15 réflexions sur “Super Pédago prend la vie du bon côté

  1. Excellent sauf que cela fait un quart de siècle que cela dure et que l’insulte est adressée au savoir, à la science à la connaissance et à vrai dire aussi à la profonde alterité que représente le corps enseignant pour une population de » sauvageons ». La question que l’on doit se poser c’est que deviennent les insulteurs dans la société aujourd’hui ,quelle est leur utilité sociale et leur comportement? Et l’on aura compris ce qu’est réellement notre société: confer la politique de la sanction au carreau cassé, il devrait en être de même pour la première insulte!

  2. Excellent sauf que cela fait un quart de siècle que cela dure et que l’insulte est adressée au savoir, à la science à la connaissance et à vrai dire aussi à la profonde alterité que représente le corps enseignant pour une population de » sauvageons ». La question que l’on doit se poser c’est que deviennent les insulteurs dans la société aujourd’hui ,quelle est leur utilité sociale et leur comportement? Et l’on aura compris ce qu’est réellement notre société: confer la politique de la sanction au carreau cassé, il devrait en être de même pour la première insulte!

  3. En revanche, essayez donc de dépasser les 130 sur une autoroute!
    Je sais, ya pas de rapport, mais j’en vois un quand même. Hyper répression d’un côté (« on veut votre bien, c’est pour réduire les accidents », ok, admettons) et hyper laxisme de la part des autorités de l’autre (du côté des « sauvageons »). Et là, quel est le motif?

  4. Marine, c’est franchement pas comparable, mais, je comprends votre désarroi, c’est humain, et surtout quelle révolte et il a de quoi; moi, qui ne suis pas pas de cette culture, mentalité, suivre la directive trouve que sais l’ablation du cerveau. Je me demande comment nos employés (fonctionnaires) peuvent suivre sans souci les instructions souvent sans queue ni tête de nos (haut fonctionnaires) qui n’ont pas à ce jour de souci à se faire.

    • Hé oui. Quand donc les enseignants (y compris ceux de SOS Éducation) comprendont-ils qu’avant de se faire respecter par les élèves, il faut qu’ils se fassent respecter par leur haute hiérarchie ?

    • Pour nuancer mon dernier commentaire, je dirais qu’il y a des professeurs très « soumis » aux dernières modes et décrets et aux divers petits chefs, et qui sont néanmoins respectés de leurs élèves. Mais je suis perduadé qu’ils ne constituent pas la majorité. La majorité, elle, se plaint d’être abandonnée.

  5. Vous savez, mieux que personne, que la chose n’est pas facile, la hiérarchie sait,
    alors le dialogue est impossible, comme j’ai toujours dit, il y a deux choix,
    vous exécutez , ou vous partez.
    Toute notre administration en est là.
    Mais ce qui est dommage, c’est que le privé a pris la même façon d’agir, de faire.

    • C’est plus complexe (et en un certain sens, pire) que ce que vous décrivez : s’il n’y avait qu’à « éxécuter », l’´ÉdNat se porterait déja beaucoup mieux. Mais il ne suffit pas d’éxécuter, il faut aussi
      deviner et « s’informer ». La hiérarchie « sait », mais ne sait que cela : elle demande souvent l’impossible, et de plus les consignes sont souvent diluées lors de leur passage par la longue voie hiérarchique. On réussit ce prodige de combiner tous les inconvénients de l’anarchie avec la lourdeur du dirigisme.

  6. Alors, si nous en sommes là, c’est semblable à l’ U.R.S.S.
    Une machine faite de petits chefs, qui selon l’ humeur du moment, contredit ou
    en remet une couche.
    C’est bien ce que je pense, nous pouvons en virer 50% depuis le haut nous aurons toujours autan de crétins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *