21 réflexions sur “Super Pédago sévit pour l’exemple

  1. Quelques commentaires sur cette mini-BD :

    1) Quand on parle
    de ces histoires de sorcières, on sort vraiment les grosses ficelles … Le
    brave Philippe Meirieu vous accuserait certainement de plaquer des étiquettes
    odieuses sur ses intentions angéliques et irréprochables.

    2) La Mlle Gramère de la BD désigne-t-elle symboliquement la
    grammaire, ou bien telle catégorie d’enseignants ?
    Les victimes les plus courantes du pédagogisme, ce sont pas les Mlle
    Gramère qui tiennent bien leurs élèves. Ce sont les débutants
    hésitants et mal conseillés, à qui on enfonce dans le crâne que si
    Untel élève est grossier et insupportable, c’est par ce que leur cours n’est
    pas assez alléchant. Qui perdent le sommeil à se demander « ce qu’il
    auraient dû faire ». Qui finissent suicidés ou en hôpital psychatrique.

    • Merci Philippe pour ces commentaires.

      1) en fait il s’agit d’une réalité que j’ai vécue récemment. Une terreur qui aveugle. De toutes façons, en effet, c’est difficile de faire admettre la réalité à des gens qui ont construit des protections pour s’en protéger, toute leur vie durant.
      La ficelle n’était pas assez épaisse pour rendre compte de l’énormité de la situation. Si vous avez un tuyau, je suis preneur. 😉

      2) je n’ai pas l’habitude de faire l’exégèse de mes propres histoires, mais puisque la question se pose : il y a bien plusieurs niveaux de lecture. Là encore vous avez raison : les premières victimes ne sont pas ceux qui tiennent bon dans des méthodes éprouvées. Ce sont ceux qui les condamnent. La foule hideuse, égale dans sa bassesse, qui lève le poing contre les résistants. Oui, ce sont bien eux les victimes. C’est pour ça que Melle Gramère reste digne, belle, heureuse, héroïque, jusqu’au bout.

  2. Dans votre précédent post qui renvoyait au témoignage d’une enseignante j’ai lu la réponse de Philippe Meirieu. Au début je me suis demandé si quelqu’un avait usurpé son identité quand il impute le calvaire de cette femme à l’environnement bête et méchant, c’est à dire à un comportementalisme strict, du style, l’homme est bon par nature, seule la société le corrompt, Rousseau mais vidé de sa substance donc. Ensuite je me suis demandé si c’était du mépris volontaire, de l’aveuglement, ce qu’on voudra

    • Petite précision pour mouloud : Philippe Mérieux est bien un pseudonyme humoristique (toute apparence d’homonymie avec Philippe Meirieu serait bien sur purement fortuite).

  3. Les histoires que l’on raconte vont avec leurs temps.
    IL y a eu les histoires d’avant 89, les histoires d’après 89, les histoires d’après 68,
    et les histoires d’aujourd’hui.
    Notre société fait journellement notre histoire, monnaie virtuelle, politique de spectacle, société de faux-semblant.
    A bas les faux culs.
    Histoire d’en rire, coupons lui fa tête, cela lui fera les pieds.

    • Moi, cela me donne des envies d’enfermer Philippe Meirieu dans une salle de classe avec une vingtaine d’élèves de ZEP délurés, rien que pour voir … Les classes défavorisées ont le droit imprescriptible d’être en contact avec les lumières éducatives de notre époque.

  4. Le drame c’est que P.Meirieux condamne Mlle. Gramaire en toute bonne foi!
    Dans La Chartreuse de Parme, Stendhal nous livre, au détour d’une péripétie amoureuse « Tel est le triomphe de l’éducation jésuitique : donner l’habitude de ne pas voir les choses plus claires que le jour! »
    L’aveuglement devant la déliquescence conduit naturellement à condamner ceux qui réagissent.

    • En  » toute bonne foi » ? Allons donc ! Je répète que je demande à voir ce qui resterait de cette « bonne foi » immaculée de M. Meirieu s’il lui arrivait d’avoir à mettre ses théories en pratique.

  5. Merrieu est avant tout malhonnête.

    Il fait la politique de l’EN nationale depuis 30 ans et met ses gosses dans le privé.

    Ajoutons qu’il est stalinien, idéologue….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *