La méthode syllabique dans toutes les classes

A l’occasion du lancement du site sur la méthode syllabique de SOS Education, nous avions demandé à nos sympathisants d’interpeller leur député  (Écrivez à votre député).

Vous aviez été plusieurs milliers à écrire directement à votre élu.

Résultat : un certain nombre de nos parlementaires s’étaient mobilisés notamment à travers des questions écrites.

Cette campagne remonte à plus d’un an. SOS Education l’avait lancée en décembre 2010 au moment de la publication – bien amère- des résultats de nos écoliers dans le classement international réalisé par l’OCDE.

Dominique Orliac, députée PRG, élue dans le Lot, s’était mobilisée sur cette question en juin dernier.
Le Ministre de l’Education lui répond enfin. Nous sommes désolés de vous l’apprendre : ce n’est pas aujourd’hui que nous suivrons les traces du miracle anglais.

Le Ministre attend les résultats de nouvelles recherches.  Jusqu’où les notes de nos écoliers doivent-elles chuter pour que le Ministre impulse une réponse positive ?  On se le demande
La réponse du Ministère à la députée Dominique Orliac

5 réflexions sur “La méthode syllabique dans toutes les classes

  1. Pour débuter l’apprentissage du violon, on dispose de plusieurs méthodes, la classique, la Suzuki et d’autres. On raconte volontiers que la Suzuki est plus difficile au début mais avantageuse.

    Or les violonistes expérimentés se contre-fichent de la méthode initiale car la pratique quotidienne leur a permis de dépasser ces conneries.

    Pour savoir lire (une partition) on lit TOUS LES JOURS. Pour écrire, on fait des dictées musicales TOUS LES JOURS en corrigeant les fautes. Enfin, concernant l’instrument, on répète 500 fois s’il le faut. C’est bien LA PRATIQUE qui conduit pour 90% au résultat.

    Si le conservatoire devenait aussi débile, il ferait apprendre par cœur pour mardi les pages 105 et 106 de la méthode, avec interrogation! Mais il considérerait secondaire de vérifier si cette connaissance se traduit correctement dans la pratique de l’instrument… Débile.

    L’apprentissage de l’écriture et du calcul nécessite de la pratique :
    Dictées corrigées en classe, Tables de multiplication répétées en classe, Ecriture corrigée en classe, mots réécrits.
    La méthode initiale de lecture n’a aucune incidence après suffisamment de pratique de l’écriture. Ce n’est pas la méthode initiale qui serait responsable d’une mauvaise orthographe. C’est le manque d’une pratique soumise à correction.

    Si un combat est envisagé, ce doit être celui de la pratique en classe.

  2. …et vous ne parlez pas des maths …

    mon inspecteur m’a expliqué, la semaine dernière ( je suis profs de sciences en lycée ) que si on posait mon exercice à n’importe qui dans la rue, personne ne saurait y répondre, ce qui est bien la preuve que nos élèves savent faire plein de choses… Magnifique analyse qui reflète l’air du temps et justifie la baisse abyssale des connaissances des élèves…

    liez aussi notre ministre, dans libération de cette semaine qui explique que de nos jours il n’y a plus raison d’avoir de connaissances …

    tant que les gens qui ont bouleversé l’école, il y a 20 ans, seront aux commandes, aucune bonne chose ne pourra sortir du ministère de l’éduc’ nat’: c’est une secte.

  3. Secte oui, mais avec quels objectifs?
    Tout cela n’est pas gratuit!
    Relire « pour lutter contre illettrisme » de Luc Ferry et « le pacte immoral » de Sophie Coignard!

  4. Bonsoir, je suis totalement d’accord avec la constatation que c’est la pratique qui fait 90% du résultat. Je suis par alleurs totalement affligé par le niveau ambiant de maîtrise du français, tant dans le milieu professionnel que dans le milieu scolaire, ceci étant à mon avis la conséquence de cela.

    J’ai 52 ans, je suis informaticien, descendant d’une longue lignée d’enseignants et père de deux enfants que j’ai accompagnés de façon très étroite quand ils étaient à l’école primaire et aussi au collège, afin de tenter de leur donner une pratique de la conjugaison, de la grammaire mais aussi de l’arithmétique que l’école n’assure plus ou plus suffisamment aujourd’hui. Il y aurait sûrement beaucoup de choses à dire sur la question et sur les raisons qui ont amené une telle situation, mais je suis d’avantage motivé par la recherche de solutions que par un embarquement pour une croisade.

    Je veux juste ici présenter une réalisation dont je suis l’auteur, sur laquelle j’aurais des tonnes de choses à dire, je vais tenter ici de rester le plus concis possible.
    Il s’agit d’un outil qui s’appelle Syrena accessible sur internet, qui offre aujourd’hui des activités de conjugaison, orthographe, arithmétique, vocabulaire Allemand et Anglais, et conjugaison allemande. Encore un site proposant des exercices ? Oui, mais ceux que j’ai eu l’occasion de consulter, proposent un nombre très limité d’items pour chaque activité : est-il suffisant de remplir une dizaine de phrases à trous pour acquérir définitivement par exemple la maîtrise de la différence entre « ou » et « où » ? Syrena propose en général plusieurs centaines d’items pour chaque activité, de sorte qu’il puisse y avoir une pratique régulière, de préférence quotidienne pendant une durée que j’espère suffisante. Il y a également une gestion des erreurs que fait l’élève, consistant à lui proposer à nouveau les items sur lesquels il s’est trompé, ainsi qu’une gestion de révisions, permettant de vérifier qu’il est toujours capable d’effectuer avec succès les items qu’il a réussis par le passé.
    Avec Syrena, il est de plus possible, pour le moment avec intervention de ma part, de changer (corriger, réordonner, améliorer, compléter) le contenu d’une activité ou même l’adapter à un élève.
    L’oeuvre est loin d’être terminée, il ne faut donc pas s’étonner que des activités manquent, mais les choses s’enrichissent progressivement, et j’avoue que le fait que Syrena soit utilisée serait un encouragement certain pour moi à continuer.

    Pour vous rendre compte de quoi il s’agit, vous pouvez tester Syrena sur http://sldeepblue.homelinux.net/SyrenaCgi/ListerEleves.sh?F
    Groupe = Demo
    Qui va là = DemoF
    Mot de passe = demo
    Ensuite vous pouvez choisir une discipline et une activité pour vous la tester. N’oubliez pas de faire occpuer tout l’écran à votre navigateur (Internet explorer ou firefox; je pense que ça marche aussi avec chrome). Soyez gentil de toujours cliquer sur le bouton Arrêter pour quitter une activité, cela évitera de bloquer pendant quelques minutes la connexion de l’utilisateur DemoF.

    Je suis très intéressé d’avoir des utilisateurs réguliers, afin de pouvoir mesurer l’efficacité de l’outil.

    Ah oui, j’oubliais, mon but n’est pas de gagner des sous sur le dos des familles inquiètes pour l’avenir de leurs enfants, l’accès à Syrena est donc gratuit et l’abonnement, nécessaire afin que chacun ait sa propre progression, également.

    De plus, lorsque que je jugerai Syrena dans un état suffisamment avancé, je n’aurais rien contre le fait de permettre à qui le souhaite de créer sont propre serveur Syrena, la condition évidente étant que l’intéressé n’ait tout comme moi pas objectif mercantile. Ce pourrait être intéressant pour une école par exemple.

  5. Je tiens à m’excuser pour ce magnifique « créer sont propre serveur » qui a échappé à une relecture un peu rapide, ainsi que pour le « occpuer » dont chacun aura évidemment remis le « p » à sa place. Les cordonniers se chaussent parfois eux même mal:-).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *