Méthodes de lecture et enseignement des mathématiques

 

Madame, Monsieur

J’enseigne depuis 30 ans au collège en tant que professeur de mathématiques et, bien sûr, je constate depuis des années que nos élèves ne savent plus lire. Et c’est de pire en pire.

Aussi je voudrais vous faire quelques remarques que je pense judicieuses.

En arrivant en 6e plus de la moitié des enfants ne sont pas en mode  lecture (syllabe par syllabe) mais en mode « reconnaissance de mots » (méthode globale ou apparentée ; ndlr).

Ce qui fait que, par exemple cette semaine, j’ai entendu le mot « quotidien »  pour « quotient »  puis, peu après, « qualité » pour « quantité ».

Et ce sont des majorités de classe qui se trompent, ou bien des élèves qui butent sur les mots en essayant de les deviner. Mais quand on lit syllabe par syllabe on ne bute devant aucun mot, on le lit, on le comprend après.

Bien sûr, en reconnaissance de mot, l’élève ne lit pas mais reconstitue un mot qu’il pense être le bon à partir de certaines syllabes visualisées et reconnues dans ce mot.

Donc la méthode d’apprentissage est catastrophique, mais après réflexion et discussion avec des enseignants de CP, il apparaît que les élèves sont souvent «  formatés » en arrivant au CP.

Je m’explique : en maternelle on force des enfants à reconnaître des mots. J’ai eu cette semaine l’exemple d’une maman à qui on demandait à son fils de reconnaître les noms des mois de l’année.

Que voulez vous qu’il se passe ? L’enfant met en place de lui-même une méthode de « reconnaissance par analogie ». Et quand, plus tard au CP, on introduit la méthode syllabique (et encore c’est loin d’être le cas partout !), je pense qu’une partie limitée des enfants va intégrer la nouvelle méthode, mais une grosse partie, qui aura été formaté dès l’école maternelle, restera sur la première programmation de son cerveau , car tout le monde n’aura pas l’aptitude à faire le tri entre ces deux méthodes.

Donc il ne suffit pas de donner la bonne méthode au CP mais de voir et de chercher comment l’enfant fonctionne et ce qui a facilité cette méthode de « reconnaissance par analogie ». L’utilisation d’écrans sur lesquels on regarde dans tous les sens et on reconstitue le tout à partir de certains éléments n’y est elle pas aussi pour quelque chose ? Ou bien les élèves fonctionnent-ils autrement, naturellement ?

En tout cas cette méthode de reconnaissance et d’analogie a fait que les élèves ont écrit il y a 20 ans «  les droites sont parallèles » puis il y a 10 ans « les droite sont parallèle » puis il y a 8 ans « le droit sont  paralèle » puis maintenant « le droit son paralle »

Et là ma dernière remarque : quand on est en mode reconnaissance pourquoi écrire parallèle puisque avec le « para » et le « le » on reconnait le mot ?

Je pense qu’on a aussi une des raisons de l’écriture catastrophique.

En ce qui concerne les mathématiques que je confirme que c’est catastrophique puisqu’il n’y a plus de rigueur et de sens du détail. Les élèves confondent les mots, le 10 – 3 et le 3 – 10 , et sur 25 élèves, 20 ne savent pas et ne peuvent pas poser correctement 100 – 12,4 ou confondent 13,45 et 1345 et plus tard en 3e plus d’un élève sur deux ne voit pas le signe moins dans la formule f(x) = – 3x, malgré la remarque de l’enseignant de faire attention.

Pour terminer , je donne un exemple tiré des cahiers d’évaluation d’entrée en 6e que nous faisons toujours passer dans mon département, un exercice, bien réussi par tous il y a 15 ans, est devenu faux pour pratiquement tous les élèves, alors que les élèves à l’oral connaissent la réponse (c’est-à-dire connaissent ce qu’est le double d’un nombre et sa moitié) : l’exercice consiste à compléter la phrase «  30 est _______de 15 » par « moitié » ou « double » et tous les élèves se trompent ! Or ils connaissent ces notions, mais ils ne lisent plus le « est », donc ils pensent « 30 moitié 15 » oui c’est juste ! Et ils répondent tous moitié !

J’espère que vous ferez parvenir ce courrier à qui de droit pour étayer vos observations, mais  il me semble que les vrais problèmes soient encore loin d’être compris par nos responsables de l’éducation.

C. R.

2 réflexions sur “Méthodes de lecture et enseignement des mathématiques

  1. Bonsoir Monsieur,
    Votre témoignage est à la fois poignant et tristement véridique.
    C’est la terrible réalité actuelle.
    Vous terminez votre courrier en espérant que celui-ci éclairera quelque peu les responsables de l’éducation.
    Et là, je pense qu’il y a une erreur.

    Parce qu’ils savent très bien ce qu’il se passe. Et c’est tout à fait volontairement qu’ils sabotent le système éducatif.

    Parce qu’un peuple illettré est beaucoup plus facile à manipuler à dominer qu’un peuple instruit.
    Donc leur entreprise depuis déjà pas mal de temps, c’est la domination du peuple, et l’un des outils c’est de le rendre illettré.

    • Messieurs, suite à vos témoignages je voudrais ajouter qu’il s’agit bien de rendre illettré, mais plus, aussi de « dés-orienter » :
      – par des pré-choix de conseils de classe, alors même que l’élève ne soit re-connu en tant qu’enfant, individu par le biais d’échanges avec les parents. Pas de discussions, juste une fiche multi choix : selon le « conseil écrit  » cocher le « choix »? (en est-ce toujours un du coup?) par écrit et rendre au plus vite à l’établissement pour validation;
      – par un conseiller pour plusieurs établissements (ou,au meilleur des cas 1 classe de 3ème de 30 élèves en campagne?, le rêve pour un conseiller prendre véritablement le temps de psycho tester les enfants, d’échanger avec les parents et les professeurs et d’orienter), intervenant en 3ème, lorsqu’il est déjà trop tard (on sait que des parcours différents sont possibles dès la 4ème fillières artistiques, certains CAP BEP, …);
      – par une abscence d’évènementiels informatifs mais aussi éducatifs ou au contraire une sur information (en quantité pour la forme) et dirigée(en qualité pour le fond) de certaines filières, certains métiers, certains centres de formations (et ô combien sont ils nombreux maintenant à essayer de « panser » et peut être même de « repenser » l’Education Nationale?);
      La liste est non exhaustive mais nous avons tous vécu cela, et voir que cela n’a pas ou peu changé en 20 ans pour nos enfants maintenant en collège! est plus qu’alarmant dans le contexte actuel de crise.
      L’orientation (la découverte de soi pour se jeter dans un futur ou « se projeter », dans le « quand je serai grand(e) je voudrais faire ça, vivre de telle manière : au vert, à l’étranger, sous terre, dans l’espace, en famille… ») commence lorsque l’on fait des rêves, à l’école primaire (là où nos enfants ne sont pas forcément suffisament suivis lorsqu’ils apprennent à écrire – combien écrivent avec les deux mains au début et finissent par écrire de la main « normée » dite « normale » ou droite en traçant leur lettres comme le feraient des gauchers?) et ou secondaire. Au lieu de ça, con-formons nous, ne serait ce pas se former con? se normer? et revenir à nous tenir illettré et désorienter?
      Le sujet est sensible, mais je rejoins votre avis. Désopilant n’est ce pas? …
      20 ans et aucuns moyens de réagir? A t’on jamais songé à normaliser, conformer l’Education Nationale au développement de l’enfant puisque personne ne l’a fait pour nous à l’époque. Des pays voisins ont trouvé des solutions….
      Il y a par ailleurs aussi des professeurs en souffrance devant ce que l’Education Nationale lui demande de faire. Je ne suis pourtant pas pro professeurs et ne les défends pas, car ils peuvent descendre dans les rues et intervenir mais « leur syndicat ne sont pas toujours révélateurs de leurs vrais problèmes, avec l’administration, les cours, les parents (souvent démissionnaires de leurs responsabilités parentales), et les élèves » (paroles recueillies de professeur).
      A bon entendeur, ou plutôt bon lecteur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *