Recrutement de professeurs : on a touché le fond, et on creuse…

Pour faire face à la pénurie d’enseignants en Seine-Saint-Denis, l’Education Nationale a fait appel à Pôle emploi. Concrètement, depuis le 26 septembre, Pôle emploi a envoyé environ 500 offres à des chômeurs diplômés pour trouver les 300 professeurs des écoles manquants. Le rectorat a délégué son recrutement à Pôle Emploi. L’agence démarche directement les candidats potentiels par mail et par téléphone. Seul critère de sélection : avoir au minimum un Master 1.

Une fois sélectionné, le candidat pourra se retrouver face à des enfants de deux à onze ans et devra enseigner aussi bien le français, les maths, l’histoire et la géographie ou les sciences… Comme n’importe quel instituteur en somme. Une démarche de recrutement inédite qu’a expérimenté Sydney, 45 ans, habitant des Lilas, en Seine-Saint-Denis. Cet ancien consultant en ressources humaines, au chômage depuis 2 ans, a en effet été démarché par Pôle emploi comme il l’explique à RMC ce mardi. « J’ai cru que c’était une blague ! J’ai un DEA de sociologie de démographie et un Master de psychologie clinique. Devant une classe, sans n’avoir rien préparé, je ne sais pas faire  » assure-t-il.

« C’est terriblement insultant »

Pourtant, en deux ans, c’est la troisième offre du genre qu’il reçoit. Il a donc répondu favorablement à cette dernière. « Je réponds oui parce que le climat n’est pas bon et parce que j’ai besoin de travailler. Mais je mets en danger des élèves, des enseignants. J’ai fait une faute » résume-t-il dépité au micro de RMC. Et de confier : « C’est terriblement insultant, maltraitant car on n’est pas véritablement des profs. On est là pour de faux ».

C’est pourquoi la FCPE 93 a mis en ligne une pétition pour faire part de son désaccord quant à ces recrutements. Rodrigo Arenas, porte-parole de la FCPE 93, s’emporte au micro de RMC: « Personne ne devient opérationnel et efficace du jour au lendemain. On exige donc des pôles de sélection et des modules formation à suivre toute l’année surtout sur comment enseigner à une classe. Car sinon ces nouveaux enseignants, on les envoie à l’abattoir, à l’échec ».

Retrouvez le best-of de vos commentaires

Dans l’ensemble, vous ne comprenez pas que l’Education nationale recrute à Pôle emploi. Vous êtes beaucoup a critiquer la gestion de l’Education nationale.

« C’est la démonstration de l’échec total de la gestion de l’éducation nationale », juge Fanche. « L’échec des idéologues (responsables mais pas coupables) qui ont noyauté cette maison et fait se décourager nombre de volontaires. »

« Rajouter des enseignants alors qu’il n’y a quasiment plus de quoi payer ceux qui sont en poste est ridicule », estime angelo32310. « C’est la qualité de l’apprentissage qui est à remettre en cause, pas la quantité des enseignants. Ou alors, il y a trop d’élèves. »

« Recruter des gens qui sont là par défaut ne va pas améliorer la qualité de l’enseignement. L’appétit ne vient pas forcément en mangeant », dit Résiste.

Certains d’entre vous sont plus fatalistes et ne sont guère étonnés par ce choix… car il n’y en pas d’autres.

Lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *