Vive la rentrée !

Quelle rentrée, chers amis !

Nous avons eu à dire au revoir à Benoît Hamon, notre Ministre des vacances bien-aimé, qui la veille encore jurait qu’il était là pour 100 ans.

Mais nous n’allions pas perdre au change, puisque la charmante Najat Vallaud-Belkacem le remplaçait au pied-levé, déclenchant l’ire de commentateurs malveillants. Notre Délégué général essaya de prendre au sérieux cette nomination, vous me direz s’il y est parvenu.

Quant à moi je revenais à peine de Prusse orientale, cette “ehemalige DDR” comme on l’appelle à présent, où je ne me suis pas lassé  d’observer les dernières Trabant, vous savez, ces petites automobiles invraisemblablement polluantes et inconfortables construites à des millions d’exemplaires par l’énorme monopole automobile est-allemand VEB Sachsenring Automobilwerk Zwicka de 1958 à 1991. Une Trabant standard coûtait à l’époque 1000 ostmarks, mais il fallait ajouter d’innombrables options “obligatoires”, comme le volant, les roues ou les ceintures de sécurité, qui la rendaient en fait absolument inabordable. Les délais de livraison, de toutes façons, dépassaient les 10 ans, des ouvriers complètement démotivés s’affairant sur une chaîne de production hors d’âge. Pendant ce temps, à l’Ouest, prospéraient Audi, Volkswagen, Mercedes ou BMW. Ils fabriquaient certes des modèles légèrement différents les uns des autres, mais d’une qualité moyenne incomparable avec celle de la Trabant !

Vous me voyez venir : pourquoi est-il tabou d’évoquer en France la mise en concurrence d’un système aussi énorme, inégalitaire et inefficace que l’Éducation nationale, qui coûtait il y a deux ans, près de 7% de notre PIB pour des résultats globaux dramatiques ?

Mais vous me direz qu’il y a plus urgent : par exemple, la pantalonnade des rythmes scolaires…
Vôtre,

Antoine Blondel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *