Vincent Peillon refuse d’évaluer les livres d’apprentissage de la lecture

En décembre dernier, une étude a été réalisée sur l’utilisation des manuels de lecture au CP.
L’auriez-vous imaginé ? Alors qu’elle est unanimement recommandée par les orthophonistes, la méthode syllabique n’est utilisée que par 4% des enseignants en CP sur Paris et la petite couronne.

Cette étude a été réalisée par l’équipe de Jérôme Deauviau (Enseignant-chercheur à l’UFR des sciences sociales). Son objectif était de recenser les pratiques enseignantes, répertorier les manuels utilisés et évaluer les capacités de lecture des élèves en fin de CP.

Depuis lors, le débat bat son plein, notamment parce que la méthodologie utilisée par l’équipe de J.Deauviau a été remise en question par un autre chercheur : Roland Goigoux (Professeur des Universités à Clermont-Ferrand). Chacun y va de ses arguments pour défendre son point de vue. Mais le vrai débat se trouve ailleurs…

La véritable révélation de cette enquête, c’est que Vincent Peillon a refusé d’évaluer les livres d’apprentissage de la lecture !

À l’heure où la France a encore décroché dans les résultats de l’enquête internationale PISA, on est en droit de se demander : pourquoi l’Éducation nationale refuse-t-elle de préconiser aux enseignants les manuels les plus efficaces ?

Mettre en place de nouveaux rythmes scolaires ne suffira pas à aider les élèves à apprendre à lire. Il faut évaluer les livres qui sont utilisés, identifier ceux qui apportent les meilleurs résultats et former les professeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *