Réforme des rythmes scolaires : le modèle Finlandais

La réforme des rythmes scolaires est en place depuis la rentrée. Et depuis quelques semaines, le débat ne cesse de croître.

Des parents, aux enseignants, en passant par les syndicats, personne n’en est vraiment satisfait. La réforme portée par Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale, ne fait pas l’unanimité, à tel point que cela a créé un mouvement contre le ministre.

Faut-il alors faire marche arrière ?

Prenons l’exemple du modèle finlandais. Ce pays, qui arrive en tête des classements, donne 188 jours d’école à ses élèves. Avant la réforme, la France n’avait que 144 jours d’école.

Aujourd’hui, avec la réforme nos écoliers ont 36 jours de plus. La France cumule ainsi 180 jours d’école, ce qui la rapproche du niveau des pays de l’OCDE* (voir l’article).

Tous les classements internationaux s’accordent à dire que les pays les mieux classés sont ceux où les élèves ont au minimum 5 jours d’école.

En Finlande (3ème pays le mieux classé), les journées commencent à 8h et se terminent entre 13h et 15h et les cours durent 45 minutes. Les élèves ont dix à onze semaines de vacances en été et se reposent également pendant l’année. (voir l’article)

Ce rythme permet donc aux élèves de quitter l’école primaire en sachant mieux lire, écrire et compter.

OCDE* : Organisation de coopération et de développement économiques

9 réflexions sur “Réforme des rythmes scolaires : le modèle Finlandais

  1. On se mélange un peu les pinceaux dans les jours et dans les heures…le modèle Finlandais semble avoir bcp moins d’heures que la France en cumulé, non ??

    • Bonjour,

      En Finlande, le nombre d’heures d’enseignement dans l’année est de 677 heures.
      En France, le nombre d’heures d’enseignement dans l’année est de 926 heures.
      J’espère avoir répondu à votre question.

      Bonne journée.

  2. En Finlande le nombre d’élèves par classe est bien inférieur à celui d’une classe en France et souvent ils sont deux pour s’en occuper. La différence ne se situe pas uniquement au niveau du nombre de jours d’école.
    One peut pas enseigner de la même façon avec 20 élèves qu’avec 30.
    De plus, si en primaire on s’en tenait aux bases au lieu de rajouter des choses inutiles, pour cette tranche d’âge, comme l’histoire des arts…on arriverait sûrement à un meilleur niveau en lecture, écriture et calcul. L’enseignement en France c’est un saupoudrage de beaucoup de choses et on en oublie l’essentiel.

    • Bonjour,

      bien d’accord avec vous. Nous attendons les résultats PISA tout en sachant qu’il n’y aura aucune surprise. Si on on veut avoir des résultats, il faut que nos élus lâchent la bride!!!!

      Olivier Val, président de L’UNI et directeur du CERU.Uni:

      « L’une de ces premières choses qui fonctionnent bien est aussi l’un des paradoxes francais:—l’encadrement, il y a plus de professeurs par élèves en France qu’en Finlande. Cette situation s’explique par le fait que le système français a plus de mal à affecter les moyens. » Et on nous parle de réussite!—

      Je vous invite à lire: Réveille-toi Jules Ferry, ils sont devenus fous
      de Emmanuel Davidenkoff.

      Par Monia Zergane

      Voici un ouvrage à consulter d’urgence ! Pour ceux que la question de l’éducation intéresse, il fait office de document. En jetant un coup de projecteur sur les programmes scolaires, cet essai éclaire l’anachronisme, voire l’absurdité de l’ensemble du système éducatif français tel qu’il est aujourd’hui. Avec l’aide d’une équipe d’enseignants, le chroniqueur éducatif de France Info décortique les manuels scolaires destinés…

  3. J’ai un peu l’impression que nous mettons la charrue avant les boeufs ! Réformer les rythmes scolaires certes, et la Finlande est un excellente exemple, mais vouloir faire rentrer 3 litres dans un contenant d’un litre, il y a comme un problème ! Si on commençait par réformer le contenu des programmes, peut-être qu’il serait ensuite plus simple de ne faire aller nos gosses à l’école que 5 heures par jour ! Ne pensez-vous pas qu’en primaire l’important c’est la lecture, l’écriture, l’orthographe, la grammaire et le calcul. Le reste peut attendre ou en tous cas n’être que survolé.

  4. Nous venons de passer trois heures avec le représentant de l’éducation national de l’Isère, parents d’élèves et la municipalité. La réforme sera appliquée à la rentrée 2014. Les journées de classes sont raccourcie et complétées par les fameux TAP de 45mn. Les coûts seront supportés par la commune et les familles, car les 50 euros sont très loin du compte estimé à 150 euros. Par ailleurs difficulté de recrutement de personnel. Des activités qui malgré les bonnes volontés vont ressembler à de la garderie. En clair le temps un transfert de compétence vers les communes mais sans les moyens… Sur un plan de réflexion de projet on note qu’aucune évaluation d’objectif na été pensés. Aucun élément organisationnel ni aucune réponse ne nous a été faite par l’éducation national. Les organisations et coûts des transports, sécurité des enfants ne semble inquiéter que les parents et la municipalité ? Aucune réponse sur le respect des rythmes biologiques des enfants ? Je souligne que Monsieur le ministre estime que la sieste en maternelle n’est plus nécessaire aujourd’hui. Comment voulez vous qu’en reprenant les cours à 14 h les enfants suive des cours l’après midi ? on les prépare puis ils vont se reposer,et il est temps de les réveiller pour la récré… houps c’est l’heure de la sortie de cours. On comprend que tout à été pensé pour le mieux être des enfants .

  5. Deuxième phase de dégradation de la semaine scolaire

    On a fait les rythmes scolaires pour alléger la journée de l’élève.
    On a donc sacrifié la pause en milieu de semaine, le mercredi matin.
    Un an après, on tasse la journée de l’élève. Il n’y a plus classe le mardi après-midi.
    C’est le pousse toi que je m’y mette.

    Inversion des principes:

    Les activités péri-scolaires devaient s’adapter au temps d’apprentissage scolaire, or c’est le temps scolaire qui s’adapte aux activités péri-scolaires.

    Non aux nouveaux rythmes scolaires.
    Retour à la semaine de quatre jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *