Les « commissions poubelles »

Les “commissions poubelles” ont eu lieu.

De quoi s’agit-il ? Dans le jargon des enseignants, il s’agit de commissions chargées d’affecter dans les classes de 2de des lycées professionnels où il reste encore des places, les élèves réputés turbulents et perturbateurs qui, en raison de leurs résultats scolaires et de leur comportement, n’ont été acceptés nulle part ailleurs.
Ces élèves-là qui se savent soutenus par des parents irresponsables ou démissionnaires, sont incapables de se plier à la moindre discipline et ont, après quatre années (minimum) de collège, un niveau qui ne leur permet pas de suivre le programme – pourtant très léger – de 2de.

Mais comme le gouvernement préfère savoir les perturbateurs dans une classe (où ils ne s’en prendront qu’à un enseignant à la fois) plutôt que dans la rue (où ils risquent de faire des dégâts), ils sont coûte que coûte inscrits dans un établissement scolaire où dès leur arrivée ils retrouveront des copains avec lesquels ils formeront une bande capable d’imposer “sa” loi aux autres élèves et aux professeurs.

Au moment où, après la rentrée, la plupart des classes commençaient à prendre un rythme de travail et où certains élèves percevaient la nécessité de faire des efforts pour surmonter leurs difficultés, les élèves ainsi repêchés par les “commissions poubelles” arrivent pour tout désorganiser, pour tout déséquilibrer, pour démolir le travail déjà accompli par les enseignants et généralement apprécié des élèves motivés.

Résultats : des professeurs qui, trois semaines après la reprise des cours, craquent nerveusement en imaginant les difficultés qu’il leur faudra surmonter ; des chefs d’établissement désemparés ou désabusés ; une montée en flèche des accrochages et des incivilités… en attendant pire; des recteurs d’académies sourds aux signaux d’alarme lancés par les professeurs ; des bons élèves qui annoncent déjà leur intention de quitter les établissements pour éviter d’avoir à supporter l’insupportable…

Le gouvernement se félicite de l’ouverture de quelques établissements “spéciaux” où des élèves particulièrement difficiles seront remis sur les rails – du moins l’espère-t-on – grâce à une discipline efficace. Mais qu’attend-on pour remettre cette même discipline dans l’ensemble des établissements scolaires puisqu’on la dit efficace?
“Discipline” et “sanctions” sont deux mots qui apparaissent dans la “lettre” que M. Sarkozy avait envoyée à tous les enseignants et éducateurs au lendemain de son élection à la présidence de la République.
“Rien que des mots…” chantait Dalida!

Un professeur de Lettres en lycée
(envoyé par mail)

2 réflexions sur “Les « commissions poubelles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *