Pétition: Oui aux autres solutions contre la violence à l’école!

Violence à l'école: d'autres solutions existent!

Mercredi, une enseignante a été agressée à Gonesse (Val d’Oise). Cette violence s’ajoute à la longue liste de celles déjà enregistrées depuis le début de l’année 2009. Toutes les solutions doivent désormais être envisagées pour protéger les élèves et les enseignants.

Alors que le gouvernement a annoncé la mise en place d’un plan de sécurisation des établissements scolaires, les 80 000 membres de SOS Éducation appellent le ministre de l’Éducation nationale à mettre en œuvre des mesures de bon sens:

1. Faire respecter l’autorité des professeurs
Les enseignants doivent être rétablis dans leur mission première, qui est de transmettre des savoirs et non de gérer des problèmes sociaux. Pour asseoir leur autorité, ils doivent disposer des moyens nécessaires ; le droit de donner des « zéros de conduite » et de décider du passage des élèves dans la classe supérieure, doit leur être rendu.

2. Former les professeurs à l’application de la discipline
Instaurer la discipline dans une classe relève de la pratique. Mais les grands principes doivent être enseignés aux futurs professeurs. L’importance décisive du premier contact avec les élèves, de la tenue du professeur, de son déplacement à travers sa classe, du regard adressé à chaque enfant pendant le cours, peut s’apprendre, de même que les principaux pièges à éviter : crier, chercher à attendrir les élèves ou « copiner » avec eux.

3. Réintroduire la fonction pleine et entière de surveillant général dans les écoles
Les professeurs ont besoin du soutien de leur hiérarchie en cas de problème grave avec un élève. La présence d’au moins un surveillant général dans chaque établissement est nécessaire. Sa mission exclusive serait de surveiller les élèves, contrôler les entrées et les sorties, prendre en charge les élèves punis et s’assurer que les sanctions sont effectuées.

4. Créer de vrais cours de civisme
L’enseignement moral et civique, tel qu’il a longtemps été pratiqué, est devenu encore plus nécessaire aujourd’hui du fait de la défaillance des familles. Ces cours doivent enseigner aux enfants, dès les petites classes, les règles de base de la vie en société : saluer et se tenir correctement, surveiller son langage, respecter ses engagements, arriver à l’heure, respecter les adultes.

5. Exclusion définitive à la troisième infraction grave au règlement intérieur
S’il est normal que les enfants aient le « droit à l’erreur », aucun élève ne doit pouvoir commettre trois infractions graves dans un établissement scolaire sans être renvoyé.

6. Supprimer la réintégration automatique après exclusion d’un établissement scolaire
L’élève exclu doit accomplir lui-même les démarches pour demander sa réadmission : lettre de motivation, sollicitation d’un entretien auprès des chefs d’établissement. Il faut éviter de lui donner l’impression, comme c’est le cas actuellement, que c’est à l’Éducation nationale de lui trouver une place ailleurs, et que son « droit à l’éducation » n’implique aucune contrepartie, pas même celle de faire des efforts et de respecter ses professeurs.

7. Restaurer les internats spécialisés
Certains élèves posent de graves problèmes de discipline, au point de nuire au bon déroulement des cours et d’empêcher les autres élèves d’étudier. Ils doivent être scolarisés à part, si possible en internat, avec les moyens nécessaires pour les remettre sur les rails : encadrement, moyens disciplinaires, rythme de vie imposé. Alors leur réintégration dans le cursus normal pourra être envisagée.

8. Rétablir prix et récompenses pour les élèves méritants
Les enfants qui travaillent sérieusement à l’école doivent être valorisés et récompensés de toutes les manières possibles. L’usage des bons points, images, prix, récompenses et bourses peut contribuer efficacement à distinguer les élèves méritants.

Monsieur le ministre, nous comptons sur
votre sens de la responsabilité pour nous
entendre et agir en conséquence.

Rejoignez la liste des signataires de notre pétition en ligne et propagez-la! Toutes les signatures seront remises à Monsieur le ministre de l’Éducation nationale.

  pour signer cliquez ici

Premiers signataires :
■ Daniel Mach, député des Pyrénées-Orientales ;
■ Marc Bernier, député de la Mayenne ;
■ Véronique Besse, député de Vendée ;
■ Claude Bodin, député du Val d’Oise ;
■ Christian Ménard, député du Finistère ;
David Barbaud, professeur d’histoire-géographie ;
■ Nghia Nguyen, professeur agrégé d’histoire-géographie ;
■ Claude Boutron, membre du Conseil Supérieur de l’Éducation et du Conseil National de l’Enseignement Supérieur ;
■ Jean-Pierre Nicolas, député de l’Eure ;
■ Didier Quentin, député de Charente-Maritime ;
Véronique Bouzou, professeur de français dans des collèges de banlieues réputées difficiles ;
■ Jean-Pierre Schosteck, député des Hauts-de-Seine ;
■ Jean-Marc Lefranc, député du Calvados ;
■ Bernard Seillier, sénateur honoraire, président du Comité National de Lutte contre l’Exclusion ;
■ Jean-Louis Léonard, député de Charente-Maritime;
■ Christian Vanneste, député du Nord ;
■ Jean-Louis Léonard, député de Charente-Maritime ;
■ Lionel Tardy, député de Haute-Savoie ;
■ Patrick Beaudouin, député du Val de Marne ;
■ Richard Mallié, député des Bouches-du-Rhône ;
■ Françoise Massa, professeur de lettres classiques ;
■ Jean-Marc Roubaud, député du Gard ;
■ Louis Guédon, député de la Vendée ;
■ Joëlle Ceccaldi-Raynaud, députée des Hauts-de-Seine ;
■ Marie-Louise Fort, députée de l’Yonne ;
■ Michel Terrot, député du Rhône ;
■ Thierry Lazaro, député du Nord ;
■ Patrice Verchère, député du Rhône ;
■ Jean-Claude Mignon, député du Val de Marne ;
■ André Ferrand, sénateur des Français de l’étranger ;
■ Jean-François Chossy, député de la Loire ;
■ Pierre Frogier, député de Nouvelle-Calédonie ;
■ Maryse Joissains Masini, députée des Bouches-du-Rhône ;
■ Pierre Morel A l’Huissier, député de la Lozère.

190 réflexions sur “Pétition: Oui aux autres solutions contre la violence à l’école!

    • En effet, Phil, tout est lié.

      L’exigence intellectuelle est le meilleur rempart à la barbarie.

      Ces huit mesures sont des pré-requis pour que les enfants puissent apprendre en toute sérénité. Et l’examen d’entrée en sixième pourra ensuite être envisagé.

      • « L’exigence intellectuelle est le meilleur rempart contre la barbarie »

        Ah bon !!

        Cher professeur,
        Je suis un survivant de camp de concentration. Mes yeux ont vu ce qu’aucun homme ne devrait voir.
        Des chambres à gaz construites par des ingénieurs instruits.
        Des enfants empoisonnés par des praticiens éduqués.
        Des nourrissons tués par des infirmières entraînées.
        Des femmes et des bébés exécutés et brûlés par des diplômés d’université.
        Je me méfie donc de l’éducation.
        Ma requête est la suivante : aidez vos élèves à devenir des êtres humains. Vos efforts ne doivent jamais produire des monstres éduqués, des psychopathes qualifiés, des Eichmann instruits. La lecture, l’écriture, l’arithmétique ne sont importantes que si elles servent à rendre nos enfants plus humains.
        Lettre adressée chaque rentrée scolaire par un proviseur de lycée américain à l’ensemble de ses enseignants (citée par Le monde, et par Com’Info 42 du 18/11/96, le bulletin interne de l’Inspection académique

        Les dirigeants nazis étaient des gens très cultivés, ….. ce qui ne les empêchait pas d’être des barbares !!

        • Une intelligence purement logique, sans coeur peut produire biensûr de la barbarie. Tout à fait d’accord.

          Dans certains lycées très « haut de gamme », un aumonier me racontait qu’il avait devant lui de jolis petits barbares très instruits mais sans âme. Les barbares ne sont pas seulement dans les cités.

        • Merci Roland !
          Horrifié par les propositions de cette ligue intitulée SOS Education, j’ai essayé de poster l’avis le plus monstrueux possible (avec un pseudonyme de circonstance) pour voir le résultat.
          Celui-ci est éloquent. SOS Education a visiblement oublié (ou a toujours ignoré) Arendt. Encore merci Roland de votre clairvoyance et de votre courage (tel que Jaurès le concevait) au milieu de la meute vociférante.

          • Vous faites quand même beaucoup d’amalgames.
            On ne peut contester la situation actuelle. Le bilan est accablant. Si le dire revient à soutenir la plus horrible des barbaries, c’est bien limité !
            Alors faut il continuer à voir des enfants s’écrouler scolairement et donc dans leur vie. Il n’y aura pas d’avenir pour eux.
            Vous faites un peu « court » quand même.
            Laissez donc Jaurès là où il est ! il ne se reconnaitrait pas en vous.

    • Tout cela bien sur ne prendrait pleinement son sens qu’avec le rétablissement des châtiments corporels pour les élèves et de la peine de mort pour leurs parents, foi de surveillant général.

      • les réactions dont vous parlez, « Philippe le Maréchal », avec vos gros sabots, car bien évidemment dans votre esprit étroit, sos education ne peut relever que des ligues fascistes des années 30 et leur rêve ne peut d être que de rétablir Vichy! Ces réactions donc se limitent à un seul intervenant, dit courageusement PP;P qui probablement n’est autre qu’un troll, comme vous même. La haine, les masses vocifératrices ne proviennent que de vos rangs vertueux. Les autres commentaires sont ceux souvent de parents et de grands parents inquiets de la situation actuel de l’éducation et qui saluent le bon sens de ces propositions. La sottise et la naïveté confondante de vos propos ne peuvent que laisser pantois.

      • Bonsoir Christine, parlons en du CP. Oui on peut déjà faire un sacré bilan au CP comme vous sites, là aussi j’ai pas mal d’anecdotes en tête.
        Les gamins de tout âge, on en voit qui sont tout le temps dehors.
        Et alors la cerise sur le gateau, ça a été ma visite du festival d’Aurillac en 2003 … Allez y et vous verrez quasiment des jeunes et très jeunes accompagnés de chiens et camés. C’était ma première fois dans un festival et je peux dire que le tiersmonde n’a plus le monopole concernant le phénomène des enfants des rues. On dirait des gens qui ont grandi dans la jungle sans familles. Ben on est tombé bien bas …

        je me demande comment des mineurs arrivent à terminer SDF en France au 21ième siècle ??? Je mets à part les gens du voyage.

  1. COURAGE : La quasi majorité des Français partage dans le silence cet avis.
    COURAGE POLITIQUE : Mesdames, Messieurs les Politiques. Votre volonté de dire haut et fort ce que vous exprimez par écrit, faites-le, vous verrez les gens de toute sensibilité seront reconnaissants de votre action.

  2. Les choses changent, les mentalités évoluent doucement, ce combat, cette résistance, car c’en est une, triomphera un jour, et ce jour verra la renaissance de l’école humaniste du savoir et de l’exigence.

  3. je ne crois pas avoir jamais adhéré à votre association, et je suis absolument outrée à la découverte sur votre site internet des propositions qui sont les vôtres. Ces propositions témoignent d’une complète ignorance de la réalité de l’école d’aujourd’hui et des besoins des enfants qui sont confiés à l’éducation nationale.

    Car si les enseignants ne doivent pas se transformer en travailleurs sociaux, il est néanmoins de leur devoir de transmettre leur savoir en tenant compte de la réalité psychologique et sociale dans laquelle vit l’enfant. L’école du XXIème siècle ne peut pas être l’école du XIXème siècle, tout simplement parce que les enfants qui la fréquentent ne composent pas le même tableau social. C’est donc à l’école de s’adapter, sauf à vouloir exclure du système éducatif tous ceux et celles qui dérangent, et qui n’étaient effectivement pas à l’école du XIXème siècle, mais dans les champs et les ateliers.

    Ce choix de société n’est pas le mien.

    Bref, je ne vous autorise, ni à me considérer comme un ami, ni a vous prévaloir d’une quelconque façon de mon adhésion à votre association dont les actions me semblent toxiques au plus haut point, et dont je désapprouve entièrement les appels nauséabonds.

    Je vous saurais donc grée de bien vouloir ne pas renouveler le message que vous venez de m’envoyer.

    • J’ai de la peine à comprendre cette intervention qui ne semble pas en rapport avec les termes de la pétition. En outre, pourquoi l’élargissement de la population scolaire modifierait-il les objectifs de l' »Éducation » nationale? On peut utiliser les moyens du 21 ème siècle, mais toujours en recherchant l’efficacité pour atteindre ces objectifs. Difficile de prétendre que beaucoup de méthodes et de comportements actuels soient vraiment « modernes »; il s’agit plutôt de laisser-aller de la médiocrité, bien pratique pour ne rien changer.

    • padacor dit :

      « . Ces propositions témoignent d’une complète ignorance de la réalité de l’école d’aujourd’hui et des besoins des enfants qui sont confiés à l’éducation nationale. » Cette réalité chère madame, je la vis tous les jours en tant qu’enseignant. Est-ce votre cas ? Votre discours empreint d’idéologie vous égare dans un anathème surprenant.
      « Il est de leur devoir de transmettre leur savoir » Encore heureux ! Merci de l’admettre. « Tenant compte de la réalité psychologique et sociale dans laquelle vit l’enfant ». Voila le sempiternel discours psychologisant hérité de la mauvaise compréhension de Dolto. On est beaucoup trop dans l’affect et l’écoute alors qu’il convient de former, de structurer et de les rassurer en posant des limites et des règles. Tout simplement.
      « L’école du XXIème siècle ne peut pas être l’école du XIXème siècle » qui donc vous parle du XIXe siècle à part vous-même ? Jusque dans les années 1960, l’école de la République était encore un remarquable modèle héritée de Descartes.
      « les enfants qui la fréquentent ne composent pas le même tableau social » Voici le mensonge le plus courant que l’on peut lire chez les pédagogistes. Les élèves des CES, CEG et CET d’il y a trente ans provenaient des milieux paysans, ouvriers et bourgeois français, y compris les enfants des immigrés italiens, portugais, espagnols. A moins que vous sous entendiez que les nouveaux immigrés maghrébins et noir africains soit moins capables que les autres de recevoir la culture républicaine due à chacun ?
      « Bref, je ne vous autorise, ni à me considérer comme un ami, ni a vous prévaloir d’une quelconque façon de mon adhésion à votre association dont les actions me semblent toxiques au plus haut point, et dont je désapprouve entièrement les appels nauséabonds. » Votre amitié nous importe peu et ce n’est pas ici le problème. Nous sommes dans le débat qui doit être contradictoire et argumenter. Tuer le débat en accusant son adversaire de la rage ou d’être le diable est non seulement ridicule mais contre productif. Il révèle surtout que vos thèses sont elles à l’aboi. Vous me rappelez les bolcheviks d’antan traitant leurs adversaires de « vipères lubriques ».

      • Je pensais que les enseignants étaient des gens polis, respectueux,mais quand je vous lis,je m’aperçois que je me suiui suis trompé.
        Je pense que vous êtes un enseignant issu des mentalites talités
        soixante-huitardes,vous êtes probablement un de ces
        « pédagogistes » pur et dur qui essaie de nous expliquer ce que ce que les enfants de maintenant ont besoin. Mais
        quand on voit
        le résultats des méthodes nouvelles « pour le XXI ème » il
        siècle,il n’y a pas de quoi pavoiser.
        Je sais de quoi je parle,je suis enseignant j’ai 35 ans de métier
        de métier. La première réforme a réaliser serait de supprimer
        primer les IUFM .
        n’y a pas de quoi pavoiser.

      • Mr Barbaud a écrit: « A moins que vous sous entendiez que les nouveaux immigrés maghrébins et noir africains soit moins capables que les autres de recevoir la culture républicaine due à chacun ? »
        Les enfants italiens, espagnols et portugais s’en sortaient bien parce que eux et leurs parents avaient une culture adaptable à la notre. Entre Européens on se comprend facilement.
        Pour les enfants maghrébins et noirs, ils ont les même capacité je pense. Le problème est que les parents ont une culture très différente de celle qui est européenne.
        Alors si en plus Mai 68 est passé desssus, les gosses et leurs parents ont fini complètement déboussolés.

        • Oui c’est là le gros problème. Leur religion d’ailleurs ne permet pas l’intégration puisque cette religion va à l’encontre de nos principes républicains.
          Chez eux c’est la religion qui définit les lois.

      • L’école que vous proposez, n’est pas l’école d’il y a 30 ans, mais bien celle d’il y a 60 ans et plus.

        Les enfants d’immigrés italiens espagnols ou portugais ne s’en sont pas tous bien sortis. J’en sais quelque chose. Et aujourd’hui ceux qui rencontrent des difficultés ne sont pas tous des enfants d’immigrés maghrébins ou africains. J’en sais aussi quelque chose. Cela dit les différences de culture profondes entre des enfants qui partagent aujourd’hui les mêmes bancs d’école sont une des raisons évidentes pour lesquelles, oui, je maintiens, que les méthodes pédagogiques ne peuvent plus être les mêmes qu’il y a 50 ou 100 ans !

        relisez Montaigne, je ne pense pas qu’on puisse le taxer de « doltoisme » mal digéré, ni d’être un soixante-huitard attardé !

        c’est amusant quand même de toujours voir brandi l’épouvantail de mai 68 ! Justement comme si ceux qui le brandissent n’avaient pas vraiment compris la signification de cet épisode de notre histoire !

        Pour les IUFM, n’ayez crainte, c’est en bonne voie ! Dorénavant les enseignants n’auront plus de formation pédagogique ! Magnifique !

    • Bonjour padacor,

      Au XXIème siècle, si un mail ne te plait pas, tu l’ignore ou tu demandes à retirer ton adresse « email », sans essayer de faire croire à personne que tu es choqué d’être pris pour un « ami », que tu n’es pas …

      • quand au XXi ème siècle tu reçois dans la même journée, sur trois adresses différentes, 6 mails identiques te demandant d’aller signer une pétition qui t’horrifie, cela en arguant de façon mensongère que tu as adhéré à une association, tu es en droit de laisser un message de protestation sur le forum de la-dite asso !

  4. Cher ‘Pacador’,

    Votre remarque n’a rien à faire sur ce forum.
    Il suffisait de répondre par mail à l’association et d’indiquer l’erreur .
    Vous laisser plutôt l’impression d’êre venu exprès pour dénigrer l’association.

    • Tout à fait d’accord avec votre réponse à ce (tte) PACADOR qui semble trouver très bien la tournure que prend notre société avec des enfants que nous n’élevons plus, au sens noble du terme.

    • Si je lis bien C. Brajon, ce forum de discussion n’est ouvert qu’à ceux qui sont d’accord avec SOS Education.
      C’est ça leur conception de l’ouverture et du débat ?

      Bravo !

  5. oui la discipline doit revenir à l’école et les pleins pouvoirs aux enseignants qui désirent que leurs élèves réussissent et du chef d’établissement.que la morale revienne à l’école à tous les niveaux:ordre esprit d’éqiupe respect de l’autre l’ordre le soin dans son travail et la présentation des devoirs écritureau stylo,l’honneur du travail bien fait Les récompenses que vous proposez bien sûr et et les prix d’excellence et d’honneur 1 2 3 prix,accessit par matière.c’est une méthode qui marche et qui est valorisante Pourquoi l’avoir abandonnée?et NOTER les devoirs d’élèves et non des A ,B, C, D qui ne veulent rien dire et en cas de besoin faire redoubler l’élève qui retarde les autres et n’est pas au niveau de sa classe. il faut niveler par le haut et non par le bas

    • Parce que, Colonel, vous pensez que la gauche mettra un système correct en place à l’Education Nationale? Qui proposez-vous pour remettre tout en marche? C’est la gauche qui a détruit l’Education Nationale avec des méthodes démagogiques à outrance, pas de vague, pas de vague, on ne dit rien, on ne voit rien. Pensez vous qu’un Julliard ait la carrure de trouver les bonnes solutions? Il ne sait que donner des ordres de grève(comme il le faisait à la fac) ou de révolte.
      Sans être moi même pour Sarkozy ou pour Royal, j’aimerais que vous puissiez donner des arguments convaincants.

  6. Il est indispensable également de connaitre les familles de ces enfants en échec scolaire ou violents. De les faire venir à l’école. Bien souvent ces parents n’osent plus y aller car ils savent ce que font leurs enfants et ils sont gênés. Pour résoudre un problème, il faut les accueillir avant qu’il ne soit trop tard, leur démontrer que l’on a besoin d’eux absolument et les revaloriser. Plus le temps passe, plus le silence s’installe et plus la situation se dégrade. On avait parlé aussi de personnes servant de trait d’union entre l’école et les parents afin de vérifier la vie scolaire de l’enfant et soutenir celui ci afin qu’il ne décroche pas définitivement.
    Ces enfants en échec finissent par se desespérer car il n’y a pas de soutien moral et effectif.
    Tout ce que vous dites est terriblement vrai mais avant de sanctionner les perturbateurs, il faut savoir pourquoi ils perturbent !
    Les professeurs ont des connaissances mais malheureusement aucune pédagogie et ne croient plus en leur boulot. Et certains ont peur d’entrer dans une classe.

  7. Votre action soit-disant pédagogique au sein de votre association n’est malheureusement qu’une action politique déguisée qui méconnaît les enjeux actuels de l’Ecole.

    1. Faire respecter l’autorité des professeurs
    Il ne s’agit pas de « rétablir les enseignants dans leur mission première, qui est de transmettre des savoirs et non de gérer des problèmes sociaux » mais de comprendre autrement que dans l’état d’esprit d’un adjudant de compagnie, la question de l’autorité morale liée à la reconnaissance d’une véritable écoute de l’élève et de l’étudiant.

    2. Former les professeurs à l’application de la discipline
    Loin de votre proposition, une formation pertinente des professeurs en IUFM consisterait à proposer une connaissance clinique en psychosociologie de l’éducation, c’est à dire en gestion des conflits dans un groupe de jeunes. Ce qui suppose une écoute sensible et une fermeté « adulte » tout en intelligence de la complexité des situations.

    3. Réintroduire la fonction pleine et entière de surveillant général dans les écoles
    Il s’agit là, dans votre proposition si réactionnaire, d’une méconnaissance pure et simple de l’évolution de la fonction de « surveillant général » garde-chiourme vers le « conseiller principal d’éducation » comme médiateur de conflits entre élèves et entre professeurs et élèves dans l’établissement.

    4. Créer de vrais cours de civisme
    Je ne pense pas que vous soyez les plus capables de penser une telle formation !

    5. Exclusion définitive à la troisième infraction grave au règlement intérieur
    L’exclusion définitive d’un établissement peut être envisagée mais toujours après compréhension du cas singulier en situation et décision collective discutée en connaissance de cause. Certainement pas d’une manière abstraite comme vous le voulez.

    6. Supprimer la réintégration automatique après exclusion d’un établissement scolaire
    On reconnaît bien là votre volonté d’exclure de la vie sociale légitime tout élément dérangeant votre ordre élitiste.

    7. Restaurer les internats spécialisés
    Pourquoi ne pas restaurer les prisons pour enfants. Cela s’harmoniserait parfaitement à votre idéologie.

    8. Rétablir prix et récompenses pour les élèves méritants
    Non. Il ne s’agit plus de penser en termes de « mérite » qui implique l’idée de compétition dans l’éducation. Au contraire, nous devons oeuvrer pour changer de point de vue sur les pratiques éducatives et trouver des « récompenses » qui ne soient plus des légions d’honneur pour la glorification narcissique de soi.

    • Votre prose fournit un superbe échantillon de la sempiternelle bouillie pour les chats, servie depuis 1968 par des enseignants formatés et politisés, tenants de la permissivité tous azimuts.

      Il est temps que parents et citoyens se réveillent, et fassent preuve d’un minimum de lucidité, en mesurant aujourd’hui les méfaits de « l’éducation » dispensée par les apprentis sorciers fabriqués par l’Education Nationale :
      – pourcentage ahurissant d’élèves quasiment illétrés entrant dans le secondaire.
      – insécurité galopante dans et a proximité des écoles, lycées et collèges.

      Que les vocables « surveillant général » ou « cours de civisme » offensent vos convictions, ne change rien à la réalité du terrain telles que la constatent de nombreux parents et éducateurs, y compris… de « gôche ».
      Je me réjouis que des citoyens excédés et écoeurés par ces pratiques perverses se soulèvent enfin pour soutenir SOS Education.

      • Vous avez de bonnes raisons politiques et idéologiques de penser ainsi, monsieur.

        La montée de l’hitlérisme était également pavée de vos bonnes intentions !

        • Ah oui, vraiment, on connaît bien la musique ; voyez ces nuées sombres qui montent à l’horizon ! « Ami entends tu etc. »

          Franchement, Camarade, on serait en droit d’espérer une dialectique plus convaincante et argumentée de la part des gens formés à votre école : mes vieux profs des années 53/60, étaient aussi majoritairement « de gôche », mais ô combien respectables par leur savoir et leur pédagogie… Et ils savaient se faire respecter, EUX, ces Nazis !

          Leurs successeurs contemporains, plus enclins à manipuler les jeunes esprits qui leur sont confiés qu’à leur prodiguer un enseignement adapté au monde auquel ils vont se trouver confronté, ne forment que des loosers, titulaires de diplômes bidons : 86/89 % de réussite au bac, par exemple.

          Heureusement qu’il nous reste quelques grandes écoles encore fréquentables….

      • Merci à vous deux de rappeller à tous que l’école doit permettre aussi le développement de la citoyenneté par la mise en place de structures, de contenus et de formes d’apprentissages qui permettront à chacun de faire des chox moins réducteurs que ceux proposés par SOS EDUCATION!

  8. Et les parcours en alternance ? Une semaine école, une semaine en entreprise ? Je trouve qu’il ne faut pas négliger cette piste.
    Il y a des jeunes gens qui préfèreront apprendre un métier manuel que de faire de l’abstrait. Et puis il en faut aussi des plombiers, des cuisiniers, des artisans.
    Pour le collège unique, en fin de classe de troisième, je faisais garde du corps pour les classes de sixième … Voilà comment j’ai participé à la vie de l’établissement. Comme accueil, les gamins de sixième étaient rackettés par d’autres élèves de troisième. Je suis allé au collège plusieurs fois la peur au ventre. C’était entre 1995 et 1999.

    En l’état actuel des choses, j’affirme que les délinquants mineurs peuvent quasiment faire ce qu’ils veulent en France dans la plus totale impunité.

    Autre chose, comme le disait l’ancien maire de New-York … Petit criminel deviendra grand si on ne le sanctionne pas à la première infraction. Il n’empêche que lors d’un voyage à New-York en 1997, je me sentais mieux en sécurité en me promenant à New-York que chez moi au collège.

    J’ai souvent pensé à faire enseignant plus jeune, j’ai changé d’avis parce que je ne veux pas être pris pour un idiot par les gosses et me faire casser la figure par les parents et la justice.

    Revenons aux comportements des perturbateurs, quand je vois la façon d’être de certains parents dans tous les lieux publics je comprends mieux l’attitude des enfants … Sans pour autant excuser les mauvais comportements des enfants. Les enfants et jeunes collégiens sont souvent le reflet de leur entourage. Pour les exemples, j’en parlerai plsu tard en fonction des autres commentaires.

    Bonne chance à vous! Vous allez en avoir besoin …

  9. La fermeté et la bienveillance sont indispensable pour stabiliser les enfants. Quand tout va mal à la maison (et nous vivons une période difficile) l’école doit être le lieu où on peut encore s’équilibrer. Les profs sont obligés aujourd’hui de faire du « social », alors difficle d’éduquer.
    Je pense qu’il faut surtout agir dans le primaire car c’est là que les mauvaises habitudes se prennent. Après la 6 e c’est terminé, il ne faut pas rêver.

    Ces enfants ont des QI tout à fait normaux, simplement ils font ce qu’ils veulent. Ils se savent impunis partout. Ils ont des droits, plus aucun devoir. Plus personne n’exige quelque chose de leur part d’ailleurs.
    La fermeté des enseignants sécurisent les enfants mais ça on l’a oublié.
    Ce sont les enseigants également qui placent les repères. Tous ces enfants n’ont plus aucun repère, ils vivent virtuellement leurs émotions. Plus de rigueur, plus de responsabilité.

    Je pourrais en écrire des pages et des pages. Je les connais par coeur. Les métiers auprès des enfants exigent observation et expérience. Aujourd’hui on n’a plus le temps et chacun bidouille dans son coin.

  10. Je dirais également que tous ces enfants « perturbateurs » n’ont plus des règles de vie adéquates, l’hygiène de vie n’est pas là.

    Alimentaiton insuffisante, endormissement après minuit, parents dépassés par les problèmes qui n’ouvrent jamais un livre et croulent sous le quotidien. Beaucoup démissionnent face à leurs enfants. Que dire d’un enfant qui est le seul à se lever le matin pour quitter le foyer, que dire d’un autre qui doit faire du « black » avec son père tous les jours (absenteïsme en flèche). Je ne parle pas des enfants qui volent la nourriture dans les magasins. J’ai commencé à voir cela il y a 20 ans en province (vol de pâtes et de pommes de terre).

    Ces enfants n’ont pas la tête à l’école mais dans les problèmes des parents. C’est pour cela (voir plus haut) qu’il faut convoquer les parents pour parler des choses en face. Mépriser les parents, c’est mépriser les enfants et on n’avance pas.

    L’école a commencé à s’écrouler début 1970 ! les programmes ont été vidés, on a injecté la globale, puis la phonétique. Ce n’était pas la gauche qui était là ! Je connais des directeurs qui ont hurlé à l’époque. Les directives venaient du gouvernement. On a cassé l’école en disant qu’on n’avait pas besoin de beaux esprits. Résultat : on a la fabrique de petits barbares.

  11. Bien dit Christine, c’est la vérité.
    C’est la catastrophe pour tous ce collège unique … Autant j’ai apprécié la qualité de l’enseignement en France et des gens dévoués pour le faire, autant j’ai appris à ne faire confiance en personne suite à ma scolarité en collège en ce qui concerne la sécurité.
    Les gens ne comprennent pas qu’en ayant des enfants et un conjoint ils s’engagent au minimum pour 20 ans ne serait ce que pour leurs enfants … Il est préférable de se poser la question de savoir si on est capable ou non d’avoir des enfants.

  12. Je partage toutes vos propositions naturellement, c’est du bon sens.

    Mais cela ne résoudra pas le problèmes de ces gamins en échec. On peut toujours sanctionner mais que faudra t il faire de ces gosses en marge ? Ils ne sont pas à l’origine de cette situation.

    Il y a des méthodes à mettre d’urgence évidemment pour la sécurité de tous et puis travailler sur la médiation famille professeurs. Il faut obligatoirement mettre des gens qui interviennent dans les familles et à l’école de manière à ce que l’enfant se sente soutenu scolairement et surtout « courtcircuité » dans ce qu’il raconte aux uns et aux autres.

    • Oui Christine vous avez raison. Quid de ces enfants en echec scolaire?

      Mais ce n’est pas en maintenant le collège unique qu’on résoudra ce problème considérable.

      Le collège unique tue la progression individualisée. Elle favorise un enseignement médian et médiocre qui ne fait l’affaire ni des meilleurs qui s’ennuient, ni des plus faibles qui ne comprennent rien au cours.

      Il faut des parcours diversifiés et remettre à l’honneur l’apprentissage, les enseignements techniques ou technologiques et des filières courtes dans lesquelles pourront s’épanouir les élèves en échec. Et avant tout, il faut réformer profondément le primaire, époque où tout ce joue dans la vie d’un élève. Mettre l’essentiel des effort sur un bon apprentissage de la lecture et de l’écriture et sanctionner, par un examen d’entrée en sixième, le travail effectué en primaire.

  13. Mon père s’offusquait déjà de l’attitude des syndicats d’enseignants il y a maintenant plus de 50 ans, lesquels ne défendaient pas les professeurs mais inculquaient déjà régulièrement des idées « subversives » proches de l’idéologie soixante-huitarde. Mai 68 a précipité le mouvement. Le résultat est ce que l’on voit maintenant: refus de civilité des enfants, prémices d’un recul de civilisation de la société.
    Il est étrange que l’exigence de retour à l’autorité du professeur et par conséquence à la restauration de la discipline réclamée par SOS éducation soit rejetée par les professeurs eux-mêmes bénéficiaires. Il est vrai qu’on ne connait leur opinion que par leurs syndicats, lesquels semblent à l’abri de toute révolution puisqu’ils sont toujours de la même obédience qu’il y a 50 ans, c’est-à-dire qu’ils ne défendent toujours pas les professeurs.

  14. 71 signatures sur 5000, c’est bien peu ! Quelles soient les les mesures adoptées, si les mentalités ne changent pas elles ne serviront à rien. M. Padacor est bien agressif. Une autre mesure serait bien utile, pas de portable dans la poche, mais un endroit surveillé où le déposer et s’en servir. Une formation des maîtres à la psychosociologie ne serait pas inutile et aussi des tests de personnalité.

  15. Les parcours en alternance sont une bonne chose.

    Le principal c’est de veiller à ce que ces jeunes ne quittent pas leur scolarité sans rien. Après 1 ou 2 années à trainer, ils ne raccrocheront plus jamais des études et pire, ils dérivent (drogue etc).

    Ceux qui sont « sur la touche » scolairement il faudrait quasiment venir vers eux à l’école pour commencer une orientation. Tous ne feront pas des études mais auront au moins un boulot. S’ils quittent le collège sans rien c’est terrible, c’est le terreau de la délinquance. Et en plus ils n’ont aucun niveau, certains ne savent ni lire ni écrire.

    • Bonsoir Christine, oui c’est vrai que les enfants en échec ont souvent la tête dans les problèmes des parents. Intervenir dans les familles … Oui je crois que c’est ce qu’il faut dans certains cas. Rappeler aussi qu’il y a des droits et des devoirs également encore plus si il y a des enfants.

      • Pourquoi ne pas obliger tout simplement les parents à venir aux réunions et à répondre aux convocations de l’école dès lors qu’ils perçoivent des allocations familiales.

        Je ne parle pas de suppression, ni de tout ça, mais simplement l’obligation de venir régulièrement à l’école pour assurer un « partenariat » avec celle ci.

  16. Je suis tout à fait d’accord avec toutes vos propositions pour tenter de faire baisser la violence à l’école et remettre les choses en place si c’est possible .

    ACD

  17. Pour les portables tout à fait d’accord ! ils les ont dans les poches dès 8 ans !
    Le portable occupe les journées au détriment des cours.

    Quant à la psychosociologie d’accord aussi !

    • Et le prix que l’on met dans un portable, cet argent ne serait t’il pas mieux utilisé ailleurs ? Parce que dans l’ordre des priorités, pour moi c’est déjà d’avoir le frigo rempli.

      • Mais Toni, allez leur dire que le frigo est prioritaire ! là aussi il y a de mauvaises habitudes. C’est la société de consommation aussi tout ça !
        Combien d’enfants ne déjeunent pas le matin ? Peut on suivre en cours ? biensûr que non !
        Manque de sommeil et manque de nourriture entrainent aussi l’hyper activité.

        • Rebonsoir Christine, je ne sais que dire … Il me semblait juste que manger était le premier des besoins. Et attendez quand le frigo est plein, ça dépend de quoi … là aussi en vacance de groupe il m’est arrivé de boire du jus de fruit avec un gout d’éther.

          • Le budget des AF n’est pas attribué à la nourriture et ça je le sais bien car j’ai en tête des exemples IGNOBLES ! (enfants sortant de la maternité et les parents ayant entièrement « bouffé » le budget lait du nouveau né dans les cigarettes et autres broutilles..). Le gosse est passé au lait de vache à 5 jours !!!! il y a des miracles ! à 10 mois, ils sont aux raviolis etc etc Tous les trois ans : une naissance ! etc etc

  18. Je m’attendais au pire et je ne suis pas « déçue ».
    Suis étonnée que le rétablissement des châtiments corporels ne fasse pas parti de la liste.
    Enseignante en Lycée Professionnel pendant 30 ans , j’ai une certaine expérience
    des difficultés rencontrées dans le domaine scolaire.
    Me concernant la discipline n’a jamais été un problème.
    Mes rapport avec mes élèves étaient basés sur un respect mutuel ,
    des rapport fréquents avec les parents (il n’était pas question de gérer des problèmes sociaux mais d’être à l’écoute, de rassurer ,d’encourager ,voire conseiller des familles en détresse). Dès le début de l’année scolaire ,j’établissais avec mes élèves un contrat que chacun était tenu de respecter (élève et professeur : nous n’avons pas que des droits mais aussi des devoirs à leur encontre). Des tests de connaissance était effectués et, selon les résultats, des groupes de
    niveaux étaient formés, pour permettre aux plus faibles de rattraper leur retard sans pénaliser les autres.
    Enfin un projet fédérateur était choisi
    pour motiver la classe ( voyage, classe verte, spectacle…).
    Un travail d’équipe et des réunions régulières aux quelles les délégués d’élèves , les parents et le directeur de l’établissement étaient invités
    permettaient de faire le point sur les progrès effectués et de réfléchir sur l’aide à apporter aux cas difficiles.

    Cette pétition fruit, sans doute, d’ esprits élitistes et antidémocratiques
    m’apparaît comme un autoritarisme rétrograde qui va à l’encontre de tout progrès pour une École laïque et démocratique dans l’Éducation Nationale

  19. Je suis d’accord avec David.

    C’est certain il y a un nivellement qui fatigue les gamins ayant des possibilités comme des gamins qui ne sont pas interessés par l’école.

    Mais le plus essentiel actuellement, c’est le primaire. je vis dans une région où je suis choquée par le nombre de jeunes totalement incultes et ne sachant ni lire ni écrire. C’est une catastrophe nationale !

    Certains de ces gamins correspondent à l’handicap mental en institution il y a 20 ans. Atroce et véridique.

    • Madame Christine
      Quand on veut démontrer quelque chose, on se doit d’être exigeant. Quand vous reprochez à des jeunes de ne pas savoir ni lire ni écrire……
      Il faudrait éviter de parler de  » l’handicap »!!!!…. On apprend à nos élèves à vérifier et corriger ce qu’ils écrivent, mais il faudrait sans doute donner des cours de rattrapage à certains adultes qui ne le font pas…
      Par ailleurs, je ne savais pas qu’il existait des régions entières « incultes »….
      Je ne voudrais pas être médisant mais je n’ai pas compris votre dernière phrase : « l’handicap mental en institution » ?????????? moi pas comprendre !

      • je veux simplement dire qu’il y a 20 ans se trouvait dans des institutions pour handicapés mentaux des enfants qui n’étaient pas pire que certains scolaires aujourd’hui.

        Par contre je ne comprends pas votre impolitesse et ce ton hautain.

        oui ce sont des régions où l’illétrisme s’explique géographiquement en premier lieu, ce depuis très longtemps. Le corps enseignant l’explique très simplement.

        Comment « reprocher  » à un enfant de ne pas savoir lire ou écrire voyons ? où serait sa faute? Vous ne semblez pas très bien comprendre.

      • Cher (e)Dominique,

        je pense que vous avez beaucoup de mal à vous exprimer tellement la « haine » vous envahit.
        Effectivement vous êtes médisant (e).
        Bonne soirée.

  20. Oui aux solutions contre la violence à l’Ecole.

    Vos solutions sont les bonnes, mais il faudra d’abord convaincre le ministre en charge de les faire appliquer. Ce ne sera pas facile car il y a longtemps que le pays entier a démissionné. Ce n’est certainement pas le ministre actuel qui ira dans le bon sens. Hélàs, néanmoins il est important de continuer cette action.
    Bon courage.

  21. Bonjour,

    j’en profite pour exprimer mon désarroi face aux programmes. Ma fille aînée est en cm1.
    Jusque là, comme elle est dans une « bonne école », je me disais qu’il était peut-être normal qu’elle fasse encore des fautes etc… mais maintenant en cm1, je pense qu’il est temps que l’orthographe soit acquis (au moins pour les accords, et une partie des conjugaisons), mais comment apprendre à écrire et compter lorsque l’on doit par ailleurs apprendre à lire des pyramides des âges, pour une matière au nom si poétique de « sciences humanistes » (grrrr!!!), ou lorsque l’on apprend comment travaillent les historiens, au lien d’apprendre une leçon d’histoire. Tout cela à base de photocopies, pour des sujets qui me semble beaucoup trop abstraits pour eux ou en tout cas pas indispensables à leur niveau…

    Alors une pétition pour un retour aux années 40 (allez même si on est moderne par ailleurs) !!!

  22. Je suis bien d’accord avec les propositions de bon sens exposées par SOS éducation. Il est bien évident que les élèves quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent ont toujours attendu des adultes qu’ils montrent l’exemple et fixent les limites. Trop de laxisme et de socialement correct ont étouffé ces principes simples et faciles à mettre en oeuvre. Le professeur est seul maître dans sa classe. Il doit sanctionner tout manquement au règlement intérieur pour permettre d’étudier dans la sérénité. Je m’étonne même qu’il faille répéter à l’infini ces paradigmes évidents pour tout enseignant s’il veut exercer son métier avec efficacité. Il en est des règles de discipline scolaire comme des impératifs de vie sociale : sans elles, aucune collectivité n’est viable ni pertinente socialement. Puisse les décideurs s’en inspirer.

  23. Quand on apprend qu’une institutrice dans le Doubs a été licenciée de l’éducation nationale parce que elle avait giflé un enfant insolent, j’ai pensé qu’il n’y avait plus rien à faire de cet organisme qu’il faut dissoudre le plus rapidement possible, et mettre tout en oeuvre pour enfin distribuer les chèques scolaires et privatiser les écoles à la demande des parents d’élèves.

  24. L’autorité à l’administration; l’enseignement aux professeurs.
    Et que toutes les instances toxiques ( parents d’élèves à défaut d’être parents) soient mises à distance.
    Que chaque établissement soit autonome, sous la responsabilité de son chef, libre d’ essayer une tenue commune, un jumelage nord-sud, etc…
    Bravo pour votre pétitio

  25. De tout ceci, il m’apparaît que l’on oublie l’éducation. Pas l’enseignement, l’éducation. Et l’éducation commence avant la naissance ! Les futurs parents auraient besoin d’être pris en charge pour leur apprendre ce que sera leur rôle d’éducateur dès la naissance. Beaucoup ne le savent pas.
    A mon avis, faire comprendre à un enfant qu’il est  »un » parmi les autres, pas moins mais pas plus, lui apprendre à dire bonjour avec son cœur à ses parents et à tous  »les autres », tolérer et accepter tous ces autres, dire merci, lui donner envie d’apprendre donc envie d’aller à l’école où des personnes lui fourniront comme à ses petits camarades les connaissances dont il a besoin, qu’il doit respecter et aimer ces personnes, tout ceci est à la base de l’éducation et de la pleine responsabilité des parents.
    Ajoutez à cela les notions d’amour et de partage, voilà un programme qui devrait être accompli avant que l’enfant aille à l’école! Par tous les parents !
    Ma conviction est que là est le point le plus important ; cette base de l’éducation est primordiale. Mais comment espérer qu’elle soit puisque nous ne faisons rien, absolument rien, pour lui permettre d’être ?
    Monsieur le Ministre, s’il vous plaît, accepteriez-vous de vous pencher sur le problème ? Il me semble relever de votre pouvoir. Merci d’avance, Monsieur le Ministre.

    H. LAHM

  26. Votre pétition est tout à fait justifiée et pertinente.
    Je profite de cette page pour conseiller – à tous ceux qui s’intéressent à l’éducation des enfants, et plus particulièrement à tous les professionnels de l’éducation-la lecture du livre « Intelligence Émotionnelle » Auteurs: Goleman, Boyatis et Mckee. Apprendre aux enfants à connaître , reconnaître et maîtriser les émotions afin de les faire évoluer vers un climat de sérénité.

  27. Cette société est décadente et nous sommes déjà dans un système dictatorial où le délit de pensée existe et est fortement réprimé. Nous ne risquons donc rien à être plus exigeants et moins « défenseur » des libertés qu’on accorde justement à ceux qui entravent les nôtres.

  28. Un ami, Inspecteur d’Académie m’a confié que lorsqu’il évoquait la notion « d’éducation » auprès d’un certain nombre d’enseignants (pas tous heureusement), ceux-ci répondaient que leur mission était « l’enseignement » et non l’éducation…!
    Comment ces enseignants peuvent-ils demeurer encore dans
    « l’ EDUCATION nationale « ?
    Je vois deux solutions :
    – ou bien – s’ils sont honnêtes envers eux-mêmes – ils quittent leur poste.
    – ou bien on débaptise ce Ministère au profit de l' »Enseignement National ».
    A moins que l’on organise deux Ministères !!!
    Chacun confierait alors ses enfants en toute connaissance, selon son choix…

  29. @Paul

    Je vous rappellerai simplement que l’éducation est en principe l’affaire des parents, et l’enseignement l’affaire des professeurs. Le mélange des genre donne la situation actuelle : demander aux professeur de se substituer aux parents sans qu’ils aient pour autant le droit de leur mettre une fessée, n’est ce pas…
    Quant à l’Éducation nationale elle est pleinement responsable de cette situation par l’adoption même de ce vocable.

  30. il faudrait que le gouvernement oblige les écoles, dans lesquelle les jeunes préparent un BAC PRO ou BTS en alternance, proposent des entreprises. Ma fille est inscrite dans une école pour préparer un BTS « comunication des entreprises »….depuis mai elle cherche une entreprise (150 mails envoyés)…oui c’est sûr elle peut quand même préparer son BTS pour la modique somme de 5000 euros par an. dans cette même école…Ceci explique cela… Mon fils est en alternance depuis 6 ans (BEP BAC ET BTS). Il a fait partie des 5000 jeunes inivtés le 15 juillet à l’élysée pour le discours du président de la république sur l’alternance…et pas un mot là dessus sur cette éventuelle obligation à mettre en place…

  31. Les prof ne récoltent que ce qu’ils ont semé. A force de laisser faire, de se prendre pour des copains, sous prétexte de liberté, c’est le bordel dans les classes. Il y a aussi la drogue, les cigarettes, les portables, les MP3, etc…..dont la tenue vestimentaire et la coupe de cheveux Il faut dire aussi que les parents sont aussi coupables que les enseignants. Ils ont démissionné. Depuis 68 c’est l’anarchie. J’en profite pour vous re-demander si c’est normal qu’un prof qui s’absente souvent comme par exemple un élu, qu’il soit payé à 100% ??

  32. Je ne signerai pas cette pétition.
    A mon avis, toutes les solutions résident dans la personnalité des enseignants, leur conception du métier, leurs compétences réelles et dans la formation des enseignants. Ce n’est pas des actuels IUFM qu’il faut escompter une solution…

  33. tout à fait d’accord pour rétablir la discipline: mais les parents doivent jouer le premier rôle, les profs ne peuvent rien s’ils ne sont pas soutenus à la maison.

    N.Quay

  34. quelques autres propositions permettant de restaurer l’obéissance et la soumission à la loi et à l’ordre :
    9 – rétablir le port du bonnet d’âne
    10 – autoriser et encourager les enseignants à pratiquer les coups de règles sur les doigts
    11 – permettre la fessée déculottée pour les plus jeunes et toute autre mesure visant à humilier l’enfant récalcitrant
    12 – supprimer les postes de psychologues scolaires
    13 – remettre au pas l’ensemble du secteur des sciences de l’éducation
    14 – réinstaller des estrades dans les salles de classe et permettre ainsi de créer des postes de menuisier pour les inadaptés aux études longues
    15 – déscolariser systématiquement les enfants en échec scolaire, à troubles du comportement, à regard provoquant, fuant, en coin, trouble, etc etc
    je laisse aux suivants le soin de trouver et proposer d’autres idées fulgurantes et dignes de cette pétition revigorante, qu’il soit toutefois très clair que je n’y ajoute ni mon consentement ni ma signature

    • @Bernhardt,

      C’est curieux quand même comme les tenants de la pensée unique tentent systématiquement de ridiculiser sans autre argument valable ceux qui développent des principes de bon sens. Ceci dit :
      9. Bonnet d’âne.. Certes aujourd’hui l’enfant roi est tel que c’est plutôt les professeurs que vous aimeriez voir avec ce bonnet d’âne pour ne pas avoir su intéresser votre petit ange.
      10. Les coups de règles sur les doigts me paraissent le moindre des châtiments corporels, non? C’est vrai que c’est une offense disproportionnée, après tout, les angelots eux se contentent de planter leurs profs en pleine classe avec un gros couteau de cuisine. pfff amateurs!
      11. Déculottée? vous n’y pensez pas! Etant donné le manque d’hygiène de plus en plus constaté dans nos salles de classe, j’aurais trop peur de me salir les mains!
      12. supprimer les psychologues permettrait peut être de recadrer l’éducatif dans ce qu’il doit être. L’enseignement des savoirs et non la « psychologisation » individualisée à l’extrême.
      13. Je souscris à 100%n j’irai même jusqu’à les supprimer et j’hésite encore sur le fait de fusiller ou de pendre Philippe Meirieu après jugement en haute cour de justice.
      14. Euh.. je ne veux pas vous faire de peine mais.. j’ai mon estrade ainsi que beaucoup de mes collègues et vu le prix que ca coûte je pense que voter menuisier ancien cancre gagnera vite beaucoup plus que moi!
      15. Les enfants en échec scolaire n’ont rien à faire dans un système qui de tout façon les exclut et les traumatise comme il traumatise d’ailleurs également les bons élèves. Chacun son établissement avec une formation différenciée. Ça évitera d’ailleurs vos bambins à bonnet d’âne de persécuter dans les cours de récréation les bons élèves en question.

      Voyez, il est facile d’ironiser n’est ce pas, Bernhardt.

  35. Bonsoir,

    Tout marcherait bien mieux si on fournissait des vouchers aux parents et que ceux-ci étaiaent rendus responsables en ayant d’abord à choisir l’établissement scolaire de leur enfant. Les directeurs d’écoles devraient être libres de recruter les enseignants de leur choix; Les enseignants devraient être libres d’appliquer les programmes de leur choix et …je vous assure comme dans le commerce, les meilleurs prendraient vite l’avantage offrant à la majorité des enfants un enseignement de qualité. Mais en France le classement au mérite est un sujet tabou tant les médiocres sont nombreux!!!
    A commencer par nos cancres de politiques qui « vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué » (cf la vente d’avions RAFALE au Brésil au nombre de 30, Vente pas faite et chaîne de production loin d’être amortie …sur le dos du contribuable!!!)
    Bref, les parents se dirigent aujourd’hui vers les établissements privés (catholiques) conventionnés mais l’Etat n’alloue pas les ressources nécessaires obligeant les jeunes à fréquenter des établissements non productifs de qualité…

    Quand cela va t-il changer???

  36. Bonjour,

    J’ai reçu un spam de votre association et je suis choqué par les propositions listées sur ce site.

    La majorité actuelle doit satisfaire votre volonté de retour vers le XIXEME siècle époque bénie durant laquelle les pauvres étaient cantonnés dans leur corons et où les châtiments corporels accompagnaient nos chères têtes blondes sous un crucifix de bonnes intentions.

    Merci de demander à votre webmaster de ne plus souiller ma boite mail avec de telles insanités.

    A ne jamais vous rencontrer

  37. Comme pour lutter contre la pollution, il faut faire un vrai retour en arrière. Un examen pour entrer en 6ème et que tous les profs (des écoles, des collèges et lycées) soient respectés. Et toutes vos propositions.

  38. Je suis venu sur ce site pour signer la pétition. Je ne comprends pas pourquoi il faut que pour y parvenir, je doive passer par la lecture de textes mal pensés, mal écrits, voire mal orthographiés, et m’étonne que certains prennent la peine d’y répondre.
    Bref, et ceci est un reproche pour SOS Education, il ne faut pas confondre un forum de discussion et une pétition.

  39. Votre action est formidable,
    j’ai vu sur votre site que vous faites le décompte de ce que coute l’éducation nationale.
    J’ajoute qu’il est scandaleux que l’éducation nationale fournisse le moindre euro aux écoles privées et à leurs enseignants.
    Bonne chance et vive l’ordre et l’autorité.

  40. Le chèque éducation est une bonne idée, laisser le choix aux parents pour l’école de leurs enfants. Plus de liberté et également de responsabilités qui vont avec. Chaque école devra donner le meilleur d’elle-même pour encaisser le maximum de chèques éducation.

    Pour le principe d’une école publique, hélas pour certains élèves on ne fait pas boire les ânes qui n’ont pas soif. Dans ce cas envoyer le récalcitrant dans un pays du tiers monde aider les enfants des rues. je suis sur qu’on peut s’arranger entre chefs d’état et petit récalcitrant se rendrait utile et se calmerait très vite … Et qui sait si il ne prendrait pas plaisir à aider les autres. C’est ça qu’il faut pour ces gamins pénibles, leur montrer un pays comme la Colombie.

    Sur d’autres blogs, on me dit que petit récalcitrant irait rejoindre les dealers locaux. Dans ce cas, bien expliquer à petit récalcitrant dans l’avion que en Colombie il existe des escadrons de la mort qui traquent et abattent à coup de mitraillette les gens comme lui en toute illégalité sans que ça gêne beaucoup les gens de ce pays.

    Et tant pis pour la bien pensance de Mai 68 … Il y en a qui s’ennuient et veulent de l’action; et bien le Mexique et la Colombie iront très bien pour eux.

    Le service militaire pourrait s’occcuper d’une telle orientation. Maintenant expliquer cela au président de la Colombie, ça c’est une autre histoire.

  41. Quel dommage !
    Oui Quel dommage, que votre combat contre la violence se focalise sur l’école. La violence est dans notre société et elle est entrée dans l’école.
    Nous passons notre temps à apprendre et à obliger nos élèves à prononcer les mots magiques que sont « bonjour », « merci », « s’il vous plaît » et tant d’autres, mais quand nous recevons les parents combien d’entre eux prennent la peine de les prononcer ? réponse de directrice d’école : trop peu. Alors notre martèlement qui ne dure que 24 heures dans la semaine est-il suffisant ?
    Toujours en tant que directrice : combien de parents mécontents de telle punition, de telle remontrance ou montée de voix appliqués à leur enfant , bien sûr injustifiés à leurs yeux (car, évidemment la parole de l’enfant est vérité)dois-je recevoir ? Je ne calcule plus le temps que prend le réglement ce genre de « conflits » aux dépens d’autres tâches qui me permettraient de mettre en place des projets sur l’école.
    Toujours en tant que directrice : combien de parents ai-je reçu qui considèraient l’école comme une ennemie et non comme une alliée qui permettrait à leur enfant de grandir ? Beaucoup trop.
    Toujours en tant que directrice : combien d’enfants, que les parents avaient oublié de venir chercher à l’école, ai-je du accueillir dans mon bureau pour attendre parfois une heure (et après de nombreux appels téléphoniques) qu’enfin on vienne les chercher ? Je préfère ne plus les compter.
    Toujours en tant que directrice : combien d’enfants de 6 à 10 ans, je vois partir seuls en fin d’après-midi la clé autour du coup pour retrouver un appartement ou une maison vide ? Le nombre est impressionnant.
    J’arrête là ma liste.
    Mais soyez rassurés, bien que ma carrière soit déjà longue (31 ans), j’ai toujours foi en mon métier, il me passionne toujours autant et j’essaierai encore et encore de « sauver » les enfants en difficultés cognitives,en difficultés sociales, en difficultés psychologiques.
    Les enfants ont changé, oui, car les parents ont changé. Alors, le règlement de la violence à l’école ne doit-il pas passer en priorité par un changement de comportement des premiers éducateurs des enfants : les parents ?

    • Je comprends mieux que les gosses soient complètement paumés maintenant. Je peux aussi vous parler des parents qui reviennent ivres et leurs gosses qui marchent devant … Je n’ai pas vu cela dans les écoles mais en camping. Le pire dans ce que vous racontez ce sont les gosses oubliés.
      Je sens que je vais mal dormir avec tous vos témoignages.

  42. Toutes les réformes qui se sont succédées n’ont abouties à rien….
    Pourquoi? Parce qu’elles n’ont jamais été fondées sur les valeurs de Jules Ferry: égalité de l’éducation mais en contre partie travail pour soi même et pour les autres. Le laxisme prôné comme liberté n’est qu’illusion.

    • Au moins s’occuper gérer les pbs des extras européens qui sont déjà présents sur place, ensuite régler nos problèmes internes concernant l’économie.
      Et surtout se débarrasser de la peste rouge; pardon du communisme.

  43. 2. Former les professeurs à l’application de la discipline
    Instaurer la discipline dans une classe relève de la pratique. Mais les grands principes doivent être enseignés aux futurs professeurs. L’importance décisive du premier contact avec les élèves, de la tenue du professeur, de son déplacement à travers sa classe, du regard adressé à chaque enfant pendant le cours, peut s’apprendre, de même que les principaux pièges à éviter : crier, chercher à attendrir les élèves ou “copiner” avec eux.

    EN FAIT VOUS DEMANDEZ LA RÉOUVERTURE DES IUFM LÀ ! NON ?

  44. Bien entendu je soutiens sans réserves les idées de bon sens d’SOS EDUCATION.

    Dans cette pétition qui ressemble plutôt à un réglement de compte idéologique sur la manière de mieux éduquer et instruire nos enfants, comment ne pas reconnaître aujourd’hui, objectivement, le classement désastreux de nos écoles par rapport au reste du monde ?

    Comment ne pas reconnaître la chute vertigineuse du niveau d’exigence en continuant à faire tourner la planche à diplômes afin de cacher la triste réalité à des parents crédules ?

    Le bac coûte terriblement cher à organiser, avec 89 % de réussite au bac général et le cortège d’indulgences démagoqiques qui l’accompagne, nous ferions de grosses économies en l’accordant sous contrôle continu sans examen.
    Nous ne ferions que supprimer un symbole que l’on a déjà totalement dévalorisé de toute façon !

    Cette année en chimie au bac, il suffisait de ne pas avoir oublié sa blouse et d’avoir nettoyé sa table pour gagner 2 points ! Croyez vous que la vie professionnelle fera les mêmes cadeaux à nos enfants ?

    Comment des pédagogistes aveugles et certains professeurs asservis par des syndicats véreux peuvent-ils encore soutenir cette « fabrique de crétins » qu’est devenue l’école d’aujourd’hui ?

    La dure réalité des choses se fera malheusement sentir dans le monde du travail et la compétition mondiale qui s’y rattache. Désolé mais tout le monde ne peut pas être fonctionnaire ! (j’en suis un cependant)

    La France n’a pas fini de perdre toutes ses batailles économiques, l’école n’enseignant même plus la valeur travail, le sens de l’effort et de la persevérance.

    Elle fait de nos jeunes des assistés, mal formés, manipulés par les slogans politiques malsains de quelques professeurs ignorant totalement la réalité économique et la NECESSITE URGENTE DE REFORMER L’ECOLE POUR SAUVER CE QUI PEUT ENCORE L’ETRE POUR L’AVENIR DE NOTRE PAYS !

  45. il faut un examen d’entrée en sixième et orienter autrement (ailleurs qu’au Collège) ceux qui à ce moment de leur vie n’ont ni le gout ni le talent d’études générales. L’égalitarisme est une utopie qui devient dangereuse.

    Le savoir, le mérite et l’effort doivent être revalorises, il y a urgence assez d’activité à la mords moi le doigts
    Il y a aussi qu’au nom de théories pédagogiques ou d’une soit disante « liberté »‘pour développer l’autonomie et l’esprit critique des futurs adultes, certains pensent que c’est à l’enfant de « s’approprier le savoir ». (théories très louables dans le projet mais utopistes dans la pratique). Les mêmes de privilégier non pas l’effort, les savoirs, le mérite, le talent (1)ou encore le temps qu’il faut pour apprendre à penser et la valeur de certaines transmissions générationnelles mais des activités dites « d’éveil », « éducatives », « citoyennes », « développement durable », « projets d’établissement » et j’en passe. Orientations certes chargées d’intérêts louables mais gérées « à la mord moi le doigt », elles ne sont qu’imbroglios d’où ne sortent finalement que beaucoup de discours creux (2), ignorance, illusions et hélas beaucoup de temps perdu !
    (1) considéré par certains « modernes » comme un scandale pour la démocratie (Alain Finkielkraut)
    (2) »l’École cherche plus à faire émerger des discours que le savoir et la raison (NATACHA POLONY)
    Voilà pourquoi dans le monde qui vient, l’école qui se voulait plus « juste » n’aura jamais été aussi inégalitaire [NATACHA POLONY 15 mesures pour sauver l’école- Ed Mlle et une nuit 2007- NOS ENFANTS GACHES Jean Claude Lattes 2005]. Il n’y a plus que les enfants nés au bon endroit qui on le plus de chance de s’en sortir, là où les parents sont prêts à mettre le prix pour que leurs enfants bénéficient d’une culture au moins équivalente à celle qu’ils ont reçue. Mais surtout beaucoup plus grave, l’école et l’enseignement scientifique en particulier qui était non seulement censée à travers le raisonnement déductif agir pour que le cerveau rationnel coopère vraiment avec celui des émotions pour mieux contrôler ce dernier et in fine juguler le plus possible l’obscurantisme, semble paradoxalement parfois l’avoir favorisé ! Un comble !

  46. Bonjour,

    Pour sauver l’école française, il faut mettre l’Education Nationale en vraie concurrence.
    Le savoir est un produit comme le téléphone.
    Vous auriez encore le vieux téléphone noir hideux et relié à un fil, imposé par l’Etat, si la société nationale de télécommunications n’avait pas été ouverte au marché.
    Si orange existe c’est grace au marché et aux investisseurs (petits capitalistes français par exemple).
    Or, tous les « bobos » de France ne quittent plus leurs portables.
    A propos de lutte contre les capitalistes…puisque certains témoignages montrent que la peste rouge couve dans notre pays: Essayez donc de saisir leur résidence principale à chacun de tous les propriétaires du pays et vous verrez la réaction…
    Les parents qui ne s’occupent pas de leurs enfants ne sont pas encore arrivés à l’âge adulte; ils sont extrêment nombreux et les fruits pourris des années 1960.
    Parmi les enseignants on retrouvera la même proportion de personnes mal formatées pour vivre en citoyens vraiment responsables. Cela a déjà été suggéré: Ily a dans le corps enseignants une forte proportion de gens qui comme chez les médecins, ont du mal à se remettre en cause et qui conjuguent un certain complexe de supériorité…surtout chez les pédagogistes d’ailleurs.
    A méditer………………………………………………………

  47. je signe la pétition, parce que je suis inquiet pour les études de mes petits enfants, et triste aussi de voir des neveux et nièces « patiner » dans des études en fac complètement inadaptées, et aussi parce qu’eux-mêmes n’étaient pas préparés au travail en fac.
    A quoi sert de « fabriquer » artificiellement des bacheliers (en trichant ouvertement sur les notes, non seulement au bac, mais tout au long de la scolarité on trompe enfants et parents sur le niveau réel des classes, le nivellement se fait par le bas parce que, pour céder à l’idéologie d’un dangereux égalitarisme, on a rejeté les classes de niveau).
    C’est vrai que la droite n’a pas pu ou osé « redresser la barre », a fait des erreurs « pour avoir la paix sociale » dans cette « forteresse de la gauche et de l’extrême gauche » qu’est le Ministère de l’Education nationale. Faute d’une réforme en profondeur « que personne n’osera même envisager », il faudra se tourner vers les organismes à taille humaine, privés, qu’utilisent d’ailleurs largement nombre d’enseignants et de familles qui se disent de gauche. Pour une vrai égalité des chances, je serai d’accord pour le chèque-scolaire (pour combattre l’échec …).
    Quand au problème de la violence en établissement, des solutions ont déja montré leur efficacité dans des établissements très gravement touchés, pour lesquels il a fallu réunir les enseignants et les parents, avec la municipalité et la police pour en parler d’abord, pour élaborer ensuite un règlement intérieur, admis par tous pour qu’il soit appliqué à la lettre (tolérane zéro ou quasiment) et respecté. Il a fallu aussi une école des parents, pour ce quartier d’immigrés parlant et comprenant mal le français,et qui croyaient que les punitions étaient des actes de racisme envers leurs enfants, et qui venaient agresser les enseignants.
    J’ai fait confiance à l’enseignement public pour mes enfants (maintenant parents d’enfants au collège unique, et ce n’est pas « triste ») et moi-même, bien que d’un milieu modeste, j’ai pu faire de longues études et devenir ingénieur d’une grande école, quasiment gratuitement. « Mais où sont les neiges d’antan …!?

  48. Je signe la petition. Tous ces commentaires sans modération sont très perturbants et montrent qu’il n’est pas facile de régler ce type de problème par la concertation. Il serait intéressant de relire Confucius et de se référer aux sagesses millénaires. Notre époque est complétement déboussolée, trop de consommations, trop de facilités, morale en déroute, incivilité, tout semble permis. Où celà va t-il nous mener?

  49. COMMENT SE FAIT-IL QUE JE RECOIVE CETTE PETITION?

    JE NE VEUX PLUS JAMAIS RECEVOIR QUOI QUE CE SOIT DE « SOS EDUCATION » OU APPARENTES!

    MERCI DE M’EPARGNER !

  50. moi je travaille avec les gamins .depuis pas mal d’année et je vois aussi qu’il y a les parents qui demissions à chaques faut pas de leurs gamins .Ils font des gamins mais ne savent plus comment les gérée alors voilà pourquoi tant de violence .trop de liberté trop de consommation et trop d’abus pas tout le monde pauvre de nous nous sommes tous la pour faire des choses meilleurs .Mais aucune recommence des métiers avec des gamins de quartiers ou autres stucuture et plus de moyen.alors après les gamins se rebelle tôt ou tard .mais des fois cela et trop tard .
    le respect s’apprend depuis la naissance après c’est trop trop …

  51. Je suis entièrement d’accord avec les propositions faites par SOS Education contre la violence à l’école, sans oublier le rétablissement d’une sélection à l’entrée en sixième et l’arrêt du nivellement par le bas qui a entraîné une spectaculaire dégringolade du niveau. Car il faut aussi penser aux bons élèves des classes moyennes ou modestes, qui ont le droit de recevoir un enseignement valable sans que leurs parents ne soient obligés de compenser d’une façon ou d’une autre les défaillances du système public !

  52. Bonjour à TOUS,
    J’ai écrit hier un petit entrefilet qui fait tache dans tout ce bla-bla-bla.Il n’a pas suscité de réaction.
    J’avais omis de dire : réveillez votre pouvoir de réflexion que diable !
    Réfléchir.. Prend-on encore le temps de réfléchir ? Sait-on toujours réfléchir ? Apprend-on à nos enfants à réfléchir avant d’agir ?
    Aucune solution ne peut être apportée s’il n’y a pas eu réflexion. Ce n’est que par la réflexion que l’on peut trouver la solution. Comment pouvez-vous trouver la solution à un problème d’arithmétique sans avoir réfléchi ? Et le problème ici posé est celui de l’éducation. Eh bien, réfléchissez !
    Comment pouvez-vous le résoudre sans le prendre à sa racine ?
    Nous avons un problème qui n’a pas un énoncé clair et vous vous êtes perdus dans des considérations découlant d’un manque d’éducation. Vous vous obstinez à vous attaquer aux effets et non pas aux causes.
    Pardonnez-moi, mais vous n’arriverez à rien en conservant cette voie.
    Le manque d’éducation a sa source bien avant l’arrivée d’un enfant à l’école et vous occultez allègrement cette période…
    Tout le monde l’occulte y compris nos dirigeants qui ne savent plus réfléchir. Le résultat est là, inexorable…
    Réfléchissez et bonne journée

    Hubert LAHM

  53. Membre de SOS Education depuis plusieurs années, il y a longtemps que j’attendais la contre offensive des opposants dans une discussion honnête. Donc très heureux de ces échanges et de connaître les arguments de chacun.
    Pour moi qui ai 84 ans, après qu’une longue carrière ait suivi mes études secondaires, j’estime que c’est à l’école primaire laïque que j’ai appris tout le nécessaire pour vivre correctement ma vie et, sans faire de conservatisme, je souhaite que les jeunes d’aujourd’hui aient la même chance que moi.

  54. Tout semble avoir été écrit dans les multiples commentaires publiés. On souhaite une conclusion sereinement argumentée par un des animateurs de SOS Education.

  55. A propos des résultats très médiocres de l’éducation nationale par rapport aux autres pays de l’OCDE, il est souhaitable de reconnaître que l’on est pas forcément au centre du monde et il est souhaitable aussi d’envoyer étudier les mômes méritants à l’étranger pendant quelques années.
    Maintenant avec l’ouverture des frontières une école publique type 19ième siècle, ça serait bien mais je n’y crois pas trop. En revanche laisser aux parents le choix de l’école de leurs enfants avec le chèque éducation.

    Pour le manque d’éducation évoqué par Lahm Hubert, les parents devraient s’abstenir dans bien des cas d’avoir des gosses. Sans parler de gosses, ils ne comprennent pas à mon avis ce que veut dire se marier et s’engager pour la vie. Pour ma part je dis sans honte que les gosses ce n’est pas mon truc et que je préfère rester célibataire, c’est mieux que les parents qui ont des gosses et ne s’en occupent pas.
    ça semble être à la mode de se séparer ces 10 dèrnières années …

  56. Pour Toni,
    Le problème que vous soulevez ne sort pas du problème d’éducation. Il est évident que la plupart des parents font des enfants sans avoir réfléchi, parce que les parents de ces jeunes parents ne leur ont pas appris qu’ils n’étaient pas que des animaux, qu’ils avaient un pouvoir de réflexion que n’ont pas les animaux.
    Réfléchissez, Toni, et dites-moi ce que vous en déduisez.

    Hubert LAHM

    • Bonjour LAHM Hubert, je vous remercie de votre réponse.
      J’en déduis d’abord que les jeunes parents dont vous parlez pensent surtout à s’amuser à se faire plaisir. Et une fois le garçon ou la fille consommée, on jette à la poubelle comme le carton d’une pizza en se séparant ou en divorçant.

      Ensuite ces jeunes parents ne sont pas forcément adultes dans leur tête (les gens de Mai 68 sont les grands parents maintenan) et ils veulent faire comme tout le monde sans penser qu’ils engagent leur vie pour 20 ans. Perso je pense qu’il faut vivre au moins quelques années ensemble avec son/sa fiancé(e) avant d’envisager d’avoir des enfants. Cela permet de savoir ce dont l’on est capable ou non. Ensuite pour l’argent, les deux parents devraient mener un mode de vie stable.

      Il existe une autre réalité, là j’en parle parce que je pense que j’ai ma part de responsabilité dans le désordre actuel de l’éducation nationale. Il existe des gens comme moi (25 à 30 ans)
      qui ont considéré enfants et familles comme une source d’ennuis et ont préféré vivre seul. Je vous raconte cela parce que en troisième j’ai vu une pub de la compagnie aérienne Singapore airlines sur les sièges en première classe, je crois que cette pub valorisait les hommes d’affaires qui ne pensent qu’à l’argent et à s’amuser. Sans réfléchir je me suis dit que le célibat toute la vie, c’était un bon mode de vie …
      Je me suis rendu compte qu’au fil des ans cette pub était fausse et je constatais que mes cousins/cousines étaient plus heureux que moi même si ils avaient moins de liberté.
      Maintenant ma part de responsabilité dans les torts qui rongent l’éducation nationale, c’est que l’immigration extra européenne elle ne se prive pas d’avoir des enfants à la pelle, à cela s’ajoute les parents incapables d’avoir des enfants …
      Et c’est là qu’arrive ma part de responsabilité ou je reconnais que je n’ai pas voulu m’engager dans une vie de famille classique pour assurer l’avenir du pays simplement par paresse et parce que je voulais m’amuser et voyager. Il y a aussi que mon frère est handicapé mental, il y a donc un risque génétique pour les enfants dans mon cas. Mais c’est vrai que de mon coté c’est par paresse que je suis resté célibataire.

      A propos de paresse, la vie de célibataire n’est pas facile il faut tout faire tout seul tous les jours. Je m’en rends compte en partant tout seul en vacance.

      Est ce la conclusion que vous attendiez ? J’étais un élève moyen dans ma scolarité pourtant j’ai été classé comme intello et rejeté d’office par les autres. Pour ça le collège unique entre 1995 et 1999, ça m’a laissé des souvenirs mémorables …
      Je ne suis pas prêt d’aller chercher mon conjoint en France, je n’ai apprécié que 1 ou 2 des filles du Magrheb dans ma scolarité … J’ai laissé tombé tout le reste, sans intérêts mis à part 1 ou 2 cas.

    • LAHM Hubert, je pensais à autre chose.
      Si d’autres jeunes gens comme moi pensent à rester célibataire et que l’on ajoute les parents qui font des enfants mais sont en fait incapables de s’en occuper, on peut s’attendre à des changements sociaux, sociétaux et économiques assez brutaux en France.
      De mon coté le célibat absolu est aussi assez mal vu par certains surtout lors de repas de Noël. Il y a beaucoup de partisans de Mai 68 et de rouges (communistes/socialistes) dans mon entourage …
      En ce sens je me suis dit que comme ils étaient enseignants, j’allais valoriser leurs idées pour qu’ils voient vraiment ce que sont des gosses mals élevés. Rester célibataire et rire dans son coin quand ils se plaignent d’enfants mals élevés.

      Ceci parce que la peste rouge (le communisme et Mai 68) ont voulu obtenir 80% d’une classe d’âge au bac avec bon nombre d’enfants qui n’étaient pas faits pour les études.

      La conclusion qui s’imposent je crois, c’est que les enseignants de Mai 68 récoltent les fruits pourris qu’ils ont semés. Je suis sur aussi que la génération d’enseignants qui n’a pas connu Mai 68 doit apprécier de se faire chahuter … Et chahuter ne veut pas dire jouer.

  57. Je suis stupéfait de lire sur un commentaire que l’éducation conduit au nazisme et tout ce qui lui est lié…
    Comment peut-on écrire des choses pareilles…
    Bon courage S O S Education vous arriverez à faire évoluer les choses avec nous.

      • Que de jugements et d’apriori dans tous ces messages!!
        Et tout cela pour se plaindre et signer une pétition contre la violence à l’école….Mais ce sont des adultes comme vous qui semer la violence et montrer un bien piètre exemple aux générations futures!!

        RELISEZ le commentaire ROLAND de 25 septembre à qui je dis « chapeau bas, MONSIEUR »

  58. Si nous avions moins de fainéants à entretenir; nos revenus seraient bien meilleurs et nos épouses n’ auraient peut-être pas be soin de travailler et pourraient s’ occuper un peu plus des enfants.

  59. A Toni, (encore),
    Ce n’est pas tout à fait la réponse que j’attendais. Votre réponse tient plutôt de la confession et je ne suis ni curé ni religieux.
    Je ne juge personne et ne vous inviterai jamais vers une mauvaise considération d’autrui. Mon message était pour faire comprendre que, sans éducation, tous les défauts restaient ouverts.
    A l’inverse, des jeunes parents bien éduqués auront au préalable fait une connaissance  »morale » approfondie l’un de l’autre et c’est avec le désir mutuel d’avoir un enfant et la connaissance de ce que cela représente comme sacrifice de soi, comme persévérance, comme responsabilité, qu’ils prendront cette décision. La future mère aura tout le soutien de la famille et bébé fera son apparition dans un cercle de joie et d’amour. Ce qui hélas ! n’est pas toujours le cas… J’ajoute que bébé se trouvera alors dans les meilleures conditions pour recevoir ensuite une très bonne éducation.
    L’éducation, qui forcément passera par l’apprentissage de la réflexion au jeune enfant, est et restera toujours un point clé.
    Bien à vous,

    H.Lahm

    • Oui LAHM Hubert c’est comme cela que les gens devraient agir et que les choses devraient se passer. Mais le monde et les gens ont bien changé.
      Mais en lisant les articles de sos éducation, le problème vient plus d’une certaine conception de la vie chez les gens à mon avis. Quand les gens passent leur temps à divorer après un temps ensemble, ils ne vivent pas la vie ils consomment la vie comme quand on fait les courses.

      Vous parlez de jeunes parents bien éduqués ?? Là aussi je peux vous dire que chez les grands-parents et les jeunes parents, dans bien des cas c’est catastrophique leur façon d’être. Je pense quand je vais au ski et que c’est toute la famille qui rentre dans l’hotel en criant dans les couloirs complètement ivres à 2H00 du matin… Et au bord de la mer, c’est la même chose. Oui comme vous dites les défauts restent ouverts dans ce cas et déteignent dans les écoles et tous les lieux publics.

      Mais regardez aussi le nombre d’occidentaux qui se font arrêtés dans les pays exotiques pour des histoires de drogue, de vol etc … Pays exotiques qui ont raison de se défendre si il y a des histoires de drogue.

  60. Il faudrait rajouter un neuvième point à la pétition.
    Pour celui qui ne supporte pas les 8 points précédents; préciser que l’on vit dans un monde avec des frontières ouvertes et qu’il est libre de s’en aller dans un autre pays si ça ne lui plait pas; que l’individu soit issu de parents français ou non.
    Il lui reste les DOM TOM et 26 autres pays en Europe, pour le reste il fait une demande de visa pour lui et son entourage si il y en a un à son pays d’accueil. Pour les DOM TOM, à part boire de l’alcool toute la journée il n’y a pas grand chose d’autre, je pense à celui que j’ai visité.

    Que l’on ne veuille pas signer un règlement et que l’on ne fait pas boire les ânes qui n’ont pas soif, je le comprends tout à fait mais dans ce cas on a le courage de ses opinions et on quitte un pays ou l’on ne sent pas bien. Voilà comme ça l’individu gênant n’est pas séquestré et est libre de s’en aller ailleurs.

  61. Entièrement d’accord!
    Tout d’abord, une question: Que deviennent les instituteurs « désobéissants » qui refusent d’appliquer les programmes en vigueur?
    Ensuite, il est indispensable de mieux former les professeurs pour qu’ils se sentent armés pour faire face aux problèmes de discipline pouvant survenir dans leur classe. Décentraliser la gestion des professeurs. Évaluer les meilleurs enseignants et renvoyer les moins motivés en stage de perfectionnement.

  62. A TOUS,
    Je vous invite à lire mes précédentes interventions et au moins le début des réponses de Toni. C’est avec plaisir que j’ai lu sa dernière réponse où il dit  »oui, c’est comme cela que les gens devraient agir et que les choses devraient se passer ». Merci, Toni.
    Peut-être serez vous nombreux à penser comme Toni.
    En ce cas, je vous invite à visiter le site http://www.partage-education.com
    Très cordialement à tous,

    Hubert LAHM

    • Merci de votre encouragement, d’habitude lorsque je parle de tels sujets on me prend pour un idiot et/ou un fou furieux.
      Je ne suis pas sur qu’avec le laxisme actuel les enfants soient heureux dans les écoles parce que si on n’installe pas des limites aux enfants ils sont très cruels entre eux.
      Comme vous Hubert LAHM, le jeune couple qui souhaite avoir un enfant doit avoir l’engagement le plus profond et s’être débarrassé de tous ses préjugés. Je ne dis pas que c’est une chose facile d’avoir des enfants; d’ailleurs moi même ayant un frère handicapé je n’envisage pas d’en avoir par respect pour la fille et la belle famille. J’ai trop peur que la fille soit maman d’un enfant handicapé.

      Les perturbateurs dans les écoles ont oublié que l’on dormait mieux avec l’estime et la confiance des autres. Les mêmes perturabteurs ne font confiance qu’aux autres perturbateurs et pas aux adultes. Il faut leur faire constater cela de gré ou de force …

    • LAHM Hubert, je vais lire votre site et vous remercie d’avoir envoyé le lien pour tout le monde.
      Sinon vous savez qu’il y a des gens mauvais dont la seule joie est de voir le monde à feu et à sang … je pense aux terroristes et autres extrémistes de tout genre. Là encore parce qu’ils ont grandi dans des milieux épouvantables.

  63. Votre combat est évidemment le bon : comment peut-on se satisfaire de la dégringolade des connaissances (cf l’orthographe) et de la violence à l’école qui ne sont que le résultat de la démission des enseignants mais surtout avant eux des politiques. Les commentaires de certains de vos opposants sur ce blog ne peut que vous encourager à continuer, vu la pauvreté des commentaires ( réactionnaire, XIXème siècle, bonnet d’ane…)on voit tout de suite que l’avenir des enfants ne les préoccupent guère et qu’ils se placent tout de suite dans le conflit idéologique.
    Encore Bravo

  64. De tt coeur avec vous! Ajoutez donc le renvoi effectif ( et non le transfert) d’un élève qui pose pb, car les profs ne peuvent renvoyer un élève, ni même parfois le mettre « en permanence « : il n’y a personne pr le surveiller!!! Et si les carrières des principaux et des proviseurs cessaient de dépendre des rectorats( qui n’aiment pas les « vagues ») ils pourraient faire régner la discipline ( comme autrefois) : tt le monde y trouverait son compte et Mérieux pourrait commencer une psychothérapie de choc!!!!

  65. Ecole privée ou publique, pour un expatrié, souvent le choix ne se pose même pas. Nos enfants se retrouvent à l’école/lycée français afin de faciliter un futur retour en France. Dans certains pays, ils sont en infime minorité, en butte à des réflexions racistes « sale c…de français, retourne dans ton pays de m.. ». L’éducation civique, c’est bien, encore faudrait-il qu’elle soit appliquée dans tous les établissements français, et que nos enfants n’aient pas à subir de violences verbales et physiques, sans la moindre réaction des encadrants ou même des conseillers culturels!
    Doit-on accepter dans nos établissements à l’étranger ce qui serait sanctionnable en France et en venir à nous séparer de nos têtes blondes en les mettant en internat en France pour assurer leur sécurité???

  66. Une idée … Favoriser au maximum. les rencontres entre gauche bien pensante et immigration de masse. Je pense aux manifestations anti cpe et lycéennes de 2005 et 2006 quand ce petit monde s’est fait étripé par les délinquants de banlieue. Ensuite bien les laisser pleurnicher.
    Pour ma part ça ne me dérange pas que les choses se soient passées comme cela, la peste rouge n’est pas mon amie et je n’envisage pas ma vie en France?

    • Une idée … Favoriser au maximum. les rencontres entre gauche bien pensante et immigration de masse. Je pense aux manifestations anti cpe et lycéennes de 2005 et 2006 quand ce petit monde s’est fait étripé par les délinquants de banlieue. Ensuite bien les laisser pleurnicher.
      Pour ma part ça ne me dérange pas que les choses se soient passées comme cela, la peste rouge n’est pas mon amie et je n’envisage pas ma vie en France.

  67. STOP!!!!
    En venant sur le site et en donnant mon témoignage, je ne pensais pas que ce site était politisé. je pensais qu’il était lieu d’échanges pour améliorer le système d’éducation de notre société. Je dis bien éducation car celle-ci dépend des parents premiers concernés en collaboration avec l’école mais aussi tous les lieux périscolaires. En fait, cce n’est qu’un crachoir contre l’éducation parfois même l’immigration. Ppourtant mon témoignage que vous pouvez relire concerne une école ou seul 3 immigrés pour 300 élèves sont scolarisés et où les parents sont des bobobs patentés.
    Aussi, je demande au modérateur de ce site de ne plus m’envoyer de mail de sos éducation.
    Je le remercie par avance d’exaucer mon souhait.
    Quant à la majorité des signataires, je leur dis qu’ils sont plins d’idées toutes faites et les trouve incapables de dialoguer, discuter (c’est à dire écouter l’autre, se renseigner par différentes sources, critiquer, analyser les situations : ce que nous apprenons dans nos écoles et que nos élèves ont des difficultés à faire ; mais je comprends pourquoi hélas bien mieux en vous lisant vous parents ou grands-parents).
    Désolée de voir où vous souhaitez mener notre société.

    • Alors Filvi je vais vous répondre. Je ne suis pas parent, je suis célibataire sans enfants.
      Ce sont les bobos qui se comportent comme cela donc en oubliant les gosses à l’école etc … Les bobos ne viennent t’ils pas de révéler leur vrai nature ??? A savoir qu’ils ne pensent en fait qu’à eux. Parce que quand même oublier ces gamins à l’école, c’est dire le grand intérêt qu’ils portent à la vie et l’avenir de leurs enfants. Merci d’éclairer tout le monde sur le comportement des bobos, je suis sur que c’est pas tombé dans l’oreille de sourds.

      A l’attention des bobos, je comprends tout à fait que l’on défende sa peau et son steak je le fais moi aussi. Oui mais dans ce cas on a le courage de mettre en accord ses paroles avec ses actes et que donc on ne la ramène pas à longueurs de manifestations et de journées de grève. Parce que alors si il y a bien une chose que je ne supporte pas, c’est l’hypocrisie pratiquée à ce niveau là.
      Je préfèrerai encore que ces bobos disent chacun pour soit et dieu pour tous.

      LAHM Hubert a parlé dans son site d’enseigner la tolérance aux enfants; là je n’envisage pas d’avoir d’enfants parce que je ne peux pas supporter les bobos et la peste rouge pour des raisons personnelles et ayant vu de près leur façon d’agir. Effectivement je ne vais pas enseigner à des gamins quelque chose auquel je ne crois plus moi même.

      Les bobos qui me liront vont me traiter de nazillons et auront peur pour leur vie, qu’ils ne s’inquiètent pas je n’envisage pas ma vie en France et pense à voter avec mes pieds d’ici peu. Etant quelque peu handicapé, je préfère encore sacrifier la moitié de mon espérance de vie (santé fragile et vie à l’étranger difficile) que d’imaginer partager ma vie avec ces gens par exemple au travers d’une vie familiale.

      Ce qui est écrit sur sos éducation et mon vécu personnel font que je ne peux pas pardonner à la gauche et aux biens pensants de tout genre leurs agissements depuis une quarantaine d’année. Non franchement je n’y arrive pas, c’est trop grave.

      En partant à l’étranger en quelque sorte, je vais divorcer d’une certaine France.

      Pour sos éducation, bonne chance à vous tous.

  68. Bonjour ami(e)s girouettes !
    Je vous lis vous insurger contre la suppression de la carte scolaire, le manque d’encadrement dans les établissements, etc. mais il me semble que c’est votre bon ami Darcos qui a décidé tout ça (et notre DRH de Chatel qui prend la suite – normal pour un DRH)…décidément, vous ne savez plus quoi faire pour faire parler de vous, à SOS Education !
    Bientôt une nouvelle association : SOS SOS Education.
    Evidemment, je ne signe pas votre pétition de tourneurs de veste.
    Un grand bonjour aux pseudos psychologues de votre bureau !

  69. A filvi,
    Je viens de prendre connaissance de votre commentaire du 27. J’avais apprécié le précédent, plus juste, empreint toutefois d’indignation. Mais, celui-ci est empreint de haine, ce qui ne me paraît pas correspondre à votre vraie nature. Je ne peux pas vous laisser ainsi dans un tel désarroi. Outre que je vous recommande de visiter le site :www.partage-education.aciade.fr , je vous prie de croire, chère Madame, qu’il existe des personnes qui, œuvrent dans le sens que vous souhaitez et voire même un peu au-delà, en dehors de toute politique et de toute religion. Alors, tenez bon… Bonne nuit !

    H.LAHM

    • LAHM Hubert a écrit : « des personnes qui, œuvrent dans le sens que vous souhaitez et voire même un peu au-delà, en dehors de toute politique et de toute religion. »
      Nous oeuvrions comme cela dans une association sur le handicap,
      on a vite déchanté parce que il y avait des membres d’extrême gauche. Par rapport Hubert LAHM, je suis tolérant jusqu’à un certain seuil.
      Dans une autre intervention; vous me trouverez aussi empreint de haine. Ce pour vous montrer que je peux répondre moi aussi avec la même haine utilisée par l’extrême gauche. En ajoutant aussi à l’attention des bobos que le hazard de la vie a fait que je ne suis jamais sortie avec une fille, cela veut dire que je regarde la vie et la mort d’une façon très différente de la leur.

      Pour être plus précis, les lynchages par les casseurs de banlieues des manifestants de l’UNEF en 2005 et 2006 ne m’ont pas empêché de dormir. Et ceux ci se seraient fait tués que ça ne m’aurait pas non plus dérangé. Au plus j’aurai prévénu une patrouille de police … Police qui d’ailleurs n’a pas bougé d’un pouce à l’époque ce en quoi elle avait parfaitement raison.
      Ben oui la gauche bien pensante crie « Bouh la répréssion », c’était donc des conditions optimales vu qu’il n’y avait pas de répréssion policière. Encore une fois on met en accord ses paroles avec ses actes et on en assume les conséquences.

      Sinon je me permets un tel discours parce que je n’envisage pas ma vie en France.

  70. Redonnons des repaires à nos chéres petites têtes blondes,face à ces dérivent « d’éducation/d’enseignement », dont les parents et enseignants, ne veulent pas , OU, trop souvent ne peuvent plus y faire face « j’éduque à l’école et je m’en fiche à la maison, Mais aussi l’inverse ».
    OUI ressaisissons nous

  71. Oui, je suis tout-à-fait d’accord avec le principe qu’il faut revenir avec les règles qui prévalaient autrefois et qui ont fait leurs preuves pendant tant d’années…..
    Prétendre que le respect des maîtres et de l’autorité conduisent tout droit au totalitarisme et au nazisme n’a vraiment pas de sens. C’est justement le non respect de soi-même et des autres qui y mènent ! un peu de bon sens, s’il vous plaît.

    • Dans quelle école avez vous appris le français ?

      On dit :
      « Je suis d’accord avec le fait (pas le principe !!) qu’il faille revenir aux règles qui ont fait leurs preuves »

      elles n’ont pas fait leurs preuves avec vous , on dirait.

  72. Oui, je suis tout à fait d’accord!
    Il serait temps que l’on apprenne aux nouvelles générations le respect de l’autorité, parentale, scolaire et autres et que l’on parle de devoirs AVANT de parler de droits.
    Ceci doit être valable pour chaque élève scolarisé sur le territoire français!
    Reconnaissons, nous, adultes, nos erreurs avec l’éducation et n’ayons pas peur de faire machine arrière. Nos enfants nous remercieront.

  73. Comment peux-t-on en arriver là ?

    Je ne parle pas de la situation de l’Education Nationale ou de notre jeunesse, mais de tous ces êtres torturés dans leur âme…

    Arrêtez de vous faire du mal !

    N’ayez pas peur ! Nolite temere.

  74. Un grand salut à Toni qui pense que l’on vit dans un monde avec des frontières ouvertes!
    Le chèque éducation, c’est de l’argent public! Pourquoi permettrait-il à des parents de payer des études dans le privée?

    • Simplement le chèque éducation parce que comme les enfants sont tous différents, il y en a certains pour qui une école publique unique ne conviendra pas.
      Alors oui c’est de l’argent public mais il vaut mieux que les parents est le choix de l’école de leurs enfants, ça règlera déjà beaucoup de problèmes de violence je pense et ça coutera bien moins d’argent pour résoudre les mêmes problèmes de violence.

      Ensuite comment en vouloir aux gosses, je parle de « peste rouge » sur d’autres interventions. Cela veut dire qu’il y a des gens en France avec qui je n’ai aucune intention de partager quoique soit mis à part ce que la loi oblige à faire mais c’est parce que la loi y oblige. Donc les enfants pour moi c’est non; cela supposerait que je pardonne à des gens avec qui je suis en froid …

      Maintenant le chèque éducation, laissons aux familles décider ce qui ira le mieux pour leurs enfants. Ensuite ces mêmes écoles auront leur autonomie et concurence oblige devront donner le meilleur enseignement pour les enfants.

      Maintenant les frontières sont ouvertes, c’est un fait et il faut composer avec … Il y a l’espace Schengen et pour le reste on peut se rendre en peu de temps partout dans le monde.

    • http://bonnetdane.midiblogs.com/archive/2008/11/24/art-de-la-drague.html

      Lisez ceci Benedetto, le moins que l’on puisse dire c’est que la mixité sociale prônée à gauche à droite est un échec et c’est surtout l’échec de la politique qui existe en France depuis 41 ans.

      Encore que les conséquences sont bien plus graves parce que ici on ne parle plus d’éducation nationale mais de faits qui relèveraient plus de la sécurité nationale, la lutte anti terroriste et la cohésion sociale. le lien ci dessus aura à mon avis des répercussions dans ces 3 domaines.

  75. Autre chose contre la violence, l’apprentissage d’un métier devrait commencer dès l’âge de 12 ans pour les turbulents. Bien sur rien ne devrait les empêcher quelques années plus tard de reprendre les études là où ils se sont arrêtés en alternance avec leur travail.
    Je crois que certains employeurs ont un problème de pénurie de main d’oeuvre dans certains secteurs.

  76. Toni, vous ne faites certainement pas parti de sos éducation,
    ou alors vous faites volontairement dans la provocation et je vous tire mon chapeau.

    Enfin moi je reste pour un enseignement public fonctionnant sur des fonds publics et un enseignement privé fonctionnant sur des fonds privés : j’espère ne pas être victime de la fièvre rouge pour autant!

  77. Benedetto a écrit: « un enseignement public fonctionnant sur des fonds publics et un enseignement privé fonctionnant sur des fonds privés ». Oui c’est d’accord pourvu que le choix soit varié. Mais une seule éducation nationale pour tout le monde et un collège unique dans l’état où ils sont actuellement, alors ça c’est non.

    Non je ne fais pas parti de sos éducation par contre je garde de mauvais souvenirs du collège unique. j’étais de niveau moyen mais j’ai quand même été rangé dans la catégorie « intello » … un rang peu enviable dans certains collèges. Maintenant la bien pensance de gauche, pour moi c’est du poison … C’est pour ça que je parle de la peste rouge.
    Encore j’ai tout laissé passé quand j’ai été malmené au collège, combien de fois j’y suis allé la peur au ventre … Donc maintenant il est hors de question que j’aille partager ma vie avec cette gauche bien pensante.
    Je pars du principe que les turbulents au collège ne risqent presque rien … ça je ne peux pas le pardonner à la gauche bien pensante. Voilà
    Benedetto.

  78. Le melon sur le gâteau ces derniers jours c’est cette idée aberrante de donner de l’argent pour que des jeunes viennent en Lycée professionnel au lieu de faire l’école buissonnière …
    Il s’agit là d’une fausse récompense détournée…Une incitation à fréquenter le Lycée avec une promesse d’argent …Soit disant pour que la classe fasse un voyage avec les fonds récoltés!!!!
    Ce n’est pas ainsi que l’on supprimera la violence et que l’on suscitera l’intêret
    réel des élèves …
    C’est honteux et en plus avec nos impôts !!! ACD

  79. Un peu facile, cette démagogie. Il ne faut pas s’exciter sur les faits divers ni exciter l’opinion publique mais présenter de vraies statistiques.
    Les redoublements n’ont rien à voir avec la discipline et coutent extrêmement cher à l’éducation nationale (de plus ils ne servent à rien très souvent : en quoi le fait de tout recommencer va améliorer le niveau de l’élève ?)

    L’école sert à faire aimer et acquérir la connaissance , pas à faire plaisir aux professeurs et aux parents.

    Or quelles connaissances enseigne-t-on à l’école aujourd’hui. Les maths ? 60% des élèves de 6e ne savent pas diviser 60 par 4 ! L’anglais ? Nous avons le pire niveau de l’union européenne dans l’enseignement de l’anglais. Le français ? On bassine des enfants de 13 ans avec Corneille (Ô Vieillesse ennemie –> très intéressant pour les ados !) et on ignore les textes passionnants de Tocqueville, Alain …
    Les sciences économiques et sociales ? Que des théories poussiéreuses (Marx, Schumpeter, Bourdieu …). Quid de Giddens, Buttler, Crozier ?

    Si j’étais élève, je me révolterais contre cet enseignement inefficace et ringard

  80. Il va être difficile de mettre en oeuvre un tel programme suite aux évènements de Poitiers:

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/11/le-centre-de-poitiers-saccage-par-des-emeutiers_1252408_3224.html

    J’ai comparé la gauche Française à la peste rouge, je ne retire donc pas mes propos. Les gamins sont juste le reflet de ce qu’il vient de se passer à Poitiers.

    Sinon je suis vous dire que je vais voter avec mes pieds parce que je ne discuterai jamais avec la peste rouge. Donc je dis adieux à tous les avantages sociaux de la France et à mon niveau de vie et je vais regarder si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs en Europe, je n’ai pas de charges familiales donc pas de problèmes. Pour le niveau de vie, ça me regarde. Comme j’ai un handicap, je préfère perdre la moitié de mon espérance de vie et ne plus jamais revoir des gens comme les casseurs de Poitiers. Je regarderai votre blog depuis un cybercafé à l’étranger.
    J’estime n’avoir rien à faire en France même si mes parents sont bien Français.

  81. je ne signe pas. Si les cours étaient plus intéressants, si les profs n’étaient pas toutes des mères de famille cherchant une activité pas trop prenante, on n’en serait pas là. Vous êtes tous des illettrés.

  82. La violence à l’école!! Ce n’est pas qu’une question de mesures disciplinaires, ce serait trop simple.
    Regardons juste ce qui entoure nos enfants et vous comprendrez leur réaction. Parents, adultes nous sommes tous responsables de l’échec scolaire et social . Que chacun essaie d’éduquer et d’instruire ses propres enfants à la maison et certainement que cela se ressentira à l’extérieur du cocon familial. La punition est le reflet de notre échec en tant que premier éducateur de nos enfants.Bye.

  83. Selon moi, les sept premières mesures, sur les huit mesures simples pour lutter contre la violence à l’école, sont primordiales, et pas seulement dans l’objectif annoncé. Seule la dernière ne recueille pas mon assentiment. Pourquoi faudrait-il récompenser les élèves méritants? Ne vaut-il pas mieux leur expliquer que le plus beau cadeau qu’on peut leur faire est de leur donner la structure éducative et mentale nécessaire pour devenir de vrais adultes? c’est-à-dire avoir les moyens de vivre heureux en pleine autonomie, grâce au savoir et à la connaissance, préalables au libre-arbitre… Pour ma part, c’est ce que j’ai toujours développé, aussi bien auprès de mes trois enfants que de mes élèves. Les résultats obtenus m’ont prouvé que j’étais dans le vrai.
    Dans une école primaire où j’ai enseigné, classée en ZEP rurale, confrontés à une violence quotidienne exponentielle, ont été mis en place, à ma demande, des groupes de parole pendant le temps de cantine. Les élèves qui s’étaient mal comportés, en classe comme dans la cour de récréation, y étaient convoqués par le Directeur, avec l’accord des parents. La plupart du temps, ils étaient présents. Assistaient à ces groupes de parole, non seulement un représentant des enseignants de l’école, chargé de réguler les échanges, mais surtout des élèves volontaires, qui discutaient du problème posé par l’élève irrespecteux/violent/incivil… avec lui. Les résultats obtenus ont été exceptionnels et inattendus. C’était il y a peu de temps: en l’an 2000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *