfant surdouée du sort de laquelle tous se désintéressaient excepté mon maître d’école à qui j’ai fait gravir des échelons. Ensuite, ni vu ni connu. Née dans une famille misérable, je n’ai jamais vraiment surmonté mon « handicap » ; quelqu’un de différent demeure différent quoi qu’il en soit ; je dirais même que la différence se creuse et que mes idées ne sont pas vraiment celles de tout le monde. Un bon coup de balai : supprimer ces peureux qui savent que le fil de l’épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes d’imbéciles un jour rompra : cela s’est vu… mais qui aura le courage d’affronter les parents d’enfants nuls si heureux de voir leur cancre obtenir le bac, le mammouth et ses petits, les pauvres instituteurs , pardon ! professeurs des écoles, (! le subterfuge est grossier !) encore étonnés d’avoir décroché un poste qui jouit parmi les anciens d’un certain prestige… il lui faudra une fameuse personnalité ! car plus le temps passe plus l’illettrisme s’installe alors que tant d’enfants, notamment des filles font le rêve de d’apprendre, de « savoir »…Encore un coup de bâton dans l’eau… je suis désespérée…je le serais si je ne voyais pas au-delà… mais chut… nous avons nos infranchissables tabous…

  3. bonjour : que de précautions oratoires, que de litotes pour ne pas heurter qui se heurte si facilement ! la vérité n’a qu’un visage et pas trente six ! l’atténuation ou la surcharge ne changent rien à l’affaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *