Recrutement de 60 000 professeurs supplémentaires : on en est où ?

60.000 postes dans l’Éducation  nationale. La promesse de François Hollande pendant la campagne de 2012. Une promesse qui a du plomb dans l’aile. Car le métier d’enseignant, à l’image dévalorisée, n’attire plus les étudiants.

Depuis le début du quinquennat Hollande, plus de 22.200 postes (1) ont été créés dans l’Éducation nationale. Quelque 9500 sont programmés au budget 2015. Il n’en restera donc «plus» que 22 300, les deux années suivantes, pour parvenir aux fameux 54.000 postes annoncés (2).

Mais, depuis 2012, l’éclatante promesse de campagne deFrançois Hollande a du plomb dans l’aile. Dénoncés comme une «folie» et un choix purement «quantitatif» par la droite – laquelle avait fait le choix pendant le mandat de Nicolas Sarkozy de supprimer 80.000 postes, avec le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux -, ces créations de postes ont suscité des critiques au-delà des clivages traditionnels. «L’Éducation nationale ne souffre pas d’un manque de moyens ou d’un nombre trop faible d’enseignants, mais d’une utilisation défaillante des moyens existants», pointait avec fracas la Cour des comptes en mai 2013, soulignant que les professeurs pesaient lourd dans les comptes publics (17 % du budget de l’État en 2011). Entre autres propositions chocs, les magistrats de la rue Cambon proposaient d’annualiser les emplois du temps des enseignants, soumis jusqu’alors à une logique hebdomadaire.

Plus récemment, c’est le think tank Terra Nova, proche du PS, qui passait à l’attaque, critiquant le choix de consacrer la moitié de ces postes à la formation en alternance des enseignants stagiaires, au sein des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé) qui ont succédé en 2013 aux IUFM. «Sans efficacité sur l’amélioration de notre système éducatif, (ce choix) réduit considérablement les marges de manœuvre budgétaires», estimait Terra Nova, décrivant une formation continue «réduite à peau de chagrin».

Pas de revalorisation salariale

À la rentrée dernière, les moyens supplémentaires dégagés ont été absorbés par cette réorganisation de la formation des enseignants ainsi que par la croissance démographique des élèves. L’amélioration des conditions de travail a été peu perceptible sur le terrain. Faute de revalorisation salariale – impossible en effet de créer des postes tout en augmentant les fonctionnaires – le métier souffre d’un manque d’attractivité et de reconnaissance sociale. L’Éducation nationale est confrontée à une véritable crise du recrutement, comme en témoignent les résultats aux concours 2014.

(1) Équivalent temps plein (ETP).(2) Les 60.000 postes couvrent aussi l’enseignement supérieur et agricole.

Lire la suite sur le site leFigaro.fr

3 réflexions sur “Recrutement de 60 000 professeurs supplémentaires : on en est où ?

  1. L’Education Nationale » autrefois respectée de tous et par tous a vécu! je fais partie de ceux qui ont eu le bonheur suprême d’avoir eu de « VRAIS » professeurs que l’on restait à écouter par pur plaisir tant ils étaients instruits et passionants, alors que la cloche avait sonné!! allez donc en trouver ainsi actuellement!! De toutes façons tous les ministres de l’éducation nationaleà dater de MrLang, n’ont été que des nullités, jusqu’à la dernière en date, marocaine, petite moukère insignifiante qui n’y connait rien, même pas l’éducation nécessaire pour respecter la France laïque et nos lois!! Bref, çà et les milliers d’enfants dont les parents sont dans l’incapacité totale de parler français et de faire t ravailler leurs mômes, et qui de part leur retard, jouent en défaveur de tous les autres!!! Tout actuellement n’est qu’un imm ense GACHIS, !! c’est voulu!! car,!!! il est plus facile de diriger une masse énorme d’analphabètes que de cerveaux intelligents. JUSQU’A QUAND??????

  2. Ce n’est pas le nombre de professeurs qui compte. C’est leur envie, leur « non absence », leur pédagogie, leur culture. Quand je vois dans un jeu télévisé vers 12 heures, que des soi-disant profs vous disent que le Tarn se jette dans la Seine, que Louis XV était le fils de Louis XIV, qu’il y a 100 m2 dans un hectare, et qui ne savent pas former correctement une forme interrogative (je n’invente rien), il y a de quoi s’arracher les cheveux.

  3. Grande a été ma chance d’avoir eu un « INSTITUTEUR » qui instruisait toutes les classes du primaire dans la même salle. Pas un bruit durant les cours mais défoulement durant la récré sous SA surveillance. Nous avions là un enseignant à qui on pouvait dire MONSIEUR sans hésiter .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *