Sébastien (triste) Sihr, secrétaire général du SNUipp

sebastien_sihr150x200Imagine-t-on qu’un professeur consciencieux, soucieux d’accompagner au mieux les élèves qui lui sont confiés, pourrait vouloir, sauf raison impérieuse, abandonner ses fonctions entre deux cours ? Peut-on soutenir sérieusement, comme le consternant président de la FCPE, Paul Raoult, que « les enseignants sont là au service des enfants comme la caissière est là au service des clients », et que le professeur n’a donc, le jour de ses soixante ans, qu’à quitter sa classe comme la caissière quitte sa caisse ? Fait-on si peu de cas de la dignité de ce métier ?

Eh bien oui : dans une missive proprement hallucinante, Sébastien Sihr, secrétaire du SNUipp (principal syndicat censé représenter les professeurs du premier degré), exige que les enseignants puissent partir à la retraite en plein milieu d’année scolaire.

[…] »Monsieur le ministre, nous vous demandons, comme d’ailleurs la plupart des organisations  syndicales, de supprimer l’obligation faite aux professeurs des écoles de partir à la retraite au  premier septembre. Comme tous les autres agents de la Fonction publique, dont leurs collègues du  second degré, les enseignants du primaire doivent pouvoir faire valoir leur droit à pension en cours  d’année scolaire. » […]

La faute de ce triste Sihr est double : d’une part, il montre qu’il n’a rien compris ni à l’idée de « service public », ni à l’importance de la mission qui lui fut, comme enseignant, confiée. Quel professeur était-il, pour pouvoir estimer être remplacé sans dommage en cours d’année, comme un pion sur un échiquier ou une ampoule usagée ? D’autre part, il discrédite aux yeux de l’opinion publique l’ensemble du corps auquel il appartient. A l’heure où l’école connaît une crise des vocations sans précédent, que faut-il avoir en tête pour agiter ainsi le mesquin colifichet de revendications corporatistes insensées, et abonder dans le sens de tous les clichés qui blessent tant de professeurs dans l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes ?

Lire la lettre

5 réflexions sur “Sébastien (triste) Sihr, secrétaire général du SNUipp

  1. Dans l’enseignement comme dans tous les autres corps de métiers, le pire ennemi est actuellement les syndicats .L ‘ éducation nationale, hélas, n’échappe pas à cette triste réalité.

  2. Mais alors, cela ne vous choque-t-il pas qu’un professeur de collège puisse partir en retraite en cours d’année ? C’est pourtant ce qu’il se passe !

    Oui, un instituteur doit pouvoir partir à la retraite en cours d’année, oui, il peut être remplacé (les cimetières sont pleins de gens prétendument irremplaçables), et les élèves sont bien plus souples qu’on le croit, et savent très bien s’adapter à un nouvel enseignant : qu’en est-il lorsqu’une institutrice part en congé maternité ?

    Pourquoi le corps des instituteurs serait-il la seule profession où on n’aurait pas le droit de partir sitôt les droits à la retraite acquis ? On nous parle de réviser le mode de calcul de leur pension, ou encore la durée de cotisation, au nom d’une soit disant égalité, mais la dite égalité ne devrait pas pouvoir jouer dans l’autre sens.

    Non, par les temps qui courent, enseigner n’est pas un plaisir, ce n’est pas une passion, c’est juste une profession qui permet de gagner sa croûte (et encore, il ne faut pas espérer faire fortune ! Je ne connais pas d’instituteur qui paye l’ISF). Alors, quand on arrive au bout de la carrière, on n’a qu’une hâte : mettre les voiles !

    Mini,
    Instituteur (Si, si, ça existe encore !)

  3. Sébastien Sihr ne fait que demander à ce qu’on revienne à ce qui existait déjà avant Jospin. c’est Jospin, triste pantin, qui a décrété qu’on ne pouvait partir à la retraite en cours d’année. pour culpabiliser de ce fait, il faudrait que les instituteurs soient en sacerdoce, comme autrefois, il y a bien longtemps!
    or, il n’en est plus rien: les nouveaux professeurs entrent en enseignement parce qu’ils ont les diplômes, parce qu’ils ne trouvent pas de travail ailleurs. et surtout, parce qu’il y a des VACANCES!!!
    commencez donc par demander que les enseignants soient recrutés sur leurs motivations! j’en connais qui n’ont pu réussir le concours, qui auraient fait des instituteurs (je tiens à ce titre!) extraordinaires, et j’en connais d’autres, nombreux, qui se moquent comme d’une guigne de leur travail. le tout est d’être prêt quand vient l’inspecteur. qui prévient de sa venue, et seulement tous les 3 ans au moins.

  4. D’accord sur l’ensemble mais je dirais que la comparaison de la FCPE est pour le moins déplacée (ceci est une autre histoire). Pour recadrer, l’enseignant n’est pas au service des élèves, il est au service des usagers, soit les parents, au bénéfice des élèves : différence de taille pour qui voudrait que nous, les enseignants, puissions asseoir notre autorité. Il est peut-être également utile de préciser, que ce devoir de service public ne suppose pas obéissance et soumission aux usagers (la participation des parents aux projets pédagogiques, par exemple dans la loi sur la Refondation de l’École, est inacceptable).
    Revenons au Secrétaire général du Snuipp : effectivement, celui-ci fait mine de ne rien comprendre. Je dis « fait mine » car vous imaginez bien qu’il connait la différence de service qu’il y a avec un professeur de secondaire qui peut être remplacé en cours d’année avec un instit qui établit une relation, certes d’instruction, mais aussi d’écoute, de liens affectifs raisonnés, d’accompagnement personnalisé. Primaire n’est pas secondaire, les enfants n’ont pas la même compréhension de la relation avec celui ou ceux qui l’instruisent.
    Donc, si l’hypothèse est que Sihr sait tout cela, pourquoi une telle ânerie ? C’est que le SG du Snuipp veut garder la main sur un mouvement (une ambiance plutôt) de grand mécontentement sur le sujet des rythmes scolaires, des salaires, etc. En laissant ce sujet démagogique il espère donner le change à ses troupes. C’est minable, mais cela ne m’étonne pas (mais soulever le sujet reste nécessaire).
    Mais je sais certain syndicat plus sérieux qui ne suivra pas cette revendication dont on ne sait si elle est plus démago qu’inepte … mais ce n’est pas le sujet du jour !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *