MOOC : l’école 2.0 ?

Depuis la rentrée de Septembre, c’est devenu la grande mode : les MOOC (Massive Open Online courses). Ces cours en ligne gratuits et ouverts à tous.

Le concept vient des États-Unis où les grandes universités américaines (Stanford, Harvard, MIT…) ont commencé il y a  quelques années à mettre en ligne leurs enseignements. Certains enseignants appelés “trophy professors” sont devenus des stars du web grâce à leurs vidéos.

L’un des plus célèbres est Salman Khan, fondateur de la Khan Académie. Sa classe 2.0, propose des cours en mathématiques, chimie et géographie pour les élèves du primaire et les collégiens. Ses vidéos sont visionnées par près de 6 millions de personnes par mois ! En France, elles sont mises en ligne par l’ONG Bibliothèques sans frontières :  http://www.khan-academy.fr/

Alors qu’aux Etats-Unis 80% des établissements dispensent leurs cours en ligne, ils sont moins de 3% en France à le faire. C’est donc un gros chantier qui a débuté depuis janvier 2014 sous la direction du ministère de l’enseignement supérieur, et qui devrait se développer sur 5 ans. 12 millions d’euros ont été alloués aux MOOC dans le cadre des investissements d’avenir, et 8 millions supplémentaires ont été annoncés.

Afin d’être totalement libre des plateformes américaines, la France a lancé FUN (lien : http://www.france-universite-numerique.fr/) (France Université Numérique) depuis Janvier 2014 qui totalise aujourd’hui 88 000 inscrits et 25 MOOC ouverts aux inscriptions par sessions sur 4 à 5 semaines. 

Les MOOC, un gadget ? 

Les principaux établissements supérieurs français ont décidé de créer leur MOOC : HEC, l’ENS Cachan, l’ENS Lyon, Paris 1 Panthéon-Sorbonne…

Ces cours interactifs, dont l’objectif est  l’ouverture à tous sans condition, ne se valident pas forcement avec un examen à la différence de l’enseignement traditionnel.

Ainsi, ces cours en ligne, contrairement aux cursus classiques, s’adressent à une grande diversité des profils. Ils visent des étudiants d’un genre nouveau. Les « élèves » peuvent se créer un programme à la carte en rapport avec leurs intérêts.

Une question revient souvent :  cette nouvelle façon d’apprendre remplace t-elle un cours avec un vrai professeur ? En fait, le but recherché n’est pas le même :  pas question pour des enfants d’apprendre à lire grâce aux MOOC !  Cet enseignement est surtout adapté pour des étudiants autonomes et motivés qui cherchent à approfondir leurs connaissances ou à s’ouvrir à un nouveau domaine.

L’intérêt peut-être également de se servir des MOOC comme un soutient aux révisions. Ainsi France TV Education vient de lancer son premier programme en ligne de préparation au BAC : http://mooc.francetveducation.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *