Les enseignants ne sont pas formés mais « déformés »

Je suis professeur des écoles. Il y a 10 ans, j’étais en formation et déjà effarée de la dictature idéologique que l’on nous imposait.

La méthode globale de lecture était toujours enseignée en IUFM et Centres de Formation Permanente (CFP) il y a 10 ans, mais sous une forme déguisée, nommée méthode interactive.
Ce qui est encore plus grave, c’est que cette méthode est appliquée dans toutes les disciplines: maths, sciences, histoire, français, art… Les enfants n’ont plus de repères.

Pour citer un exemple parmi tant d’autres, je me souviens avoir été prise à partie par le prof d’histoire pour avoir osé soutenir qu’il était plus judicieux de l’enseigner dans l’ordre chronologique, et non plus au gré de nos envies et de nos projets ou de l’actualité en primaire.

Il me semblait en effet important de souligner que non seulement les professeurs ne sont pas formés mais qu’ils sont réellement « déformés »(selon les termes du directeur de CFP) et que c’est toujours d’actualité pendant les sessions de formation continue.

Une enseignante des Hauts-de-Seine

3 réflexions sur “Les enseignants ne sont pas formés mais « déformés »

  1. Bonjour,
    En tant que simple parent non enseignant, c’est exactement ce que je ressens et dis (en vain !) depuis des années, pendant lesquelles j’ai pu observer le parcours de mon fils au primaire, avec, pour résultat, maintenant qu’il est en 6e, l’impression qu’il n’est quasi pas allé à l’école auparavant : des bribes, des bribes et des bribes de « compétences », de « notions » non assimilées, tous azimuts, du fonctionnement de l’ONU aux migrations des populations subsahariennes, en passant par l’évolution de la place des femmes après la Seconde Guerre mondiale ou la « strucutre du conte », sans trop savoir qui étaient Charlemagne ou Louis XIV ni ou se trouve la France sur le globe, sans maîtriser ce que sont le sujet ou le complément d’objet direct, sans pouvoir dire ce que sont une plaine, un plateau ou situer le Rhin et le Rhône, sans pouvoir lire encore avec facilité, sans savoir écrire autrement que vaguement phonétiquement… au pif.
    Bref, comme pour des millions d’autres gamins, un gosse « azimuté », sans repères et qui s’est épuisé à « nager » dans un océan de notions inarticulées, inclassables, inexploitables, et qui, aujourd’hui, ne sait que dire « Tout ça ne m’intéresse pas ! », soit un gosse pour qui l’école est un calvaire, et dont l’avenir est lourdement grevé.
    Les enseignants, surtout dans le primaire, sont devenus de vagues « animateurs » complaisants : faut plaire aux enfants, les traiter en adultes tout en les confinant dans un monde puéril, et nos enfants font, bien souvent, du tourisme en classe…

  2. En tant que prof de lycée, je peux témoigner que ce qu’affirme kiwala ( « Les enseignants, surtout dans le primaire, sont devenus de vagues “animateurs” complaisants : faut plaire aux enfants, les traiter en adultes tout en les confinant dans un monde puéril, et nos enfants font, bien souvent, du tourisme en classe… » ) est totalement exact … on nous demande d’occuper les enfants, de leur plaire … on les fait tous passer complaisamment de classes en classes ( économies + démagogie )… Résultat ?? on crée des épreuves simplifiées, et on surnote …

    L’enfant est ROI.

    • Et bien non je ne suis pas d’accord. Certes votre description est réaliste mais nous sommes de plus en plus nombreux à entrer en résistance. J’ai 22 ans de service et cela fait maintenant une bonne quinzaine d’années que je n’applique plus les programmes « officiels ». Place aux disciplines fondamentales!!!! Français, Mathématiques,Histoire (de France ) et Géographie ( de la France ) Je suis un enseignant heureux, avec beaucoup d’exigences qui a travaillé de nombreuses années en ZEP, j’enseigne en école publique. Je peux vous dire que lorsque je reçois les parents en réunion, c’est moi qui leur impose mes exigences et ce que j’attends d’eux pour la réussite de mes élèves, de leur enfant.
      Je suis maintenant depuis 9 ans affecté dans une école favorisée, et ne croyez pas que cela soit plus facile avec des enfants rois qui sont élevés par des parents rois. Mais c’est moi le maître, et je suis là pour enseigner, et transmettre des connaissances, noter sans complaisance avec bulletin et classement à chaque période de vacances!!!! Résultats mes CM2 sont les meilleurs au collège à leur entrée en 6ème, et ceux partant dans le privé sont en tête aussi. Facile quand les autres enseignants appliquent la médiocratie des programmes concoctés par des pédagogues fumistes… Je suis aussi un militant, et les jeunes enseignants arrivant dans mon école découvrent effarés ce qu’enseigner signifie. Bref je reste optimiste, je suis certain qu’un jour nous inverserons la tendance actuelle, l’Angleterre et d’autres pays l’ont bien fait. C’est à nous enseignants de ne pas être des moutons, de prendre nos responsabilités….. afin d’élever notre  » douce France » Le combat sera long, difficile face aux politiques actuelles mais c’est de notre devoir d’enseignants passionnés,motivés. Je ne renoncerai jamais à ce simple principe: transmettre des connaissances digne de ce nom!!!!!!
      Merci

Répondre à Kiwala Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *