0 réflexions sur “Super Pédago contre le b.a-ba

  1. Merci pour les coms! Heureux que ça vous plaise 😉

    Je me flagelle pour aller plus vite et je vous livre la suite dans quelques jours! 😛

    Eric

  2. JE SUIS a priori CONTRE L’INTERDICTION D’UNE METHODE.

    Enfin, un point commun avec vous ! L’honnêteté vaut de le reconnaître.

    L’enseignant devrait pouvoir utiliser la méthode de son CHOIX, dans le cadre de sa liberté pédagogique :

    – Soit les statistiques, études et recherches condamnent quasi unanimement une méthode et ON L’INTERDIT.
    – Soit les résultats sont plus divers, et ON L’AUTORISE, sans faire pression sur les enseignants qui l’utilisent.

    Mais il y a une CONDITION sine qua non :

    Elle doit :
    – a priori, s’intégrer dans un projet cohérent d’enseignement (réflexion)
    – a posteriori, donner des résultats comparables (réussite des élèves)

    A propos de la LIBERTE PEDAGOGIQUE :

    Elle est presque sans limite pour les enseignants.
    En effet, un prof est, en moyenne, inspecté 1h tous les 8 ans (soit 1h pour 8*800h, soit 0,0001 % du temps passé devant élèves).
    De plus, la pratique de l’enseignant se fait porte fermée. Il n’est jamais contrôlé (côté pédagogie) par la Direction (ex profs, rappelons le).

    Une LIBERTE exige des CONTREPARTIES.

    Pourtant, admettons qu’elles sont anecdotiques :
    – respect des programmes,
    – remplissage du cahier de texte.

    Il manque une CONTREPARTIE FONDAMENTALE, indissociable de la liberté :

    RENDRE DES COMPTES

    Ceci en ouvrant volontiers sa porte aux collègues, à la Direction…
    Mais aussi en produisant des documents pédagogiques :

    – le projet pédagogique de l’enseignant (où j’emmène les élèves)
    – le compte rendu trimestriel d’activité
    – le bilan de fin d’année (activités, résultats, évolution du projet, demandes éventuelles : modalités de travail, matériel, financement…).

    Ceux qui répondront que c’est un travail administratif joueront aux imbéciles : un marin prépare sa carte, un vendeur remplit ses rayons, un inventeur fait ses schémas.

    Ainsi, le professeur passerait du rôle d’exécutant des programmes au statut réel de cadre, reconnu pour son PROFESSIONNALISME.

    Enfin, mais je l’aborderai plus tard :

    Un CODE personnel de DEONTOLOGIE est incontournable, dans tous les métiers de l’enseignement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *