La vraie vie des professeurs : article de Jean-Paul Brighelli

vie-professeurs« […] Ajoutez à cela que les premières nominations sont toujours dans des établissements difficiles d’académies « déficitaires », comme on dit dans le jargon de la rue de Grenelle. Le système des nominations et des mutations fait que l’on arrive dans des collèges calmes (y en a-t-il désormais ?) en milieu de carrière, après quinze ou vingt ans de galères successives et de dépressions surmontées. Puisque tout se règle à l’ancienneté : et ceux qui pensent que l’on peut noter les profs au mérite devraient mieux y réfléchir – les critères ne sont pas évidents. La réussite de leurs élèves ? Les profs de prépas sont évidemment les mieux placés, les mieux payés – mais leurs étudiants sont archi-triés. Les enseignants des zones les plus difficiles ? Mais même avec la meilleure volonté du monde, et les techniques les plus éprouvées, combien de leurs élèves dépasseront la classe de troisième – et dans quel état ? Les instits qui apprennent à lire, écrire et compter ? Ma foi, accablés d’une hiérarchie qui critique leurs efforts dès qu’ils utilisent des méthodes non admises par les Khmers rouges des pédagogies modernes, ils auraient plutôt tendance à rester dans les clous – quels que soient les résultats des « méthodes mixtes », auxquelles ont été soumis les 18 % d’entrants en sixième qui ont, comme on dit pudiquement, des difficultés de lecture…

Au passage, on peut rester parfois quinze ans dans ce métier sans voir l’ombre d’un inspecteur – et quand on le voit, on ne sait pas toujours à quoi s’attendre, tant les exigences des uns et des autres sont contradictoires. Oui, mais il reste les chefs d’établissement… Oui ? Quelles compétences ont-ils dans l’enseignement de matières dont ils ignorent tout ? Faut-il strictement noter les profs en fonction de critères administratifs ? Ou de leur tenue vestimentaire ? Bref, de leur plus ou moins grand conformisme ? Nous avons tous eu l’expérience, jeunes, d’excellents enseignants anticonformistes. Sachez que ce sont souvent ceux qui se font dégommer par l’institution. […] »

Lire la suite de l’article de Jean Paul Brihelli sur le Point.fr

2 réflexions sur “La vraie vie des professeurs : article de Jean-Paul Brighelli

  1. Je suis enseignant anti conformiste, et je me fais dégommer, consciencieusement, avec patience, depuis plusieurs années par des « collègues » conformistes et une administration dépassée au « service » des élèves et à la botte des parents…

  2. Brighelli – France, ton orthographe fout le camp ! http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/france-ton-orthographe-fout-le-camp-12-11-2016-2082646_1886.php?M_BT=533802264887&m_i=y_jDQnbTCfzmJO0WiYSh37lTKAUGi9pd_0sYvXnmpdVTRq7bARZE1CF8lDMaH1duGQXPoXTLRhr4eL99hNsij_pokz2ayJ#xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Mi-journee%5D-20161113
    J’ai cherché par tous les moyens de communiquer avec vous sur ce que j’ai lu ce mois de novembre 2016, ci-dessus cité le titre du journal. Je vois que ce message du blog est depuis 2014, j’espère que que vous lirez ce que j’aimerai vous dire. La France a perdu la valeur de sa LANGUE par son égoïsme. La culture Française très bonne attire beaucoup des étrangers, mais cette culture, les Français la gardent pour eux ne veulent pas la partager. L’étranger, une bonne façon de s’immiscer dans la vie Française passe par le sexe, il suffit d’épouser telle personne, l’état de la connaissance est mis de côté et on se fait un nom. L’exemple de la Ministre Najat VALAUT B. est une preuve. Il y a l’intelligence naturelle que tout le monde a, il y a l’instinct mais l’intelligence dont vous parlez, elle ne l’a pas. Le Français a privé les étrangers de cette intelligence, la connaissance, le savoir, la valeur. Une personne intelligence est plus respectueuse et compréhensible, or vous avez voulu laissé l’intelligence qu’aux véritables Français, il s’avère que ces mêmes Français ont pris beaucoup de repos dans la progéniture, seuls les Français mariés aux étrangers font des enfants, ces enfants s’ils sont d’une famille riche sont éduqués à la Française et s’ils sont d’une famille pauvre, la domination étrangère prend le dessus, et la mauvaise éducation, aussi les études ne sont quelques fois pas approfondies beaucoup négligent la culture Française et tout ce qui va avec. Ils sont nombreux ceux qui se retrouvent dans cette situation et ces enfants égarés revendiquent leur droit Français et mal parfois, on ne sait pas ce qu’ils veulent, en ré-aliter ce qu’ils veulent c’est d’être éduquer comme un véritable Français. Mais vous leur privez de cette éducation. J’espère que l’égoïsme de des Français sur la langue française ne la fera pas disparaître. Ces petits métissés enseignés par leurs confrères métissés qui n’ont pas parfois beaucoup de connaissances ou encore qui ne veulent pas forcer l’enseignement, on ne peut récolter des mauvais résultats. La culture domine l’enseignement, or ce n’est pas le cas partout, alors comment peut-on trouver des bons résultats dans cette langue française. L’étude elle même n’est pas mise en valeur, trop d’écart, trop de méfaits, même la correction est faite avec beaucoup d’inégalités, peur que cela devienne comme l’ancienne langue arménienne qui disparue petit à petit. Contrairement à l’anglais, le Français n’est pas beaucoup parlé dans le monde, alors il faut vous en prendre qu’à vous même, à votre égoïsme, à vos mis en garde, à tout etc. Je suis triste quand je vois que les petits enfants étrangers n’ont pas accès aux manuels qu’il faut pour leur apprentissage, on ne les enseigne plus normalement. Plus d’orthographes, plus de dictées, plus de grammaire etc. Les enfants font des commentaires de texte notés avec discrimination, pas d’explication sur les erreurs etc. Comment le lendemain français serait meilleur ? Il faut être fils de.. pour un avenir français meilleur, c’est triste, cela doit changer. Vous avez écrit beaucoup de livres, alors si vos écrits n’ont rien apporté à l’enseignement dont vous vous plaignez, c’est vous avez écrit pour vendre pas pour instruire. Votre bibliothèque se meure, l’âge avance, les jours sont comptés, on se rend compte que l’héritage de la langue française se meure aussi. Peut-être qu’avec la technologie, les enfants se réveilleront et trouveront leur chemin sur cette langue et sa connaissance et que vous les a avez tant privé et embrouillé l’enseignement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *