Témoignage d’une examinatrice en BAC PRO Commerce

Je viens de lire votre lettre dans le bulletin d’information N°7. Je partage totalement votre constat à 2 titres :

  • Celui d’employeur spécialisé depuis 20 ans dans le recrutement
  • Celui d’examinatrice pour le BAC PRO commerce.

Je suis toujours « stupéfaite » de constater que les professeurs ont « des consignes » pour la notation des candidats. Interdiction de mettre moins de 6/20. Et si il est fortement conseillé de noter au-delà de 12/20 !!!

Les professeurs sont « dégoûtés » et les professionnels se demandent bien à quoi cela sert de consacrer un temps rare et précieux pour évaluer des élèves qui seront de toute façon « surnotés ».

Quelle société préparons nous avec des jeunes qui ont 95 % de chances d’obtenir un diplôme, totalement d’évalué ?

Le laxisme s’est installé partout ou l’on devrait trouver de l’exigence; et dans le même temps les entreprises et les personnes « actives » se sentent « harcelées » par les services de l’Etat !

3 réflexions sur “Témoignage d’une examinatrice en BAC PRO Commerce

  1. Vous avez raison. Vous savez la nature a horreur du vide. Regardez ce qui se passe au niveau industriel. Tout ce qui était fabriqué en France (il y a encore peu d’années) et qui est trop simple à fabriquer s’extériorise à l’étranger, ce qui fait que les jeunes peu diplômés ont de moins en moins de travail. A l’autre bout de la chaine (les jeunes très diplômés) mais sans réseau sont de plus en plus obligés de s’expatrier (Canada, Australie, etc…).
    Pour ce qui est des services, sans industries puissantes il y aura de graves problèmes (voir cours d’économie).
    Nous ne sommes plus les seuls « maîtres » sur terre et je pense que d’ici quelques années le delta (la différence) entre les pays dit  » émergents  » et nous sera réduit. La recherche, l’enseignement de QUALITÉ, l’investissement et la formation professionnelle sont vitaux. Le corps professoral a une responsabilité dont il ne mesure pas toujours l’importance. Courage à TOUS et TOUTES, vous faites le plus beau métier du monde.

  2. le bac , diplôme tellement- dévalué qu’il ne signifie plus rien, devrait revenur à son ancien statut: évaluation des connaissances de base AVEC UNE SELECTIONQUI SE FERA EN 1ERE ANNEE DE FAC C’EST A -DIRE TROP TARD , pour une éventuelle motivation^pour un Métier autre que la « FAC », où l’on trainera avant de devenir chomeur….
    L’ecole primaire est primordiale ; ne laissons plus sortir des enfants qui ne savent plus ni lire ni êcrire ni compter. ils vont encombrer les classes futures sans aucun profit pour eux;
    ni pour personne .Rétablissons les bonnes vieilles ecoles normales qui ont formé des générations d’excellents maitres , où la scolarité durait 3 ans et se terminait par « le brevet supérieur « …….supérieur , nettement, au bac de l’époque.

  3. Je suis professeur de services et commercialisation (restaurant) en Lycée Professionnel et je peux vous dire que nous n’avons pas d’interdiction de mettre des notes en dessous de 06/20 (il faut seulement les justifier), ainsi que des consignes pour mettre une note minimum de 12/20 à nos élèves.
    Les professionnels se plaignent souvent du niveau des élèves, mais peu s’investissent dans les examens, les commissions…
    Ce qui pose problème à mon sens, avant la notation, c’est l’orientation. Cette dernière, souvent subie, conduit à des abandons en cours de scolarité, des attitudes inadaptées et un manque d’intérêt pour les formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *