[Pétition] Exclue deux semaines pour avoir giflé un élève !

Cher ami,
 
Merci de signer la pétition de solidarité avec Thérèse-Marie Cardon, une collègue de 56 ans, qui vient d’être exclue deux semaines pour avoir giflé un élève.
 
Elle a été mise à pied deux semaines avec retenue sur son salaire par le rectorat de Lille (elle enseigne au collège Dupleix de Landrecies, dans le Nord).
 
Cette pétition est adressée au Recteur de Lille. Nous lui demandons d’annuler sa décision.
 
En effet, quand on connaît les circonstances (c’est en arrêtant une bande d’élèves de 6e, qui donnaient des grands coups de pied en hurlant son nom dans la porte de sa classe, que s’est produit l’événement), il est évident que Thérèse-Marie a réagi d’une façon réflexe, spontanée et limitée.
 
Son geste n’est pas celui d’une délinquante, mais d’une éducatrice qui a réagi d’une façon certes ferme, mais qui n’a entraîné aucune conséquence préjudiciable à la santé physique ou mentale de l’élève. Au contraire, il est permis de penser que son geste aura appris à l’élève que son comportement n’était pas acceptable.
 
Il est donc complètement disproportionné d’avoir sanctionné Thérèse-Marie de cette manière.
 
De plus, non seulement le Recteur de Lille inflige ainsi un camouflet à ce professeur qui ne le méritait pas, mais, par son geste, il envoie un message catastrophique à tous les élèves de France qui signifie : « Allez-y les enfants, marchez sur vos professeurs, tambourinez à leur porte, ils n’ont rien le droit de faire contre vous. »
 
C’est ça, l’éducation ???
 
Si nous laissons Thérèse-Marie se faire sanctionner sans réagir, alors il ne s’écoulera pas beaucoup de temps avant que vous et moi soyons aussi sanctionnés, pour des prétextes aussi dérisoires. Et il ne faudra pas nous étonner, alors, que personne ne nous soutienne non plus.
 
Alors vraiment, je compte sur vous pour signer votre pétition. Je vous tiendrai évidemment informé des suites de notre démarche (si vous laissez votre adresse email et que vous m’autorisez à vous écrire).
 
Un grand merci d’avance, au nom de Thérèse-Marie, et de tous les professeurs consciencieux qui pensent, comme elle, que se laisser marcher sur les pieds par les élèves n’est pas forcément leur rendre service.
 

Vincent Laarman
Délégué général

27 réflexions sur “[Pétition] Exclue deux semaines pour avoir giflé un élève !

      • Effectivement, l’adresse était bloquée de chez moi, mais le lien fonctionnait bien depuis un autre lieu de connexion, où je pus enfin la signer.
        Oui, quelle honte, quelle lâcheté de la part de la hiérarchie qui tremble devant le bruit, la fureur et la démagogie des plus brutaux.
        La moitié du salaire retenue ! Quelle infraction mériterait ainsi mille Euros d’amende ?
        J’espère de tout coeur qu’elle ne se laissera pas détruire psychologiquement par cette infamie (pardon pour la grandiloquence).

  1. On marche encore sur latête .C’est toujours la faute de l’Autre ! Il faut réconforter cette pauvre collègue, qui en fin de carrière mérite plus de cas de la part de sa hiérarchie !L’ élève a-t-il été sanctionné, lui? Si non, le Rectorat n’applique pas la loi de protection de ses fonctionnaires . Il faut ébruiter cette affaire pour faire reculer le Rectorat qui a horreur de lapublicité, surtout par les temps qui courent .La collègue doit récupérer son traitement et se mettre au vert le plus longtemps possible. Ca donnera du travail à un remplaçant et au service de l’Acad. On résiste commeon peut .Il faudra trouver une riposte majoritaire pour arrêter le massacre des innocents .

    • Le SNALC en son temps avait dénoncé vigoureusement le sort reséervé à ce prof d’atelier accusé d’avoir giflé son élève, puis d’être un « alcoolique » notoire.
      Dans mon collège cette semaine, une parente d’élève a voulu porter plainte contre l’établissement pour….vol car le portable de son cher petit avait été confisqué par un prof qui considérait qu’une classe n’était pas forcément le lieu pour envoyer des textos.
      Il faut quand même rappeler ici une chose : le rôle des parents. S’ils élèvent leur enfant dans la haine des professeurs (revanche sur une scolarité difficile?) et dans le mépris de ces « intellos inutiles », l’élève ira de transgressions en transgressions. La judiciarisation à l’américaine de notre société n’arrange évidemment pas les choses.
      Tant que l’école ne redevient pas un sanctuaire absolu du savoir dans lequel la démocratie n’existe pas car ce n’est ni le temps ni le lieu où elle peut s’exercer, les choses empireront.

      • David barbaud a écrit : « S’ils élèvent leur enfant dans la haine des professeurs (revanche sur une scolarité difficile?) et dans le mépris de ces « intellos inutiles », l’élève ira de transgressions en transgressions. La judiciarisation à l’américaine de notre société n’arrange évidemment pas les choses. »
        Dans ce cas il serait souhaitable que ces « parents » n’aient pas d’enfants. Ensuite cela pose surtout la question de savoir si la république Française est encore une et indivisible.
        Sinon vous pouvez contater que l’imbécilité des gamins est souvent doublée de celle des parents et parfois triplée avec celle des parents et des grands-parents. Ce n’est pas seulement à l’école que ça se voit mais aussi pendant les vacances.
        Comme je l’ai déjà dit sur certains blogs, il serait souhaitable que certains restent seuls et s’abstiennent d’avoir des enfants. Les enfants demandent de l’argent, du temps, de la stabilité, beaucoup de sacrifices et ce pendant 20 ans.

  2. La question de Monsieur Mérieux indique le problème.
    Un syndicat est il représentatif,?
    Pour moi, non, un syndicat est un nombre de personnes minoritaires qui font valoir des idées, souvent confuses, brouillons, désorganisées, pour ne pas dire,
    bordéliques.

    • La représentativité des associations de parents d’élèves dans les Conseils d’administrations des établissements pose les mêmes questions.
      Les délégués de parents représentent un nombre infime de mandants, les abstentions à l’élection des délégués de parents via les assoc étant largement massive.
      J’ai vu des années où 20 votants sur les familles de 500 élèves étaient représentés au CA. Ils ont droit à 6 ou 7 représentants, autant que les personnels enseignants.

    • « Un syndicat est-il representatif ? »

      Tous les syndicats subventionnés sont discrédités d’emblée, n’est-ce-pas ?
      Parmi les « grands » syndicats de l’´ÉdNat, il ne reste donc que le SNALC, qui
      fait dans l’anti-pédagogisme de temps à autre. Pour la majorité
      des enseignants, le SNALC comme les autres syndicats ne sert qu’à obtenir
      des toutes petites faveurs : être un peu mieux informé des voies impénétrables
      des procédures administratives, être traité un peu moins comme de la boue …
      Dire qu’il y a encore des profs qui paient des cotisations pour ces cacahuètes !
      Si les profs se respectaient plus, ils exigeraient ces choses, au lieu de
      les quémander à travers un syndicat.

      Et pour les arrivistes, bien sûr, le syndicalisme est une voie comme une autre. Ce
      n’est pour rien qu’on parle de « co-gestion ».

  3. Notre système de représentativité a toujours été caduc, que ce soit en politique, ou dans les instances syndicales, notre république s’en est accommodée.
    Avec un concept dit (démocratique) tous nos représentants font croire qu’ils sont légitimes.
    La chute ne sera pas honorable.

  4. Et moi qui n’arrive pas à obtenir de congé sans solde!! Donc si je veux partir en vacances en dehors des périodes scolaires, il me suffit donc de gifler un élève…? Et pour avoir 1 mois, il faut en frapper 2?

  5. ce sont des situations comme celle la ou on ne voit pas les syndicats qui discretisent les syndicats et laissent la voie a n’importe quoi A ne voir que le gain pecuniaire on oublie que dans ces genres de situations c’est d’abord une vision de la société que l’on est en train de mettre en place On laisse passer apres on s’etonne et on veut mobiliser les gens… sinon on laisse l’espace a d’autres qui s’y engouffrent avec d’autres visées. Ou sont tous ces « grands » syndicats et leurs « grands principes »?

  6. Vous la voyez revenir dans son établissement après deux semaines de suspension, notre collègue?
    Ses élèves et leurs parents ne voient pas nos réactions de soutien. Ils ne verront que sa sanction.
    Imaginez ce qui va se passer pour elle!
    J’espère qu’elle sera rétablie dans ses droits, avec notre pétition, et totalement « réhabilitée ». Sinon, il ne lui reste plus qu’à partir ou demander un congé. Non remplacé j’espère, ça fera réfléchir les parents de ses élèves.
    J’espère qu’elle aura sa mutation d’office, si elle la demande.

  7. Autre agression signalée:celle d’une enseignante de Créteil agressée à coups de barre de fer. Hospitalisée.
    On lit en titres sur yahoo:

    -Créteil: une collégienne agresse son enseignante à coup de barre de fer
    -Absentéisme: Sarkozy brandit la menace des allocations

    De grâce, laissez-les chez eux!

  8. Oser le dire ne serait-il pas une erreur de plus. Réfléchissons à ce qu’apporterez le déballage des problèmes de notre éducation nationale. Notre société est actuellement très chaude, remontée pas nos syndicats, c’est à dire, des minorités, voulant atteindre le grand soir, faute de ce lever tôt, les perdants seraient à coup sûr les plus honnêtes. Personne ne sait comment cela se terminera, les pronostics sont ouverts.

  9. A quand une pétition pour les élèves qui ont aussi reçu des punitions
    injustifiés??

    Mais quelle remarque incongrue…..pardonnez moi. Nous sommes sur le site où l’on veut mettre ‘l’enfant au centre’….

    J’aime bien observer le décalage total entre discours et actes!!

  10. Il serait temps de réagir très vivement : par le biais des carences de notre éducation nationale, c’est notre culture, notre société qui est en grave danger.

    Soutien total à cette enseignante.

  11. merci 1968 …… , remettre la blouse grise . et se la fermer quant on est en rang . instruction civique obligatoire ( même pour certains parents qui devraient retourner à l’ecole ,et observer du fond de la classe le comportement parfois de leurs chers petits qui meritent une grosse baffe , alors quelle serait plus destinée aux parents qui eux aussi sont contre tout ) grasse à 1968 on en est là .

  12. Eh oui, 68 a semé ce que vous récoltez aujourd’hui, et ce n’est pas terminé, l’avenir réserve des surprises peu agréable pour les citoyens responsables.
    L’avant avait certainement des imperfections, mais l’après, vous pouvez juger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *