Il fait bouger les lignes

Découvrez l’article de Natacha Polony paru dans Le Figaro Quotidien du 9 mars 2011 sur un professeur de collège, Marc-Olivier Vidal-Sephiha, qui fait bouger les lignes.

En voici un extrait :

Un professeur de la banlieue parisienne travaille à une méthode pour enseigner les bases de l’écriture à ses élèves de 6e et de 3e.

Il est de cette génération de jeunes professeurs qui sont arrivés là sans a priori idéologique. Juste par amour des lettres et par envie de transmettre. Quand Marc-Olivier Vidal-Sephiha est arrivé au collège Georges-Pompidou de Villeneuve-la-Garenne, classé en «prévention violence», il avait certes lu quelques livres sur la question scolaire, mais il ne savait pas réellement à quoi s’attendre. «Le premier choc, explique-t-il, s’est produit à la lecture des copies.» Au départ, une dictée à destination de ses élèves de 6e, extraite de L’Étranger de Camus. Et cette phrase, «Lui est entré dans l’eau doucement», qui devient sous la plume des élèves, au choix, «I rante doume», «lui tétentré dans l’eau» ou «lui tentré doucement».

Lisez l’article complet en ligne sur Le Figaro.fr.

Découvrez également l’article écrit par Marc-Olivier Sephiha, Dysorthographies au collège sur Skhole.fr.

4 réflexions sur “Il fait bouger les lignes

  1. J’ai été élève, j’ai été professeur et j’ai eu des enfants scolarisé et j’accuse l’ensemble des professeurs d’être à l’origine du mal qui gangrène notre éducation nationale à force de jeunisme et de contestation politique à travers les élèves. Ayez du courage, conduisez-vous en adultes responsables, ne vous laissez pas insulter ou frapper sans réagir.
    N’attendez pas la loi pour sauver vos âmes, soyez enfin des ÉDUCATEURS au lieu de n’être que des instructeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *