L’orientation : au service des jeunes et des familles ?, par Bernard Buffard

S’orienter, c’est trouver son chemin. Orienter, c’est aider à trouver son chemin. Ce sont les propos mêmes de Xavier Darcos, à Lyon, en septembre dernier, lors d’une conférence sur le thème : « Gérer les transitions : l’orientation tout au long de la vie ».

L’orientation est un sujet très important, qui ne doit pas être pris à la légère, du fait de l’engagement pour une vie professionnelle future et du besoin croissant de qualification.

Par ailleurs, l’orientation est un acte pédagogique particulièrement délicat.

Mais sommes-nous sur la bonne voie pour espérer apporter une réponse à la hauteur des attentes des jeunes et des familles ?

Certes, 50 % des jeunes ont une idée assez précise du métier qu’ils souhaitent exercer plus tard, mais pour l’autre moitié il est nécessaire d’y consacrer du temps et de mutualiser les énergies, finalement de se mobiliser davantage.

Concernant les Forums métiers, ils nécessitent d’être organisés de manière plus structurée.
Aujourd’hui, les démarches sont encore trop dispersées, entraînant un gaspillage financier et idéologique important : opposition public-privé, formation initiale-apprentissage, grandes écoles-université. Quand verrons-nous tous les acteurs réunis pour mener des actions d’information communes et objectives au bénéfice des jeunes ?

Lors des Forums métiers, ce sont bien les métiers (artisanat, industrie, bâtiment, services, santé, administration, professions libérales…) qui doivent être mis en avant et non les formations, l’essentiel étant de favoriser le dialogue entre les professionnels et les jeunes à la recherche d’une voie les menant vers un emploi conforme à leurs valeurs et leur apportant la reconnaissance à laquelle ils aspirent.

Trouver la formation ad hoc pour y parvenir est un jeu d’enfant accessible à tous grâce à Internet.
C’est pourquoi le rôle des conseillers d’orientation psychologues, en relation avec les enseignants et les parents, est d’accompagner chaque jeune, individuellement, de façon personnalisée, dans sa recherche, en analysant ses souhaits, ses goûts, ses aptitudes, son intuition. Cette analyse le mènera sans doute vers de nouveaux horizons. Les liens entre ce triptyque d’acteurs sont d’une importance capitale pour garantir une véritable analyse globale des compétences et des aptitudes. C’est le coaching.

Des outils utiles sont présentés dans l’ouvrage réalisé par Pascale Marmara et Jeanine Over de Linden : Orientation : aidons les jeunes à construire leur avenir, aux Editions Diateino.

Pour y parvenir, les acteurs de l’orientation sont invités à participer aux nombreuses démarches initiées par l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie dans le cadre des Journées nationales portes ouvertes (JNPO) qui se déroulent en octobre de chaque année, mais aussi aux actions menées par les clubs Jeunesse et Entreprises (AJE) proposant des rencontres « Découverte des entreprises » tout au long de l’année.

L’échange entre les dirigeants d’entreprises et les enseignants ou conseillers d’orientation est une source d’information précieuse, et permet de mieux comprendre le métier de l’autre.

Par ailleurs, les jeunes eux-mêmes doivent bénéficier d’un soutien logistique pour découvrir le monde du travail : ses attentes, ses atouts, mais aussi ses contraintes et ses débouchés. Il est donc souhaitable qu’ils se rendent compte, sur le terrain, des différentes facettes des métiers, des conditions de travail, des évolutions de carrière possibles, de l’accomplissement personnel dans l’emploi. Ces démarches doivent être amplifiées dans les collèges et les lycées. L’association Jeunesse et Entreprises joue, là encore, un rôle déterminant grâce à l’action  « Un parent-un métier ».

Enfin, la mise en place d’un carnet de suivi d’orientation, tout au long de la scolarité du jeune, permettrait une certaine traçabilité des démarches engagées (rencontres, visites, échanges…).

Toutes ces propositions figurent dans l’essai dont je suis coauteur Collège-lycée : service public d’éducation ?.

C’est en développant l’information, la sensibilisation, les visites de terrain, les stages, que nous pourrons changer l’image de certains métiers et améliorer l’orientation des jeunes.

Bernard Buffard

4 réflexions sur “L’orientation : au service des jeunes et des familles ?, par Bernard Buffard

  1. Bonjour,

    c’est un très bon billet! Je suis d’accord avec les idées qui y sont développées. En particulier, vous évoquez ici le cas d’une association, Jeunesse et Entreprises, qui organise et propose différentes activités liées à la découverte des métiers, de l’environnement de l’entreprise.

    A ce propos, je me pose la question: faut il absolument focaliser le rôle d’orientation dans les établissements scolaires (collège-lycée) comme semble le préconiser le rapport Descoins (que j’ai lu grâce au lien dans un des articles de ce blog)? Ne faut il pas d’avantage encourage le travail associatif en ce qui concerne l’élaboration des contenus appropriés, le recueil d’informations, la préparation des activités? Pour que les lycées puissent accueillir ensuite ces associations, tout en restant concentrés sur d’autres missions qui leur sont attribuées?

  2. l’information sur les filières existent et l’ONISEP fournit des outils tout à fait adaptés ! encore faut-il que les jeunes apprennent à se découvrir et connaissent leurs aptitudes , leurs compétences, leurs goûts pour exercer un métier qu’ils ont choisi! et c’est loin d’être facile!!!!!! les éducateurs, à savoir leurs parents, les enseignants au sens large sont là pour les aider de même que des outils ! tout cela est très bien expliqué dans l’ouvrage cité : « l’orientation, aidons les jeunes à construire leur avenir » de J. over de Linden et Pascale Marmara! chez DIATEINO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *