Et les profs !

La violence à l’école remonte sur le devant de la scène. Le gouvernement, à grand coup d’enquête sur le harcèlement scolaire, redécouvre des évidences. Les enfants sont violents et les chiffres publiés font frémir : 1 enfant sur 10 est harcelé à l’école ! Rappelons que cette violence s’est installée car l’autorité des adultes et en particulier celle du professeur est de plus en plus mise à mal dans nos établissements. Si le gouvernement décidait de lancer une grande enquête sur les professeurs, il en découvrirait des choses qui pourrait l’affoler.

Témoignage :  jet de bille du fond de la classe de science physique sur le professeur, heureusement raté . Résultat : « renvoi interne » de trois jours, pour un élève qui cumulait à ce moment là (fin septembre) déjà plus d’une quinzaine de rapports divers et variés. La même semaine, l’élève concerné se bat en étude avec un autre élève et frappe, « involontairement » bien sûr, la surveillante qui s’interpose : trois jours d’exclusion interne de plus, des « vacances » selon l’élève qui en sourit.

J’ai moi-même eu des problèmes avec une élève particulièrement pénible et injurieuse. Le principal a fait «enquêter» un surveillant sur les propos que j’aurais pu tenir sur cette élève pour « l’énerver ainsi » ! Après 15 jours d’arrêt (à bout de nerfs), j’ai obtenu son changement de classe. Cette élève, bien qu’avertie qu’on ne lui passerait plus rien, continue de jeter des objets sur ses professeurs. Jamais prise « formellement » sur le fait , elle poursuit son petit bonhomme de chemin en cumulant de nombreux rapports. Nous et surtout la direction, n’avons plus aucune crédibilité. Je ne parle même pas des propos antisémites, des insultes aux professeurs, des élèves qui entrent et sortent du collège comme dans un moulin, choses pour lesquelles la direction nous répète à longueur de temps « ne pouvoir rien faire de plus que ce qu’elle fait déjà », c’est-à-dire pas grand chose ! Merci de votre action qui nous fait du bien, bon courage.

3 réflexions sur “Et les profs !

  1. Il faut dire et redire bien fort qu’il y a deux poids, deux mesures, ds de nombreux établissements, en fait, ds l’E.N elle-même: laxisme pour les élèves (certains règlements intérieurs placent les DROITS des élèves avant leurs devoirs, ds la mise en pages…un beau signal!) et autoritarisme pour les profs: on a la main lourde pour les profs qui osent s’exprimer, et qu’on sanctionne par des inspections punitives, ou qu’on menace de sanctions administratives qui resteront ds leur dossier 3 ans, alors que les sanctions pour les élèves ne restent que 9 mois maxi ds leur dossier. Le prof est rabaissé, infantilisé, contrôlé, recontrôlé, tout ce qu’il dit pourra être retenu contre lui. Il ne peut pas dire la vérité sur les bulletins scolaires, car parents et proviseur lui intimeront avec brutalité de modifier ses appréciations ds le sens du mensonge. L’inspecteur sanctionnera le prof qui enseigne selon la méthode du bon sens et non pas selon l’idéologie officielle, souvent complètement absurde. Le prof a fait 5 ou 6 ans d’étude, mais on le traite de plus en plus comme un simple exécutant qui ne doit surtout pas penser par lui-même.
    Les élèves, eux, combinent tous les droits des adultes avec le droit des enfants à l’irresponsabilité……Ils ont droit à TOUTES les excuses. Il n’y a presque plus de conseil de discipline élèves, mais il y en a de plus en plus pour…..les profs! L’Institution a renoncé à éduquer les élèves, alors la hiérarchie rééduque les profs, avec brutalité, parfois avec une subtile cruauté………La formation pour les chefs d’établissement enseigne à « casser le prof »…….. C’est la politique du paillasson, qui prédomine ds tte l’E.N. : dûment battu par son cde et par son inspecteur, le prof, humilié, brutalisé, désavoué même s’il fait consciencieusement son travail, pourra enfin se comporter comme un paillasson où les élèves pourront s’essuyer les pieds: bavarder à haute voix, jouer avec leurs portables, sortir de cours, se déplacer, se disputer, faire un chahut collectif, pou lequel……SEUL le prof sera blâmé……
    La seule façon d’ouvrir les yeux à l’Institution qui a abandonné les profs, serait qu’une grave et longue pénurie d’enseignants s’installe….Que plus personne ne veuille faire ce métier ingrat et dévalorisant…..Malheureusement avec le chomage de masse, nous n’y sommes pas…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *