Novterminologie : lancer du « référentiel bondissant »…

♦ « Mais que dire du jargon utilisé par les technos de l’Educ’ nat’ dans les centres de formation des jeunes professeurs en instance de titularisation ? »

Le 12 octobre, l’écrivain Christian Combaz épinglait ici même le ministre Fleur Pellerin et la novlangue des technocrates de la Culture (1) dont il citait quelques formules alambiquées telle « Développer les moyens dédiés à l’éducation artistique et culturelle, à l’accès à la culture et à la démocratisation culturelle grâce notamment aux politiques transversales de médiation et au plan de développement de l’éducation artistique et culturelle ». Mais que dire du jargon utilisé par les technos de l’Educ’ nat’ dans les centres de formation des jeunes professeurs en instance de titularisation ?


A cet égard, le témoignage d’Emmanuelle Delacomptée, qui, d’une plume allègre, relate dans Molière à la campagne (2) sa première année d’enseignement en Normandie, est proprement hallucinant.

Novterminologie : lancer du « référentiel bondissant » par le « segment mobile »

Passons sur les « géniteurs d’apprenants » (les parents d’élèves) et les « séquences » qui ont remplacé les cours d’antan, termes relativement traduisibles. Mais sait-on que les « lectures cursives » sont les lectures à faire à la maison ? qu’un « référentiel bondissant » est un ballon et un « référentiel bondissant oblique » un ballon de rugby (oblong serait plus indiqué) tandis que le bras est un « segment mobile » ? Et malheur au petit prof qui oublie cette novterminologie : « Il s’agit d’être précis dans son discours », lui rétorque le formateur, qui rappelle « qu’on ne dit plus grammaire mais “discours raisonné de la langue”, ni discours indirect mais “paroles rapportées indirectement” ou, à la rigueur, “énoncé coupé”, par opposition à “énoncé ancré” ». Bien entendu, les compléments ne sont plus d’objet indirect ni même circonstanciels comme naguère mais « non essentiels » et les professeurs de français d’un même établissement sont sommés de se « réunir à chaque rentrée pour harmoniser [leur] terminologie ».

Mais pourquoi, s’interrogent les profanes, celle-ci change-t-elle donc sans cesse ? Réponse péremptoire : « Si la terminologie change, c’est qu’elle s’améliore.»

Jordan, Douglas, Kristoffer, Kévin, Kelly dans la jungle

Ce qui ne s’améliore pas, en revanche et malheureusement, c’est le niveau des élèves. Dans la région rurale où Emmanuelle Delacomptée a obtenu son premier poste, il n’y a que des Souchiens. Mais ils sont en général aussi illettrés (il faut lire quelquefois à voix haute pour comprendre leur prose, ils pensent que midi est un verbe, etc.) et aussi déculturés que les gamins des cités. Prénommés Jordan, Douglas, Kristoffer, Kévin, Kelly ou Jeffrey, ces potaches de quatrième sont coiffés de casquette à l’envers, vêtus du pantalon baggy emprunté aux taulards des pénitenciers américains et de maillots aux inscriptions également américaines. Via la télévision, les radios jeunes et Youtube, la mondialisation a étendu ses ravages et ils connaissent mieux les stars hip-hop qu’Harpagon – qu’ils prononcent Harpageon et considèrent d’ailleurs comme un bouffon, ainsi que les autres personnages de Molière, qui écrit « des trucs de ouf » des plus ennuyeux. Par ses allusions sexuelles, la lecture d’une nouvelle (imposée) de Maupassant provoque quasiment une émeute.

Au demeurant, quand elle n’est pas plongée dans les bras de Morphée, la classe est généralement une jungle et les sorties scolaires sont une épreuve redoutable pour les accompagnants (au cours de l’une d’elles, le brise-glace d’un bus est volé pour « casser la voiture à Le Pen »). Pour y remédier, les formateurs initient les apprentis-profs à l’art de la vocalise, censé les aider à « affirmer leur autorité » et à « se faire respecter », et leur dispensent de judicieux conseils du genre : « C’est vous le pilote, ne laissez pas l’automobile quitter la route, restez fermes et souples à la fois. Il est important de conserver cette image à l’esprit. Quand vous êtes débordés en classe, n’oubliez pas que vous êtes des pilotes ! »

Peillon et les « ayatollahs de la Nouvelle Pédagogie »

Mais la voiture folle, n’est-ce pas celle du ministère ?

Lire la suite sur Polemia.com

3 réflexions sur “Novterminologie : lancer du « référentiel bondissant »…

  1. C’est triste, navrant. Ces « pédagogues » et autres « réfléchisseurs didactiques », selon leur nouvelle et aberrante « terminologie », s’éloignent de plus en plus de ce qui a fait la qualité de l’école avant la méthode globale et autres conneries désastreuses, qualifiées toutefois de manière soutenue comme des « progrès ».

    Aujourd’hui, ces prétentieux « bobos de l’enseignement » (selon « ma » terminologie), malgré les dégâts immenses causés aux générations actuelles, non seulement ne reconnaissent pas leurs erreurs, mais au contraire, persistent et aggravent encore le désastre…

    Ceci me conforte dans une réflexion qui me poursuit depuis quelques décennies : « L’être humain est profondément inintelligent, mais très ingénieux. Ce qui le rend encore plus néfaste ».

    Oui, ces prétentieux imbéciles sont très ingénieux : ils inventent de nouvelles locutions, parfaitement grotesques au demeurant, torturent l’esprit des enfants et des enseignants et, pendant ce temps, les gosses sortent des universités, incapables d’aligner trois phrases sans faire dix fautes, autant de grammaire que d’orthographe…

    Et ils ont le culot de qualifier cela de progrès et osent avancer « Si la terminologie change, c’est qu’elle s’améliore.»

    Bande infecte de destructeurs prétentieux…

  2. Sérieusement, c’est quoi cette description à la con ? Tous les enfants écoutent Booba à donf, casquette à l’envers, jogging pour faire stylé et qui respectent rien ? C’est ça qu’une personne lambda va retenir de ce texte ? Faut arrêter de délirer là, c’est pas parce que cet enseignant a pas eu de chance que c’est le cas pour tout le monde. Et je sais de quoi je parle, ma mère est enseignante en collège, et, hormis quelques gros perturbateurs, ça se passe très bien, et pourtant y en a eu, des problèmes, dans ce collège. Sauf que c’était seulement sur des cas particuliers, un pourcentage minime de personnes sur la totalité des élèves.
    Alors par pitié, arrêtez ce stéréotype.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *