Les orthophonistes en colère

Lettre adressée à l’Éducation nationale

L’apprentissage de la lecture du français conditionne toute la suite des apprentissages. Au lieu de prendre les cabinets d’orthophonie pour des déchetteries, utilisez donc la méthode phonétique et gestuelle de Borel-Maisonny en classe de CP (en 36 ans de carrière, je n’ai jamais eu d’échec), plutôt que de réserver à vos classes de rattrapage, en ayant l’air de découvrir le dernier Goncourt, cette méthode qui date des années 1960 ! C’est facile de voir des « dys… » partout chez les élèves : dyslexiques, dysorthographiques, dysgraphiques, dyscalculiques (et j’en oublie !) et d’envoyer les enfants en rééducation ensuite.

Madame B – orthophoniste à Marseille

 

3 réflexions sur “Les orthophonistes en colère

  1. Tout à fait d’accord, il n’y a pas qu’UNE méthode, mais il y en a de meilleures que d’autres… La méthode Borel-Maisonny est simple d’utilisation, très parlante et donne quand même de très bons résultats. Il est vrai qu’il est regrettable qu’elle ne soit pas plus populaire. En outre, la méthode des Alphas est particulièrement efficace également et rentre dans le cadre du matériel pédagogique à disposition auprès du corps enseignant. Pourtant, rares sont les instits que je connais qui l’utilisent, dommage! Ce ne sont généralement que les instits spé qui s’y collent, et encore! Je crois que l’aspect ludique laisse sceptique et fait croire à la futilité de la méthode… re-dommage, c’est tout le contraire! Ce qui est sûr, c’est que d’année en année, les enfants fréquentant mon cabinet s’ennuient en classe et ont de moins en moins de goût à l’apprentissage de la lecture, alors qu’avec les Alphas, ils adorent!
    Personnellement, j’utilise le cocktail Borel + Alphas et j’obtiens de bons résultats. Malheureusement, je me dis que certains enfants n’auraient effectivement pas dû atterrir chez moi si on les avait motivés avec des méthodes parlantes pour eux…

  2. Martin,

    Vous avez un ou deux élèves qui redoublent. la belle affaire! C’est toujours bien mieux que de trainer ses difficultés péniblement jusqu’à la sixième! quand comprendra-t-on que parfois un redoublement n’est pas QUE stigmatisant, qu’il peut permettre de remettre un élève sur de bons rails, même si pour ma part je préfère la solution des classes relais.
    Encore une fois TOUS les élèves ne sont pas égaux devant l’étude et l’école. Lorsqu’on comprendra cette simple évidence, les choses iront bien mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *