10 réflexions sur “Super Pédago face à l’illettrisme

  1. Ah, ça fait plaisir de voir ça ! J’ai toujours considéré ce Philippe Meirieu comme le Lyssenko de l’Education nationale ; apparemment je ne suis pas le seul de cet avis !

    Bravo !

  2. Je ris de bon cœur en parcourant ces planches de BD… C’est criant de vérité ! Heureusement pour l’avenir de nos enfants que certains instits résistent à Super Pédago !

  3. Un esprit intelligent est un esprit ouvert et constructif, aux propos nuancés. Dommage que le niveau d’instruction de certains enseignants servent à verser de la bile sur celui qui a le mérite d’une réflexion et de propositions.

    La réflexion sur le sens, les valeurs, les pratiques innovantes et leurs évaluations, voilà la principale raison du mal être de l’E.N.

    Ajoutons à cela une expérience unique à TOUS les niveaux de la scolarité (qui ici l’a fait ?!).

    Quand les ennemis de Super Pedago lui arriveront à la cheville, ils pourront se permettre de critiquer.

    Allez sur le blog de Brighelli, vous y découvrirez des insultes et propos dégradants contre tout ceux qui pensent pas comme lui. A le lire, c’est lui le Saint et tous les autres sont des cons ! Poujadisme ?

    Certes, la BD m’a fait sourire. Sans doute, une preuve d’intelligence…

  4. @Phil, Orman, Marie-L: content que ça vous plaise. Je travaille sur la suite.

    @ E.Gros: Le mode de la caricature ne vous aura sans doute pas échappé : elle exagère volontairement quelques traits choisis et les met en scène… Bien sûr, pour l’instant elle touche surtout SuperPédago (c’est le personnage principal). Mais B.-A. Bat aura droit lui aussi à quelques développements! 😉 Merci en tout cas pour la courtoisie du commentaire.

  5. Le précédent commentaire est parti trop vite…

    @ E.Gros qui disait
    « La réflexion sur le sens, les valeurs, les pratiques innovantes et leurs évaluations, voilà la principale raison du mal être de l’E.N. »

    Je ne crois pas. Le mal être vient de ce que l’on n’y croit plus. Les pratiques innovantes sont pour beaucoup un symptômes d’une fuite en avant pour essayer de faire autre chose autrement ailleurs. Il y a par ailleurs des carences graves touchant les leçons des évaluantions. Tire-t-on les leçons des dites évaluations ? Les combats autour de la lecture sont un signe intéresant: je préfère de loin une phrase d’un professeur au Collège de France sur la méthode globale que des kilos de défense et illustration de ce-que-j’ai-toujours-fait-on-va-pas-changer-mes-habitudes.

    Le rapport entre innovation et conservation serait intéressant à creuser. Innover c’est parfois justifier l’immobilisme. Cela me rappelle « plus ça change, plus c’est la même chose », que Watzlawick cite en précisant: « proverbe français ».

    Jolie BD, dommage que l’humour soit la politesse du désespoir car la rationalité s’épuise un peu contre toutes les mauvaises foi, et tous les esprits ouverts, constructifs et aux propos nuancés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *