Nouveaux rythmes : place au péril scolaire !

peril-scolaire[…] «Les soupirs, la lassitude, l’effort inhérents à tout apprentissage ont été chassés de l’école : les élèves arrivent frais et dispos le matin, avides d’art et de bilinguisme, fascinés par leur nouveau tableau blanc numérique.

L’après-midi, ils s’ébattent joyeusement en sport, cours de dessin et se délassent dans les musées sous l’œil bienveillant d’un animateur. Aux oubliettes de l’Histoire, les problèmes de concentration.

Clap de fin sur le mal-être enseignant. Gloire ! La France remonte enfin dans les évaluations internationales !

C’était la chimère de syndicats experts de la pédagogie, l’utopie festive des bobos de Paris, l’ordonnance de l’Académie de médecine, un grand progrès par rapport aux autres pays européens pour ce vieux dinosaure qu’est la France. Mais c’est le rêve de ceux, qui, un soir de fête, ont refait le monde autour de quelques verres de gin tonic. La gueule de bois est proportionnelle à l’intensité des divagations. Le réveil s’avère douloureux, et le remède, pire que le mal, pour ceux qui, à l’avant-garde du progrès, vivent déjà à l’heure des nouveaux rythmes. C’est ce qu’on appelle le réel. Bien difficile de le modeler telle une boule de pâte à modeler. Bien sûr, on peut toujours le nier. Mais les témoignages des instituteurs de Paris et d’ailleurs sont bien réels.» […]  

Lire la suite de l’article de Magali Gaubert sur Skhloe.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *