Preuves scientifiques en faveur de la syllabique

Méthodes de lecture : la science a tranché !

 

 

Jérôme Deauvieau est Maître de conférences en sociologie et enseignant-chercheur à l’UFR des sciences sociales et au laboratoire Printemps.

Ouvrages
En collaboration : L’école commune. Propositions pour une refondation du système éducatif, La Dispute, Paris, 2012.
Enseigner dans le secondaire. Les nouveaux professeurs face aux difficultés du métier, La Dispute, Paris, 2009.
Avec Terrail J-P. (Dir), Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs, La Dispute, Paris, 2007.

 

Stanislas Dehaene est psychologue cognitif et neuroscientifique . Ses principaux domaines de recherche concernent les bases cérébrales de l’arithmétique et de la numération, la lecture et la conscience, thématiques qu’il explore au moyen d’expériences de psychologie cognitive et par l’imagerie cérébrale (IRM, magnétoencéphalographie et électroencéphalographie).

Ouvrages

 

5 réflexions sur “Méthodes de lecture : la science a tranché !

  1. Né en 1923, Je suis allé à la maternelle, puis l’école primaire avec des Instituteurs sérieux ( et non des Professeurs d’école, (dénomination ronflante qui n’apporte rien si ce n’est de la Prétention)
    Ayant passé mon Certificat d’études primaires à 12 ans 1/2, j’ais intégré une Ecole professionnelle ( ECOLE DES METIERS DE COURBEVOIE) que j’ais quitté a 14 ans pour travailler en Usine, (Déjà des difficultés matérielles) ensuite je me suis mis à mon compte
    avec mes Parents.
    Donc la Preuve que l’apprentissage par le B A Ba de la lecture et l’Ecriture était valable +
    que leur C…de Globale et Cie, qui ne produit que des incultes, j’en eu la preuve par des jeunes de 15/16 ans qui accumulaient les fautes.
    Et si on parlait des méthodes de calcul!!!. Il est vrai qu’il y a les calculettes ?
    Je cesse de critiquer, Cordialement J.GOURDET

  2. J’ai appris lire et à écrire avec la méthode syllabique , la seule qui existait à l’époque ! Je ne suis jamais allée à l’école maternelle mais je m’intéressais déjà à l’écriture des syllabes et la confection de mots avec ce que je connaissais , en « lisant  » le peu de livres d’enfants que j’avais en main ! Cela ne m’a pas empêchée de devenir institutrice , le rêve de ma vie dès l’âge de 3 ans ! A l’époque , il y avait tout comme maintenant de bons élèves et de mauvais élèves , ceux-ci étant déclarés mauvais car ils ne savaient pas lire correctement et pourtant avec la même méthode syllabique ! Devenue institutrice , j’ai eu à apprendre à lire à des enfants dans une école de 5 classes . J’avais une classe mixte : grande section de maternelle et CP , jusqu’à 30 élèves , que j’ai adorée parce que la lecture globale , je l’utilisais dans la première moitié de l’année de la classe maternelle afin que les petits s’habituent aux mots et à la phrase attachés aux situations données ! Ils recherchaient , par la suite des éléments identiques ( sons , graphisme ) grâce à des jeux que je leur proposais! J’utilisais la même histoire pour les deux classes afin de donner une unité à l’ensemble ! Pour les CP , j’utilisais la méthode mixte , de la phrase à la syllabe (déjà vue dans la section maternelle ) et de la syllabe au mot ! Je créais moi-même mes exercices selon la réaction d’apprentissage des enfants ! Je changeais d’histoire chaque année afin que les « maternelles » n’aient pas à recommencer la même l’année suivante ! J’ai essayé au mieux d’individualiser les exercices ! Mais le fait d’avoir les deux sections les a beaucoup aidés car les plus matures arrivaient à apprendre à lire en suivant le CP et les moins bons élèves de CP pouvaient revoir des bases quand je m’occupais des « maternelles » ! Tous les enfants que j’ai eux ont appris à lire et surtout aussi à écrire , à composer des textes personnels ! J’ai aimé travailler avec les deux sections car c’était une continuité logique ! Au dernier trimestre de CP , je pouvais entamer des apprentissages systématiques de grammaire , d’orthographe et de conjugaison avec toujours des formations de mots par syllabes et révisons des sons afin qu’ils puissent bien démarrer le CE1 , tout cela de façon plus ou moins ludique mais aussi avec des règles à apprendre ! Je pense que peu importe la méthode , ce qui importe c’est l’observation qu’on fait en tant qu’enseignant et l’essai d’individualisation car certains enfants seront réceptifs à telle méthode et certains autres à d’autres méthodes . J’ai adoré apprendre à lire à mes petits élèves (années 80) mais ce que je peux dire , c’est que je n’ai jamais aimé la lecture complètement globale pourtant bien à la mode à l’époque ! Je reste persuadée que la syllabe doit être utilisée au plus tôt dans l’apprentissage pour former des mots et savoir les lire . Ca demande du travail de préparation mais quand on a bien acquis ce qui nous convient le mieux , qu’on sait où on va en tant qu’enseignant , ça marche comme sur des roulettes , même avec 30 élèves …avec la moitié , j’aurais été au Paradis !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Mais nous n’arriverons jamais à faire de tous les enfants de parfaits lecteurs , d’autres éléments entrent en compte , notamment leur environnement ! Je notais les CP sur plusieurs exercices écrits ou oraux dès le second trimestre avec des lettres pour ce qui ne pouvait être quantifié , l’important étant mon « jugement  » sur l’élève en fin d’année pour la suite des apprentissages . Je pense que les notes restent indispensables à condition de faire des contrôles continus et intelligents !!!
    Au Canada , ils notent en pourcentages , c’est pas mal , ça fait moins strict !

  3. Bonjour à tous,
    Merci pour le combat noble que vous menez !! Une question :
    Pouvons nous dire a nos enfants que la méthode de son professeur n’est pas la bonne méthode ?

  4. « Tu parles » d’une nouveauté !…
    Le remarquable livre de S. DEHAENE (Les neurones de la lecture) date déjà d’août 2007 ( plus de 7 ans ! )
    Malheureusement ( je l’ai vérifié, et de plus en milieu « éducation spécialisée » ) il n’y a pas 1 enseignant sur 20 qui en ait seulement entendu parler….donc combien l’ont lu ?….
    Et pourtant S. Dehaene s’est encore « fendu »4 ans plus tard d’une adaptation « Apprendre à lire » spécialement destinée aux enseignants…
    L’Education Nationale préfère continuer les « conseils » et « théories » d’un charlatan, incompétent notoire, comme Ph. Meirieu qui depuis près de trente ans pollue le monde de l’éducation par ses « ouvrages » plein de vacuité verbeuse…
    Bien triste état de notre éducation Nationale depuis trop longtemps au service de ses membres plutôt qu’au service des enfants….
    Dr. Eugène MOUSSU

  5. Je découvre ce blog un peu tardivement…
    « La vacuité verbeuse » de Philippe Mérieu. Non ! Il dit au contraire des choses sensées et justes, mais il faut réfléchir !
    Dehaene est un spécialiste en neurosciences, mais ces travaux ne l’autorisent pas à extrapoler sur un domaine qu’il connaît très mal, la pédagogie de la lecture.
    Faites un tour sur le blog de l’amie scolaire ; vous y découvrirez des choses intéressantes sur l’apprentissage de la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *