Neutralité de l’école, qu’en reste-t-il ?

La nomination de Najat Vallaud-Belkacem rue de Grenelle a fait bondir la droite hier soir. Pour Madeleine Bazin de Jessey, cette arrivée témoigne de la dérive marketing de la politique.


Madeleine Bazin de Jessey est agrégée de Lettres classiques et porte-parole de Sens Commun.


J’aurais aimé pouvoir me réjouir en apprenant la nomination d’une femme, la première, au ministère de l’Éducation nationale. Mais la désignation de Najat Vallaud-Belkacemsonne définitivement le glas des espoirs que le corps enseignant pouvait placer dans un gouvernement qui prétendait faire de l’Éducation sa priorité. C’est une véritable provocation à l’égard de bien des Français.

Lire la suite ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *