La non-maîtrise de l’orthographe : un handicap au travail

Le niveau en orthographe baisse. Oui, mais aujourd’hui le problème s’accentue.

Vous trouverez dans ce reportage d’une grande chaîne de télévision un florilège d’exemples : un cadre dirigeant qui va passer des heures à écrire un simple mail, des étudiants bardés de diplômes auxquels on fait faire des dictées, etc. Ces exemples résument bien cette terreur au quotidien de ne pouvoir écrire quelques lignes au risque d’y glisser une, deux, trois fautes.

Et l’on voit émerger un nouveau métier : les coachs en orthographe. Ils réparent ce que l’école n’a pas su faire pour des générations entières d’élèves pourtant sagement assis à écouter leurs professeurs. On aurait aimé que le reportage aille jusqu’à la conclusion de l’histoire.

Si autant de jeunes gens, avec des profils très différents, ressortent avec autant de savoirs de base non acquis, c’est qu’il faut revoir de fond en comble la façon dont on enseigne ces bases. La question des méthodes de lecture n’est pas loin. Patience.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=qvu6P3E2j1I]

Une réflexion sur “La non-maîtrise de l’orthographe : un handicap au travail

  1. Bonjour à tous, heureux de retrouver ce blog que je déplore avoir négligé trop longtemps. Intéressant reportage sur ces nouveaux métiers parascolaires.
    Oui, l’orthographe se détériore non seulement chez les élèves, mais aussi chez beaucoup de mes (jeunes) collègues. Il leur faut beaucoup d’effort de concentration pour n’en pas commettre. L’inaptitude orthographique des jeunes est également liée, je m’en rends compte de plus en plus, à l’absence totale de concentration des élèves en cours. Ayant le mot devant les yeux, ils sont souvent incapables de le reproduire sans faute.
    Je crois que la grande affaire de l’école de l’avenir est d’apprendre avant tout à l’enfant le sens de l’écoute, de l’attention, de la concentration. Il y a des exercices qui permettent d’améliorer les choses, et rapidement.
    On ne changera pas rapidement de société, et je crois que celle-ci est à bien des égards déstructurante pour l’enfant. Mais on peut, pendant le temps scolaire, le réconcilier avec les études en lui apprenant à utiliser à plein et à maîtriser le temps qui passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *