Un élève français sur cinq comprend mal ce qu’il lit

Longtemps, des experts ont incriminé la « méthode globale » d’apprentissage de la lecture, basée sur une reconnaissance « photographique » des mots, voire des phrases. Une méthode que Gilles de Robien, alors ministre de l’éducation, avait définitivement enterrée en 2005.

« En réalité, personne n’a jamais vraiment mis en œuvre cette pratique, se souvient Joël Devoulon, secrétaire national du Sgen-CFDT. Aujourd’hui, la quasi-totalité des professeurs combinent des méthodes basées sur le déchiffrage des syllabes et d’autres qui s’appuient davantage sur le sens des mots et des phrases », note-t-il.

Tiré de La Croix.com

 

6 réflexions sur “Un élève français sur cinq comprend mal ce qu’il lit

  1. Denis est hors sujet ( c’est certainement l’école), le vrai problème est de savoir comment et pourquoi La Croix.com peut laisser dire que la méthode globale a été peu utilisée alors que parents et grand-parents en font l’expérience désastreuse tous les jours et comment, dans ces conditions, un ministre aurait-il pu prohiber ce qui n’est pas pratiqué.
    Il est vrai cependant qu’aux problèmes de méthode viennent s’ajouter les problèmes culturels, l’ouverture du spectre culturel par l’immigration rend plus difficile l’assimilation, il faut avoir le courage de la reconnaître ne serait-ce que dans l’interêt de ceux la même dont l’assimilation est plus difficile, le terme s’entend ici au sens particulier et général. Bien assimiler les savoirs c’est pouvoir s’assimiler socialement.

  2. L’attitude des gens face au savoir a changé je pense. La société du 21ième siècle valorise peut être moins le savoir mais plus l’argent et le pouvoir.
    En France nous devrons également assumer nos choix électoraux et sociétaux depuis 40 ans. A partir de Mai 1968, une partie des gens a fait des choix électoraux sociétaux et familiaux.
    Une fois que l’on fait un choix, il y a toujours des conséquences.

  3. C’est l’effort qui compte ; l’effort des enseignants et des élèves. La méthode syllabique est sans doute un tout : écriture, lecture…et calcul en même temps. L’écriture doit être corrigée, et les majuscules distinguées des minuscules ; dans ce domaine cela fait longtemps maintenant que l’on assiste à une confusion majuscules / minuscules chez certains jeunes, particulièrement pour certaines lettres. Les lettres n et m ont parfois chacune un jambage de plus…etc… si bien que le n se confond avec le m. Chez mon petit-fils j’ai repris (en 5e) la confusion f/F… Personne ne le lui avait encore dit… mais il y a bien pire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *