Quand l’école chinoise cherche à s’améliorer

La Chine culmine dans les classements internationaux.

Loin de s’endormir sur ses lauriers, elle continue à propager une culture de l’évaluation des pratiques éducatives. Cela fait bien longtemps qu’élèves et écoles sont évalués en fonction de leurs résultats en lecture, mathématiques, sciences…

Hier, le ministère de l’Éducation chinois a introduit un système complémentaire d’évaluation de la qualité des écoles primaires et secondaires. Il sera basé sur la déontologie des cadres et des professeurs, sur la qualité de leur enseignement et sur le développement de l’intérêt des élèves.

Si l’on veut rester dans la compétition mondiale, nous devons nous aussi réfléchir à introduire des critères d’évaluation de nos écoles.

Tout n’est pas bon à prendre dans le modèle asiatique, mais la politique de l’autruche qui semble être le choix de notre actuel ministre de l’Éducation ne paraît pas plus pertinente.

Il n’y a aucune raison d’avoir peur des évaluations car elles ont pour but d’améliorer nos pratiques et la qualité de l’enseignement de l’ensemble du corps professoral.

2 réflexions sur “Quand l’école chinoise cherche à s’améliorer

  1. Je pense que l’évaluation devrait être fréquent dans le monde éducatif car elle permet de déterminer si une personne est apte à recevoir d’autres connaissances et son niveau si elle n’est pas relevé n’est pas du tout à abaisser. Les Chinois l’on tout simplement compris.

  2. Votre article est très pertinent.
    Je suis convaincu qu’il faut d’abord se mettre d’accord sur les objectifs à atteindre avant de parler des solutions sinon on rentre dans une guerre de partisans et d’opposant à telle ou telle solution et les idéologies prennent le pas.
    Quand les objectifs sont définis il faut mesurer où on se trouve par rapport à ces objectifs et définir une feuille de route pour améliorer (mises en place d’indicateurs). On mesure périodiquement et on corrige en fonction des résultats.(On ne peut améliorer que ce que l’on mesure).
    Cette approche pragmatique a fait ses preuves dans de nombreux domaines et permet en outre de motiver et d’objectiver les acteurs du système.
    A noter que parmi les 10 objectifs de l’Association seulement 3 sont réellement des objectifs:
    -Savoir lire en fin de CP
    -promouvoir l’autonomie et la responsabilité
    -garantir un métier en fin d’étude
    Les 7 autres sont en fait des solutions
    En France on cherche des solutions avant de savoir quel est le problème et on met beaucoup de temps pour arriver à une solution pragmatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *