Solidarité avec le professeur agressé à Juvignac

Lisez l’appel de David Barbaud, professeur d’histoire-géographie, à tous les professeurs pour soutenir l’enseignant agressé à Juvignac, mis en examen pour avoir défendu sa famille contre un élève (cliquez sur l’image ci-dessous).

Cliquez sur l'image pour accéder à la pétition

Cliquez sur l'image pour accéder à la pétition

37 réflexions sur “Solidarité avec le professeur agressé à Juvignac

  1. IL FAUT QUE SE PERE DE FAMILLE CONTACTE L ASSOCIATION Légitime Défense .Coordonnées principales
    14 r Guénot 75011 PARIS
    mobile : 06 16 72 19 55
    QUE SE SOIT PAR TEL OU COURRIER JE sais qu ils peuvent l aider financierement pour les frais d avocat! sinon il a bien fait de prendre maitre phung c est un BON!
    je soutiend ce pere de famille de façon INCONDITIONNELLE un seul mot de sa part et je manifesterai!

  2. Je ne peux pas signer la pétition, je ne suis pas d’accord avec son texte.

    Entendons-nous bien : la réaction de ce prof a été extraordinairement courageuse (je ne peux qu’espérer avoir la même en pareille occasion, et je n’en suis pas certain), l’attaque du décérébré décédé est inexcusable et je ne pleurerai certainement pas sur sa mort.

    Mais la pétition demande à NS de « aire cesser immédiatement les poursuites contre lui » et ce serait contraire au droit.

    Demander la requalification en homicide INvolontaire, oui, mais pas l’abandon des poursuites.

    Ceci étant, le respect du droit n’empêche aucunement de féliciter ce père de famille pour son courage. Quant au mort … désolé pour ses proches, mais pas pour lui.

          • Admettons, mais ça n’est pas ce qui est demandé dans la pétition qui sollicite un abandon de poursuite pur et simple. Il faut bien comprendre que les motivations qui ont généré cette pétition sont sans aucun doute légitimes et compréhensibles, voire à encourager, seulement sa rédaction est un peu maladroite et « gêne » non sur le fond, mais sur sa forme.

          • Oui, c’est ce que je dis : une enquête de police qui établit qu’un homme aspergé d’essence a tué par pure légitime défense et doit donc être laissé tranquille. Nous demandons une chose illégale, nous dit-on. Mais questionnons aussi les lois.

  3. Absolument d’accord avec Sigma. Dommage que cette pétition soit mal ficelée, mais cela ne nous empêche nullement de nous sentir proche du professeur mis en examen.

  4. Je m’aperçois qu’ici aussi on trouve que le texte de la pétition ne coïncide pas avec ce que devrait être un soutien… Dommage qu’il y ait une certaine sourde oreille de la part de ce blog et de ceux qui ont initié la pétition…

  5. Au fait si vous voulez aussi vous adresser aux « autorités » concernés, ajoutez, Mme Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche… ça la concerne autant sinon plus que le ministère de l’éducation nationale… ça montre une certaine méconnaissance du sujet.

  6. Après lecture de la pétition, j’émets les réserves suivantes quant-à son contenu:
    – pour commencer, je rejoint l’avis de Sigma (24 octobre), en termes de droit, on ne peut recourir à une levée des poursuites. Même s’il est souhaitable que la justice prononce une relaxe de cette personne qui a probablement agit en état de légitime défense (c’est à la justice d’en décider après enquête), le cours normal de la procédure doit avoir lieu, ne serait-ce que pour que ce cas serve à faire valoir l’état de légitime défense et qu’on ne puisse jamais remettre en cause ce droit.

    – la phrase suivante me choque beaucoup:

    Dans un monde qui tournerait rond, un acte aussi héroïque ne serait pas sanctionné mais, au contraire récompensé !!

    Quelque soit l’acte de l’agresseur, personne ne peut se féliciter de sa mort, fut-elle accidentelle. La légitime défense ne doit pas faire oublier que donner la mort est un acte grâvissime. Le monde ne tournerai pas forcément plus rond en légitimant « oeil pour oeil ». Je ne peux donc pas cautionner un souhait de « récompense » pour un acte (même légitimement motivé par la peur) qui a donné la mort à un autre être humain.

    Pour ces deux raisons, et même si cela n’ôte rien à l’horreur de la situation et à mon souhait que justice ait lieu en faveur du professeur agressé, je ne signe pas la pétition en l’état.

  7. ça ne sert à rien Synapse, ces gens sont visiblement sourds aux remarques constructives… Hélas… Ils perdent pas mal de signature… Leur message est plus politique que de soutien… Je trouve assez grave le décalage entre le contenu de cette pétition et le « comment elle est présentée »…

    Mais ils ne veulent visiblement changer ni l’un, ni l’autre…

  8. Bonsoir,

    Je ne comprends pas les remarques et considérations ci-dessus sur le contenu de la pétition !!! ledit contenu de la pétition ne plaisant pas à certaines personnes qui trouvent le moyen de faire de la philosophie, et qui ont l’air de défendre les agresseurs et non les honnêtes citoyens qui n’ont rien demandé à personne, et de plus dans leur maison !!!!!!
    Mais que ces personnes réfléchissent un peu ; si cette crapule s’était attaquée à eux, si ces personnes avaient été aspergées d’essence, menacées, certainement avec des cris, des hurlements de la part de cet individu sans aucun scrupule et sans aucune moralité, ces personnes s’imaginent-elles la peur, la terreur, que cette famille agréssée a vécu ? et est-ce qu’ils se seraient laissés faire sans se défendre ou défendre leur propre enfant et leur épouse ?
    Je suis absolument pour le fait qu’il faut se défendre, on a l’impression que les voyous peuvent faire ce qu’ils veulent, de toute manière la justice leur trouvera toujours des circonstances atténuantes (ils sont mal intégrés dans la société française, ils sont dans une famille pauvre, ils sont déscolarisés, ils sont sous l’emprise de la drogue, les pauvres, etc, etc, etc… !!!) ; j’ai lu dans le journal que cet « étudiant » était connu de la police pour des faits de violences et autres , c’est scandaleux !!! et de plus les parents osent porter plainte !!! alors que c’est leur fils qui attaque des innocents !!! et bien c’était à ses risques et périls !!! il avait qu’à réfléchir avant de passer à l’acte !!!
    Par contre lorsque c’est des personnes honnêtes qui sont victimes, alors là c’est tant pis pour eux, c’est malheureux, ils avaient qu’à donner tout leur argent, tous leurs biens qu’ils ont gagné à la sueur de leur front en se levant tôt le matin (plutôt que de se réveiller à midi, et trainer dans des cafés), enfin quoi, il faut bien que les crapules viennent récupérer les biens des autres sans trop se fatiguer, n’est-ce pas !!!
    Enfin, je termine, tellement je suis révoltée, je tiens à préciser que j’habite un secteur où malheureusement je vois pas mal de ces personnes qui ne font rien de leur journée (la grande majorité des délinquants), à part agrésser les travailleurs (j’ai été agréssée il y a quelques temps dans la rue lorsque je rentrais le soir après une journée harassante à mon travail), et je sais de quoi je parle.
    bon courage au professeur (moi-même je ne travaille pas dans l’éducation), mais je vois autour de moi tout de qui se passe, notamment dans un collège et un lycée où les collégiens et lycéens se sont fait agrésser, tabasser (traumatrisme cranier pour l’un) et racketter à coup de barre de fer !!!)

  9. Rosine, on ne nie pas la délinquance, ni ne justifions les agissements de cet étudiant, au contraire et c’est bien pour cela que la justice doit aller au bout. Encore une fois, preuve que l’information est très mauvaise, je tiens à rappeler que nous sommes dans ce fait divers ni dans un lycée, ni dans un collège mais dans une université où une telle horreur est extraordinaire… L’eternelle opposition travailleurs honnêtes et malhonnêtes glandeurs déliquants ne tient pas la route une seule seconde. Il faut arrêter les délires plein de clichés et de mépris. Vous confirmez qu’un travail d’analyse de fond et intellectuel par la justice qui doit au minimum explure ce genre de raisonnements graves, injustifés et fortement empreints d’a priori…

    • Bonsoir Martin,

      J’ai été étonné de votre réaction, en disant que :
      1°/ cette affaire s’est passé dans une université ; peu importe, je constate que c’est de la violence gratuite envers un professeur qui était à son domicile,
      2°/ ce que j’ai dit précedemment n’est absolument pas « du délire plein de clichés et de mépris », mais la triste réalité, et je pense que pour ce qui est du mépris, les agresseurs n’éprouvent-ils pas du mépris envers leurs victimes ? et en plus gratuitement !!!

      ce que je veux dire dans mon précédent message, c’est que je trouve vraiment inadmissible que ce professeur soit mis en examen pour HOMICIDE VOLONTAIRE, alors qu’il ne faut pas oublier qu’il n’a fait que défendre sa famille et lui-même ; voyons, Martin, être aspergé d’essence, menacé, frappé, de surcroît la nuit, comment vous, Martin, auriez-vous réagi ????? si cela vous était arrivé, vous vous seriez laissé faire ? il ne faut pas oublié que le professeur a agi en étant complètement paniqué, et qu’il a maintenu l’individu en le serrant de toutes ses forces pour permettre à sa femme et à son fils de se sauver et de prévenir la police (et il ne l’a pas étranglé, comme cela avait été dit au début de l’affaire) !!!! cela devait être horrible à vivre comme situation !!!
      et évidemment, le professeur ne pensait pas à « mesurer sa force », puisque dans ce cas là on est complètement paniqué !!!
      Bien sûr Martin, c’est normal qu’il y ait une enquête, mais de là à mettre en examen pour HOMICIDE VOLONTAIRE un homme qui ne demandait rien à personne, et qui était tranquillement chez lui, on marche sur la tête !!! (le juge pouvait à la rigueur le mettre en examen pour homicide INVOLONTAIRE).
      peut-être avez-vous trouvé que j’étais « hors sujet », mais je vous assure que la ville où j’habite en banlieue parisienne (qui était il y a une dizaine d’années très bien fréquentée), je peux vous dire que je ne me promène plus le soir à partir d’une certaine heure, que je croise, lorsque je rentre du travail (je travaille à PARIS), une certaine catégorie d’individus qui regardent si vous avez un sac à main (je me suis fait suivre jusqu’à chez moi il y a quatre ans, puis agressée physiquement pour m’arracher mon sac à main) (comment se fait-il qu’il y a, à partir d’une certaine heure des policiers, voir des crs, à la sortie de notre gare ??? Ils sont là pour s’amuser ???)
      si j’avais pu me défendre (mais 2 agresseurs contre moi toute seule, c’est très difficile), si je les avais blessés, alors cela veut-il dire que j’aurai été mise en examen pour homicide volontaire ?
      J’insiste, mais vous ne croyez pas que la justice actuelle ne tourne pas rond ? entre le commerçant qui se défend chez lui : mince, l’agresseur est mort…. le commerçant est mis également en examen ; un couple d’anglais est menacé toute une nuit par deux individus, etc, etc, et bien oui, je trouve qu’il faut se défendre ; mince enfin, les gens sont tranquilles chez eux, et il faut qu’on vienne les em…….der !!!
      Je m’excuse, je m’éloigne du sujet, mais voilà mon sentiment, et on ne me fera pas changer d’avis, n’en déplaise à certains.
      Sans rancune.
      Bonne soirée Martin.
      P.S. : j’ai signé la pétition en toute connaissance de cause !!!!!

  10. « ce que je veux dire dans mon précédent message, c’est que je trouve vraiment inadmissible que ce professeur soit mis en examen pour HOMICIDE VOLONTAIRE, alors qu’il ne faut pas oublier qu’il n’a fait que défendre sa famille et lui-même ; voyons, Martin, être aspergé d’essence, menacé, frappé, de surcroît la nuit, comment vous, Martin, auriez-vous réagi ????? si cela vous était arrivé, vous vous seriez laissé faire ? il ne faut pas oublié que le professeur a agi en étant complètement paniqué, et qu’il a maintenu l’individu en le serrant de toutes ses forces pour permettre à sa femme et à son fils de se sauver et de prévenir la police (et il ne l’a pas étranglé, comme cela avait été dit au début de l’affaire) !!!! cela devait être horrible à vivre comme situation !!!
    et évidemment, le professeur ne pensait pas à “mesurer sa force”, puisque dans ce cas là on est complètement paniqué !!! »

    Entièrement d’accord avec vous.

    « Bien sûr Martin, c’est normal qu’il y ait une enquête, mais de là à mettre en examen pour HOMICIDE VOLONTAIRE un homme qui ne demandait rien à personne, et qui était tranquillement chez lui, on marche sur la tête !!! (le juge pouvait à la rigueur le mettre en examen pour homicide INVOLONTAIRE). »

    C’est justement plutôt ce que j’aurai souhaité voir sur la pétition.

    Et enfin le cas montpellierain est à des années lumières du cas des banlieues parisiennes. Je suis moi-même de Montpellier, je connais l’université Paul Valery, et s’il y a des problèmes, ce ne sont pas ceux-là, il y a bien plus urgent à régler. Le fait divers sur lequel nous parlons relève plus de la psychopathologie et de la justice que de l’Université française. ça ne soulève aucun problème autre étant donné le profil psychopathologique du jeune criminel. En faire un problème exemplaire de ce qui se passe dans les lycées, collèges ou banlieues parisiennes c’est faire du hors sujet. A la rigueur si on veux « s’amuser » à comparer les malheurs (ce qui à mon sens est absurde et pathétique), il vaut mieux s’interesser aux problèmes de récidives psychopathiques dans d’autres faits-divers. Et si SOSéducation veut faire une pétition SOLIDAIRE, elle ne doit pas se mêler de la justice, et ne pas le mettre en lien avec d’autres agressions qui n’ont rien à voir.

    ça serait un peu comme si une organisation ouvertement xénophobe faisait une pétition en disant: « La diversité a encore frappé »… C’est hors sujet, ce psychopathe (puisque c’est clairement le cas) aurait certainement tenté d’assassiner son patron s’il était employé dans une entreprise.

    Je ne m’adresse pas directement à vous, Rosine, quand j’écris ce message, mais bien plutôt aux rédacteurs du blog, qui font la sourde oreille. Ils demandent à être écouté, mais ne répondent de rien, hélas…

    Cordialement,
    Martin

    • Martin,
      Je reconnais la maladresse de cette formule :
      « Dans un monde qui tournerait rond, un acte aussi héroïque ne serait pas sanctionné mais, au contraire récompensé !! »
      Elles est le fruit de notre indignation quant à la mise en examen de ce professeur. Il ne faut pas entendre ici de récompense dans le sens vénal du terme, mais de reconnaissance de la société vis à vis de la légitime défense ici au cœur de la mobilisation.
      Un journaliste m’ayant appelé pour évoquer la pétition m’a précisé qu’il fallait qu’il y ait mise en examen avec homicide involontaire pour qu’il puisse y avoir plaidoirie en légitime défense, ce qui est un point de loi plutôt contestable moralement.
      Il ne s’agit pas de devenir un pays de western avec des règlements de compte invidiuels bien évidemment, mais il y a dans ce pays une culture de l’excuse permanente (il faut lire les propos des avocats de la famille de l’étudiant qui évoque un guet-apens de la part du professeur !). Le journal Aujourd’hui en France titrait le lendemain qu’on ne connaissait pas encore précisément ce que « l »étudiant reprochait au professeur », laissant suspecter ainsi tout et n’importe quoi. On sait maintenant qu’il lui « reprochait » son bulletin scolaire! Mais dans quelle société sommes nous ?

      • Merci de me donner une réponse qui rend le texte un peu plus lisible. Je suis tout aussi « scandalisé » par la tournure que prend cette affaire. Mais comme pour votre et mon indignation, on peut comprendre que cette famille se voile la face, et soit aussi touchée par l’incompréhension vis à vis de cette situation.

        Je sais bien que cette pétition vise surtout à remettre cette
        affaire dans le sens d’un respect nécéssaire de ceux qui enseignent des savoirs et des connaissances, et c’est assez louable en ce sens. Si on peut s’indigner à juste titre de cette mise en examen du dossier à titre d’homicide volontaire, on ne peut cependant demander l’arrêt de procédures même si les faits sont « évidents », il est nécéssaire pour les deux familles que la justice statue sur la légitime défense.

        J’irai jusqu’à dire que dans un monde qui tournerait rond, nous n’aurions pas besoin de tels « héros », mais d’enseignants (de la maternelle à l’université) dont le travail serait reconnu et apprécié de tous. Et ça demande un travail de tous, de toutes les institutions et personnes qui jouent, jugent (préjugent ou déjugent) l’enseignement dans son sens le plus large.

        Bienque je ne signerai toujours pas cette pétition,
        Je vous remercie pour un début de dialogue et une réponse.

        Cordialement,

        Martin

  11. A celles et ceux qui ne comprennent pas les réactions de certains « non-signataires », je les invite avant toute chose à relire soigneusement ce qui a été écrit d’une part dans les commentaires et d’autre part sur la pétition, car je pense qu’ils n’ont pas saisi le sens de ces réactions.

    – Il ne s’agit pas de remettre en cause l’acte héroïque de ce professeur, ni de sa légitimité. Légalement, mais c’est précisément à la justice d’en décider, il a agit dans le cadre LEGAL de la LEGITIME défense.

    – Donc ce n’est pas l’acte du professeur que je remets en cause, mais la PETITION qui est mal rédigée et qui contient des choses contraires à ma façon de penser. Si elle avait été conforme à ce que j’ai moi-même défendu précédemment, bien sûr que je la signerai.

    – Quelque soit l’acte criminel de l’agresseur, sa mort ne peut jamais être encouragée (dans la pétition on parle même de RECOMPENSE). Cette mort doit être considérée comme un accident dû à un acte défensif de la victime de l’agression et non comme une fin en soi. Personne ne peut « récompenser » quelqu’un pour avoir tué quelqu’un d’autre, même pour se défendre. En revanche, cette même personne ne peut être accusée d’homicide volontaire si elle a agit pour se défendre ou bien sa famille.

    – La pétition voudrait purement et simplement abroger le passage devant la Justice en faisant abandonner les poursuites, une sorte de « non lieu ». Non, et trois fois non ! pourquoi ? eh bien simplement parce que dans ce cas, légalement, le professeur agressé ne pourra pas obtenir justice pour lui même et sa famille, au même titre que la famille de l’agresseur en réclame sans doute une à sa manière. Je présume que certains de ceux qui défendent cet abandon de poursuite sont favorables à la peine de mort. Ce qui est intolérable, ce n’est pas le fait que ce professeur doive expliquer son geste devant la société et donc la Justice, mais que son acte ait été mal qualifié en y collant le mot VOLONTAIRE. Voilà ce qui ne va pas ! et ce n’est pas ce que dit la pétition, elle dit qu’il ne faudrait, en gros, « rien faire ».

    Rosine (un peu plus haut) dit:
    « ledit contenu de la pétition ne plaisant pas à certaines personnes qui trouvent le moyen de faire de la philosophie »

    Bien sûr que ça ne me convient pas, et c’est un devoir que d’alerter celles et ceux qui co-signeraient cette pétition sur la réalité de son contenu. Signer une pétition, c’est s’engager pour ce qui y est écrit, et je trouve normal de donner un avis sur ce qu’elle contient. Après, chacun fait ce qu’il veut. Quant-à la remarque « faire de la philosophie », je pense qu’il ne s’agit plus de philosophie quand on évoque un sujet aussi grâve, alors, de grâce, un peu de discernement.

    EN RESUME:

    – Oui, l’acte de ce professeur est courageux
    – Non, on ne peut pas « récompenser » la mort, même involontaire
    – Oui, la requalificataion en terme d’homicide INVOLONTAIRE doit être prononcée
    – Non, on ne peut pas passer outre la justice, sinon à faire de ce pays un régime autocratique où ce ne sont plus des personnes désignées qui exercent la Justice, mais le peuple lui-même.
    – Enfin, non, on ne remet pas en cause l’acte légitime du professeur agressé, mais bien la pétition qui ne convient pas.

    Voilà, j’espère avoir été clair, que chacun maintenant EN CONNAISSANCE DE CAUSE fasse selon sa conscience. Personnellement, mes pensées vont vers ces deux familles traumatisées à jamais.

  12. A SOS Éducation (qui semble être (?) l’instigateur, ou le « correspondant » de ce blog):

    Je crois que les commentaires que chacun a pu exposer ici sont suffisamment explicites pour que les idées soient claires:
    – les uns défendent le professeur sans même se préoccuper du contenu même de la pétition
    – les autres défendent ce professeur en vous demandant de modifier quelques mots dans la pétition qui prêtent à ambiguïté, et entretiennent le débat.

    conclusion: modifiez ces quelques mots, et je suis sûr qu’il n’y aura plus de réticences et que le débat cessera de lui-même. Dans le cas contraire, pour ma part, j’ai tout dit.

  13. Je n’y connais pas grand chose en application des lois (n’ayant personnellement jamais réussi à mesurer la longueur d’un élastique), ni même en pétition, mais techniquement parlant, pour peu que le relevé des faits soit précis et objectif, la survenance d’une mort est devenu inéluctable au moment où l’agresseur cagoulé (car identifiable par au moins une des victimes) à fait usage de la parole… Dans une telle situation, il apparaît comme évident que si l’agressé n’avait pas tué son agresseur, il aurait lui-même était tué (et sa famille avec probablement), même après le blocage au sol… Le temps de réponse d’une patrouille d’intervention (à moins d’être un nantis surprotégé ou d’habiter un logement de fonction dans les locaux d’une gendarmerie) étant totalement incompatible avec la posture du professeur (c’était déjà vrai du temps du service public, alors maintenant…).

    Certes, si la situation avait tournée autrement ça aurait facilité le travail des juges, donc on peut comprendre qu’ils en veulent au type qui leur a donné plus de boulot pour le même salaire, mais on peut aussi comprendre qu’ils se trouvent eux-mêmes le cul entre 2 chaises sur un plan plus « politique ».
    – risque de désavouer les policiers qui leur amènent une « prise » (en général, ils s’en fichent)
    – risque de déclencher une émeute si de son vivant le mort faisait partie d’une communauté difficile à contrôler.
    – risque de déclencher un mouvement syndical enseignant sous la pression de l’ampleur émotionnelle (ça c’était également à l’époque des syndicats… maintenant…)
    – risque encore plus grand de récupération politique de la part de partis aux intentions douteuses prêts à surfer sur n’importe quelle vague…

    La réalité actuelle étant probablement celle d’un pauvre gars dont la vie a basculé brutalement et indépendamment de sa volonté, alors qu’il n’était pas initialement programmé pour donner la mort et qui doit être dans un désarroi qu’on ne souhaite à personne, de par ce qu’il a été contraint de faire, ce qu’il a subi et ce que le système fait désormais subir à sa famille. Je crois que je me fiche de savoir que le texte de la pétition comporte une faute d’orthographe comme le fait remarquer un internaute (dont j’ai oublié le pseudo et qui ne mérite probablement pas que l’on s’en souvienne de toute façon) Mais une chose est sûre et devrait mettre une large majorité d’accord, pour peu qu’on s’accorde à considérer l’essentiel pour ne pas accroître les effets négatifs d’une situation dramatique : Dans un moment comme celui-là, un père de famille (qui ne présente aucun caractère dangereux) serait mieux chez lui à s’occuper du suivi psychologique de son fils de 11 ans que derrière des barreaux à jouer les soubrettes pour des caïds de la pègre, en attendant un jugement…

    OK le texte de la pétition, vu de derrière son écran, a quelque chose de « décalé » mais il a probablement était écrit par des gens qui sont proches du professeur et de sa famille et qui ne peuvent manifestement rester de marbre et d’une parfaite neutralité. C’est leur humanisme qui les pousse à agir avec leurs moyens et leur tripes…

    Au vu du drame, le contenu de la pétition n’a qu’un intérêt relatif dans la précision de sa revendication (en plus, la plupart des signataires ne la lirons jamais entièrement). Elle signifie avant tout le mécontentement devant l’inadmissible. On peut chercher la petite bête (on la trouvera en troupeau dans ce texte) mais se poser la question de ce qui se serait passé si la même mésaventure était arrivée à un magna de la presse détenant des monopoles sur des sociétés d’import-export du CAC40… Le type serait en repose dans un palace ou sur un yacht et les éditeurs se précipiteraient pour lui acheter des droits sur la publication de son histoire…

    On aura beau insister pour reformuler le chef d’inculpation : la loi est la même pour tous, si les pauvres ne la respectent pas, ils vont en prison…

    • Je suis plus ou moins d’accord avec ce que vous dites (encore qu’il me semble que cette belle tirade prosaïque mériterait d’être débattue autour d’un bon verre de Calva), ceci dit je crois qu’écrire (je vous cite) « dont j’ai oublié le pseudo et qui ne mérite probablement pas que l’on s’en souvienne de toute façon » fait preuve d’un anti-démocratisme lapidaire dommageable au reste de votre argumentation. Chacun a quand même le droit de dire ce qu’il pense, même si on n’est pas d’accord non ?

      • Fais attention à toi, ces grands démocrates, vont t’interdire de publication, comme moi…

        (Et oui c’est si au moins aussi facile de revenir que de me supprimer, même si jusque là je ne voulais plus faire l’effort)…

        Mais ne vous inquietez pas SOS éducation, je ne viendrai plus « philosopher » par ici…

        Bon bourrage de crâne!!!

        Et Synapse adieu vraissemblablement, mais ce fut un plaisir de voir qu’il existe encore des gens qui savent réfléchir et penser…

  14. Petit test pour voir si l’interdiction de publier n’était que momentanée, auquel cas, je suis vraiment une mauvaise langue…

    Je ne retire pas pour autant la petitesse des censeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *