Clap de fin sur la culture humaniste

[…]  » Les élèves qui font du latin sont soumis à des horaires dissuasifs. Au collège la concurrence s’installe entre le latin et les classes bilangues ou les sections européennes. Au lycée, la section L est devenue exsangue et il n’est plus possible d’y suivre un parcours d’excellence (monopolisé par la section S). La continuité entre le collège et le lycée n’est plus assurée partout.

Du point de vue de l’opinion, l’enseignement au collège est jugé ennuyeux par les élèves, qui refusent d’investir un fort travail personnel dans une option. Au lycée le “plaisir du texte” semble inaccessible, les exigences pédagogiques se relâchent, le déchiffrage du texte devient une épreuve insurmontable.  » […]

Lire la suite sur La question du latin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *