« Je suis marquée au fer rouge » : une ex-dysorthographique témoigne

Diagnostiquée dyslexique, ce n’est qu’à 36 ans qu’Anne-Marie Gaignard se rend compte que ce n’est pas son cerveau qui est en cause mais la façon dont elle a appris à lire et à écrire, avec une méthode globale dans une école pilote des pays de Loire  » J’ai servi de cobaye » raconte-t-elle
En 2010, elle a fondé l’association Plus Jamais Zéro pour venir en aide aux enfants en très grande difficulté scolaire. Elle revient sur la souffrance inimaginable des enfants qui n’ont pas su apprendre à lire au CP.

Ancienne dysorthographique sévère, …j‘écrivais comme j’entendais. Salle d’eau : « saldo » sans avoir la conscience des mots. Et ça m’a collé à la peau.Cette méthode globale, c’est mon cauchemar. J’adorais les mots. J’adorais l’oral – d’ailleurs, je l’ai développé. Mais je ne pouvais pas me servir de mon crayon. À chaque fois que je me servais de ce foutu crayon, c’était pour me faire descendre. Et ça m’a suivie toute ma scolarité.

On m’avait offert un dictionnaire. Je me suis dit « je suis sauvée : un dictionnaire, il y a tous les mots dedans ! Je vais les apprendre par cœur ». Je dormais avec mon dictionnaire… mais voilà : fallait-il encore trouver le mot. À l’époque ma mère me disait d’apprendre tant de mots dans le dictionnaire et de lui réciter les définitions. « Hélicoptère ». Je l’ai cherché, je ne l’ai jamais trouvé. Parce que je ne suis pas allée au « h »!

De l’humiliation en permanence : du rouge sur la copie… on ne comprend pas ce qu’il nous arrive.

On m’avait collé, petite ,deux étiquettes sur le dos : « celle qui fait une faute par mot » ; et la deuxième – j’avais 8 ans, plaquée le long d’un mur, quand l’institutrice a dit à ma mère : « je pense que votre fille ne sera pas en mesure de balayer les couloirs d’un hôpital ».

Aujourd’hui, quand un enfant s’assied chez moi, je lui dis « regarde-moi bien dans les yeux. Moi, je ne vais pas te mentir. Parce que moi, on m’a menti toute ma vie. Cela m’a bousillé ma première partie de vie. J’ai perdu un premier mari à cause de ça. Parce qu’on se construit sur quelque chose de bancal. On n’est pas debout sur ses deux pieds« …Je suis marquée au fer rouge. Ça ne me quittera jamais. Parce que je pense qu’on est dysorthographique à vie.


Qui est Anne-Marie Gaignard ?

Anne-Marie Gaignard a fait partie, toute sa scolarité, de ces élèves stigmatisés par une mauvaise orthographe. Diagnostiquée dyslexique, ce n’est qu’à 36 ans qu’elle se rend compte que ce n’est pas son cerveau qui est en cause mais la façon dont elle a appris à lire et à écrire.
En 2010, elle a fondé l’association Plus Jamais Zéro pour venir en aide aux enfants en très grande difficulté scolaire.
Elle est l’auteur de : Hugo et les Rois volumes 1,2 et 3, Le Robert, 2003-2004 ; Grammaticus, Éditions Duteil, 2009-2010 Coaching orthographique, 9 défis pour écrire sans faute, Éditions de Boeck Duculot , 2010

Voir son intervention lors du colloque « Vaincre l’illettrisme, ça commence au CP »

2 réflexions sur “« Je suis marquée au fer rouge » : une ex-dysorthographique témoigne

  1. Et bien ça prouve que les connaissances avancent ! Que les enseignants sont plus sensibles à ces difficultés dont il n’avaient aucune connaissance il y a vingt ans et qui ne faisait pas partie de leur formation. J’arrive à la retraite d’enseignant cette fin d’année et ce n’est que depuis dix ans qu’on nous propose des conférences, des éléments de connaissance sur les « dys- » ! Ceci dit, à côté de ça la formation des professeurs est en berne et ce gouvernement préfère mettre des maîtres non formés dans les classes plutôt que de revoir la formation de ceux-là ! L’éducation nationale évolue sur les bases d’une société qui avance… ou recule parfois aussi ! Et accuser les enseignants d’avoir laissé passer des problèmes de ce type c’est comme dire qu’on aurait du inventer l’airbag pour les voitures plus tôt ! ça n’a aucun sens !

  2. Le but des commentaires est de permettre un change entre les auteurs et les lecteurs de Sciences Humaines. Si vous avez un probl me ou une question concernant votre compte, votre abonnement ou votre commande, consultez l’aide du site ou contactez par email le Service Clients .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *