Référendum national sur l’école : droit de réponse de Monsieur Gilles de Robien

Monsieur Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale de 2005 à 2007, demande à exercer son droit de réponse, suite à la  vidéo accompagnant le Référendum national sur l’école, lancé par SOS Éducation, le 3 août 2012.

Nous publions ici l’intégralité de sa réponse :

« L’enquête SYGNA mise en place en 2001 par Monsieur ALLEGRE, devait recenser les  incidents graves de violence survenus en milieu scolaire. Elle avait deux défauts principaux : l’interprétation de la gravité des faits était subjective, et laissée à l’appréciation des chefs d’établissements ; ceux-ci faisaient des signalements très aléatoires, craignant d’être stigmatisés. Le coup de grâce fut la publication du palmarès des établissements en insécurité par le magazine LE POINT.

Après une année de concertation et de travail, j’ai mis en place un nouveau système de mesure de la violence, SIVIS, à la rentrée 2007.

Ce nouveau dispositif présente plusieurs avantages :Il est fiable, grâce au memento sur les conduites à tenir en cas d’infraction en milieu scolaire, diffusé à tous les établissements dès la rentrée 2007.Une nomenclature précise et fondée en droit des infractions, aide les chefs d’établissement à qualifier les faits de violence.

Il est fiable aussi parce qu’il donne au Ministre et au Recteur une vue juste de la situation au plan national et dans les académies, en recensant les faits dans un millier d’établissements constituant un échantillon établi de façon « scientifique » (taille, situation géographique, etc…).

SIVIS est reconnu et accepté (seuls 10% des établissements de l’échantillon défini ont refusé le recensement).

Les résultats sont régulièrement diffusés.

Bien entendu, le palmarès des établissements n’est plus possible puisque le recensement exhaustif n’est plus entrepris.

D’ailleurs, ni en 2008, ni même aujourd’hui en 2012, la carte scolaire n’a été supprimée.

SIVIS a permis deux initiatives pertinentes :

  • Celle de Monsieur DARCOS, qui a créé des médiateurs de réussite scolaire : des jeunes affectés en appui dans les établissements répertoriés comme les plus difficiles, en plus des aide-éducateurs classiques,
  • Celle développée par Monsieur CHATEL : des équipes mobiles de sécurité, sorte de brigades volantes qui interviennent en cas de besoin dans les établissements en grande insécurité. »

Gilles de ROBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *