Séquestration d’un chef d’établissement

Des enseignants et des parents d’élèves « séquestrent » le principal du collège Jean Macé à Clichy (Hauts-de-Seine) depuis le 12 décembre. Une action choc, suivie de l’opération « collège mort » vendredi, qu’ils mènent pour protester contre le risque de sortie de l’établissement du réseau d’éducation prioritaire (REP).

Depuis jeudi 20 heures, une partie de l’équipe enseignante et des parents d’élèves retient le directeur au sein de l’établissement Jean Macé.

Les professeurs ont installé un lit dans le bureau principal. Et pour cause : Christian Comès, le principal, a dû passer la nuit dans le collège.

« Je ne vais pas casser la fenêtre pour sortir », a-t-il déclaré aux caméras de BFM TV. Mais le chef de l’établissement, qui ne pensait pas faire partie de l’occupation, « savait bien que les enseignants avaient prévu d’occuper le collège ».

Vendredi, les professeurs mènent l’opération « collège mort » : ils ne feront pas cours mais ils accueilleront quand même les élèves qui se présenteront.

 

Grève prévue le 17 décembre

Les enseignants et les parents d’élèves de Jean Macé occupent les lieux pour dénoncer le risque de sortie du collège du « réseau d’éducation prioritaire » (« REP », qui remplacent depuis la rentrée 2014 les « ZEP »). Ils craignent la suppression des moyens si le collège perd l’étiquette « REP », tels que la diminution des heures d’enseignement ou encore l’augmentation des effectifs dans les classes.

« On ne peut pas être considérés comme un collège lambda avec les élèves en difficultés« , affirme Emmanuelle Ravarono, une enseignante à Jean Macé.

Lire la suite sur Directmatin.fr

2 réflexions sur “Séquestration d’un chef d’établissement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *