L’offensive des partisans de l’école traditionnelle (« Le Figaro »)

Le Figaro a fait paraître aujourd’hui (p. 9) un dossier consacré à « l’offensive des partisans de l’école traditionnelle ».

Dans l’article (non-accessible sur le site) « D’Alain Finkielkraut à Jean-Paul Brighelli, des sensibilités très différentes », SOS Éducation est à l’honneur en la personne de son délégué général, Vincent Laarman :

Ce jeune homme, « père de quatre enfants » [cinq en fait] comme il aime à se présenter, est l’un des fondateurs de SOS Éducation, une association de parents d’élèves créée en 2001 qui affirme regrouper 80 000 parents et professeurs « pour la défense de l’école ». […] [SOS Éducation] s’est notamment distinguée par une campagne de presse en 2006 demandant aux parents de vérifier si le manuel de lecture de leur enfant respectait la méthode syllabique. […] Antipédagogiste, [SOS Éducation] affirme que l’école a pour première mission d’instruire les enfants. L’épanouissement passe après. Elle souhaiterait en finir avec la « cogestion » entre syndicats et ministère de l’Éducation nationale.

Dessin d'Éric Galland

Dessin d'Éric Galland

0 réflexions sur “L’offensive des partisans de l’école traditionnelle (« Le Figaro »)

  1. L’article en question marque ses distances avec SOS Education, style « on ne déjeune pas avec le diable même avec une longue cuillère » (R. Barre). C’est ici que l’on voit à quel point le mot « liberté » est un principe naturellement suspect dans la culture française de ces 30 dernières années. Je conseille la relecture de l’excellent ouvrage du regretté Maurice Druon : ‘La France aux ordres d’un cadavre ». L’Éducation nationale est encore aujourd’hui en Europe la principale structure de type marxiste et ce encore pour fort longtemps il est à craindre.
    Peu importe de savoir si vous avez 80 000 adhérents ou moins. L’essentiel est de pouvoir faire entendre une autre musique et faire porter l’espoir du changement et de la liberté de chacun.

    • le mot “liberté” est un principe naturellement suspect dans la culture française de ces 30 dernières années.

      On objecte souvent à la liberté la tarte à la crème du « renard libre dans un poulailler libre », comme si la situation actuelle ne s’y apparentait pas déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *