« Zizi sexuel », l’expo qui tue l’amour – par un professeur sympathisant de SOS Education

« Zizi Sexuel l’expo » est de retour à la Cité des Sciences et de l’Industrie et ce jusqu’au mois d’août 2015.

Des milliers d’élèves de neuf à quatorze ans vont y être accompagnés par nos écoles dans le but de « répondre aux questions que se posent les enfants sur l’amour et la sexualité » et de « redorer l’amour ».

Pour le redorer c’est très simple : les enfants se retrouvent face à un « zizi piquet » qui en appuyant sur une pédale provoque l’érection d’un personnage masculin dessiné sur le mur ou à un autre qui éjacule.

Au-delà de ces nombreux modules, ce qui est frappant c’est l’une des premières questions à l’entrée de l’exposition : « Pourquoi l’amour c’est difficile ? Parce que c’est plein de surprises et qu’il n’y a aucune loi en amour. Quelquefois, on peut arrêter d’être amoureux tout simplement parce qu’on n’en a plus envie. C’est la vie. Et d’autres fois, on aime quelqu’un qui ne nous aime pas, alors ça fait souffrir. C’est ce qu’on appelle un chagrin d’amour. On croit toujours qu’on ne s’en remettra pas mais un jour ça passe. Il n’y a qu’à laisser faire le temps. Puis, plus tard, on comprend qu’on n’était pas fait pour être ensemble, parce que l’amour c’est chouette quand c’est partagé. »

Pourquoi débuter par une telle question avec un public si jeune sur un si beau sujet ?

La réponse si vide est-elle le résultat d’une société d’adultes qui renvoie sur ses enfants ses propres frustrations ?

L’amour est certes bien difficile à résumer mais avec les chefs d’œuvres de littérature qui évoquent la beauté et la souffrance de l’amour, n’est-il pas possible d’éveiller le cœur des enfants à d’autre prose ?

N’est-il pas possible, au lieu de passer de cette question à un lit en forme de cœur sur lequel des enfants de neuf ans s’allongent et restent fixés devant un écran diffusant des scènes d’amour, qu’ils puissent passer d’un beau poème à un espace où ils puissent échanger sur celui-ci et en rédiger un eux-mêmes ?

N’est-il pas possible d’éviter l’écœurant cliché féminin nommé « puberté-o-matic » devant lequel les enfants observent une figure féminine avec des seins et des fesses qui gonflent si vite et dans une proportion si grande que nous avons l’impression qu’ils vont nous éclater au visage, avec en prime du sang qui coule entre ses cuisses ?

N’est-il pas possible d’éviter un espace « interdit aux adultes » mais d’en créer un avec parents et enfants réunis pour qu’ils puissent discuter de ce sujet si important ?

N’est-il pas possible d’éviter des raccourcis si dangereux comme ce papa qui caresse le ventre de sa fille et qui est présenté comme incestueux ?

N’est-il pas possible de parler d’amour à nos enfants plutôt que de le réduire de manière systématique à des techniques sexuelles et contraceptives ?

L’obsession de la connaissance technique de la sexualité, déconnectée de toute autre forme d’enseignement affectif adapté à l’âge des enfants, tue l’amour. Si l’on multiplie les expositions de ce type, il est fort à craindre qu’un jour, les enfants ne puissent goûter la profondeur des sentiments que l’on trouve dans la littérature amoureuse, qu’il s’agisse de Tristan et Iseult, de Roméo et Juliette ou encore du Grand Meaulnes et d’Yvonne de Galais. Ce jour-là, le triomphe de la technique sur la vie humaine sera total, au point que l’on pourra légitimement s’interroger sur le caractère humaniste de l’éducation infligée aux enfants.

8 réflexions sur “« Zizi sexuel », l’expo qui tue l’amour – par un professeur sympathisant de SOS Education

  1. J’ajouterai que l’espace « Interdit aux adultes » ne l’est pas pour tous les adultes, mais seulement aux adultes en charge d’éduquer les enfants (parents, enseignants, etc.)

    En revanche, ceux qui « interviennent » dans cet espace sont des ADULTES, et depuis un bon moment !

    Un groupe de pédophiles qui voudrait agir en douce ne s’y prendrait pas autrement « ce que je te dis, tu ne le répète à personne, à aucun autre adulte ».
    J’aimerais bien savoir qui sont ces intervenants adultes et que est leur passé.

  2. « Ce que je te dis tu ne le répètes à personne…. »
    Phrase gravissime qui montre bien qu’il y a manipulation de nos enfants.
    Stop à cette odieuse manipulation qui veut faire mentir les enfants et bafoue le rôle des
    parents.
    Révoltons nous devant cette méthode  » peillonesque  » qui veut arracher les enfants à l’éducation de leurs parents.

  3. Les détenteurs de l’autorité parentale conjointe doivent être informés et consultés « et il est illégal de leur interdire l’accès à certains endroits de cette exposition.
    L’enfant mineur doit être protégé par ses parents. L’autorité parentale leur confère des droits et met à leur charge des devoirs. Ces droits et obligations se traduisent de différentes manières : veiller sur l’enfant, sa santé, son éducation, sa sécurité, sa moralité. SOS Enfants du divorce propose le ralliement à la pétition SOS EDUCATION – http://petitions.soseducation.org/non-au-zizi-sexuel/index.php?utm_source=hp_bloc_compteur&utm_medium=lien_simple&utm_campaign=non-au-zizi-sexuel .
    Nous en informons le COFRADE https://www.facebook.com/pages/COFRADE/196694151061 et toutes les associations concernées par une éducation saine de nos enfants sans exclusion de la parentalité.

    • Vous êtes très drôle ! Il n’est pas « interdit aux parents » d’y aller comme vous dites….il s’agit de laisser les enfants libres s’il le souhaite de découvrir une partie de l’exposition tout seuls…mais rien ne vous empêche d’y aller quand même……Tout de suite les grands mots, l’article de loi,etc… en tout cas vous êtes très rigolo

  4. Il me semble déplorable en 2014 d’adopter de telles attitudes face à une approche de l’éducation sexuelle somme toute réaliste. Nous avons mis tellement de temps à nous libérer des contraintes religieuses et de la censure pour une éducation sexuelle libre que les réactions précédentes paraissent contre-productives. S’il n’y a que les mots comme « pédophilie » et « masturbation » pour tenter d’effrayer les parents, la plaidoirie est mince.
    Ne parlez surtout pas des couvents de nonnettes mis à disposition des religieux et des nobles pour leurs ébats sexuels au 18è siècle et taisez la vérité sur les conséquences de l’absence d’éducation sexuelle: expansion du sida, augmentation d’avortements, ignorance des pratiques sexuelles et MST. En 2014 et internet, évoquer Roméo et Juliette est une argumentation bien faible devant des jeunes qui ont accès à tout sans l’autorisation des parents. Alors, soyons réalistes. L’amour restera toujours l’amour et ce ne sont pas des explications techniques qui empêcheront l’amour vrai. Au contraire.

    • J’ai 79 ans passés , je n’ai jamais eu besoin d’éducation sexuelle , je ne vous cacherai pas quand même qu’à l’âge de 8 ans je connaissais pas mal de choses sur cette affaire , nous avons mon épouse et moi 5 enfants
      18 petits-enfants et 5 arrières petits-enfants

  5. OUF!..Les deux derniers commentaires me rassurent!..Je ne suis pas le seul à trouver cette montée au créneau contre cette expo somme toute « bon-enfant » (c’est le cas de le dire!), a-priori (je ne l’ai pas vu et ma fille qui m’accuse, ou plutôt que l’on persuade de m’accuser d’attouchements, et ce depuis un an, soit dit en passant n’a que 4 ans et demi!)
    J’avoue que jusqu’ici j’étais plutôt perplexe et quant aux amalgames, si j’entends soutenir et défendre l’Éducation et la pédagogie que S.O.S Éducation défend, il est clair que j’exècre souverainement toute idée rétrograde, et particulièrement ce tas de béni-oui-ouis qui osent appeler « manif pour tous » une manifestation prétendant s’ériger contre l’élargissement de droits qui ne les concernent en aucun cas..et plus généralement l’arrière-garde effectivement fascisante d’une frange nauséabonde de la population Française..

  6. Il semblerait que certains commentateurs n’aient pas lus l’excellent article très factuel d’Edwige Antier publié sur ce site…
    Avant 12 ans, laissez-les tranquilles !!!
    Pour ma part, j’estime que l' »éducation sexuelle »relève de la compétence des parents et que c’est bien triste qu’aujourd’hui on soit obligé d’aller voir une expo pour « instruire » nos enfants à ce sujet.
    Je suis par ailleurs totalement opposé à ce que ce soit l’école qui emmène les enfants voir cette expo : l’école doit apprendre à lire, écrire, compter et avoir une culture générale , elle n’est pas là pour « éduquer » mais pour instruire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *