Communiqué de presse de SOS Éducation

Renforcer la place des adultes dans l’école

Face aux violences à l’école, le Ministre avait annoncé qu’il renforcerait l’autorité des professeurs, le 26 août 2010. Il a depuis juin dernier un décret sur son bureau qui lui permettrait de le faire ; il ne le signe pas.

Face à cet immobilisme, SOS Éducation, association indépendante, représentant à la fois des parents et des professeurs, a décidé de s’impliquer.

L’association a lancé une pétition pour que le Ministre signe le décret qui permet de sanctionner la violence à l’école et qu’il le signe sans l’édulcorer.

La pétition est sur Internet depuis le mercredi 30 mars 20 heures et a déjà recueilli 18 000 19 000 signatures.

« Dans le débat qui s’ouvre à nouveau sur la question des violences à l’école, il est crucial de redonner leur place aux adultes, pour qu’ils puissent incarner positivement l’autorité et que cette autorité soit réelle et non contestée de toutes parts », souligne Olivia Millioz, porte-parole de l’association. « Les professeurs doivent avoir les moyens réglementaires de se faire respecter. C’est le meilleur soutien que l’on puisse leur apporter », ajoute-t-elle.

Ce décret prévoit que :

  • la sanction doit être automatique en cas de violences verbales ;
  • la sanction doit être automatique en cas de violences physiques ;
  • la sanction doit être automatique en cas de récidive de l’élève ;
  • les sanctions ne peuvent être effacées du dossier de l’élève au bout d’un an mais seulement au bout de deux ans.

Ce serait la première fois qu’un texte parlerait explicitement de « violences verbales ».

Contact : Olivia Millioz, 01.45.81.22.67.

6 réflexions sur “Communiqué de presse de SOS Éducation

  1. Sur le fond , l’adulte , dans l’Education Nationale est le professeur ( ce qui est normal vu que l’enseignant doit avoir de l’autorité sur les enseignés ) mais laisse de côté les parents des élèves , tenus , dans cette affaire , pour soit quantité négligeable soit non dignes de confiance par les professionnels de l’enseignement !!!

    • c’est bien de ça dont il est question, et c’est pour ça que nous n’avons pas parlé seulement de professeur, mais d’adulte.

      Est-ce suite à une démission des parents (qui ne signent pas les carnets de correspondance ou se montent contre les professeurs) ?

      Est-ce suite à l’opacité savamment entretenue de l’école, qui fait que les parents ne peuvent pas savoir ce qui se passe à l’intérieur et qui sème le doute ?

      La vraie question n’est pas tant de trouver « à qui la faute ? ».

      La vraie question est : comment faire pour unir les parents et les professeurs, pour qu’un vrai dialogue soit renoué, pour que la transmission des savoirs puisse se faire.

      Redonner au professeur les moyens de faire son travail sereinement est l’un des prérequis.
      Il faudra aussi travailler sur la transparence vis-à-vis des parents si l’on veut qu’ils puissent prendre leurs responsabilités.

      Il faut relever ses manches, car il y a du boulot.

      J’appelle les parents volontaires à me contacter (et pas pour parler de la cantine).

      Eric Galland

  2. je ne signerai pas votre appel.

    même si je constate au travers de mon expérience personnelle et les relations des médias les difficultés que vous soulevez, je ne signerai pas votre appel au fort relan de politique sécuritaire sarkosiste qui en marche pas.

    Actuellement la communauté éducative a tout ce qui faut pour traiter ses problèmes et ce n’est pas un décret qui vous changera la vie

    simplement, mettez en oeuvre une vraie politique éducative, que Luc Chatel développe la formation des maîtres et non pas supprime les IUFM, et peut-être donnerez-vous aux élèves une envie de participer et de se former

  3. Effectivement, il y a un manque de respect des enseignants par les eleves, mais quid de l’actiondes parents d’eleves qui denigrent les profs et instis devant leurs eleves et pensent etre les mieus places pour enseigner a leur enfant? Sans les parents d’eleves les enseignants pourraient enseigner plus sereinement sans avoir a rendre des comptes a des parents qui ne cherchent pour la plupart qu’a flatter leur ego par le biais de leur enfant.
    Bonne discussion sur ce theme.

    • à parazndelev ,

      Si les enseignants se contentaient d’enseigner ( voire les ravages des lectures globales , les langues en immersion , la façon d’enseigner les maths , l’histoire de France qui enseigne l’histoire du Songhai et du Monopatoma , etc …et non d’éduquer ( c’est le rôle des parents ) , les élèves seraient capables de prendre des notes sous enseignement de prof en fac et ne feraient pas soixante fautes d’orthographe par page , les enseignants seraient moins contestés par les parents …mais il est vria qu’il est plus facile d’éduquer les autres , en laissant les conséquences de  » l’éducation  » aux parents que d’enseigner ( les IUFM sont passées par là)!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *